Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 10:30

 

 

Après avoir terminé l'année 2016 sur un billet de prospective, j'avais l'embarras du choix pour débuter 2017. J'ai donc choisi de consacrer le billet d'aujourd'hui au Bitcoin, tant ce dernier a fait parler de lui depuis quelques années.

 

Qu'est-ce que le Bitcoin ?

 

C'est une monnaie électronique non régulée, conçue en 2009 par l'informaticien Satoshi Nakamoto (plus probablement un groupe de geeks cachés derrière ce pseudonyme), mais qui n'a de cours légal dans aucun pays. On peut donc la classer tout au plus dans ce que je qualifiais de monnaies complémentaires dans ce billet de blog. Le Bitcoin est du reste présenté comme un système de paiement décentralisé, en ce sens qu'il ne nécessite aucun intermédiaire bancaire pour valider les transactions et aucune Banque centrale.

 

 

Cependant, la Banque de France précise que "le bitcoin ou les autres monnaies virtuelles ne constituent pas des instruments de paiement au sens de la législation européenne, et n’offrent à ce titre aucune protection à ses utilisateurs, que ce soit en termes de garantie de remboursement des unités de monnaie virtuelle ou en cas de transaction frauduleuse. En France, l’activité de conversion de monnaie virtuelle en euros ou en devises étrangères est assimilée à la fourniture de services de paiements, et est soumise à agrément de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution".

 

Comment fonctionne le système Bitcoin ?

 

Commençons par ce schéma qui explique comment se déroule une transaction en Bitcoin  (pour agrandir, clique-droit sur l'image et choisissez "afficher l'image") :

 

Transaction-Bitcoin.jpg

 

[ Source : Les Échos ]

 

Le système Bitcoin - qui fait partie du domaine libre - repose sur une chaîne de bloc, qui est un journal de transactions partagé et public. Il s'apparente ainsi à un système d'échange de fichiers du type peer-to-peer comme BitTorrent. Dès lors, tout utilisateur devra télécharger sur son ordinateur ce journal de transactions et se verra attribuer une adresse bitcoin protégée par une clé privée : 

 

[ Source : Bitcoin.org ]


En pratique, un utilisateur peut obtenir des Bitcoins en les acceptant en tant que paiement pour une vente, ou en les achetant notamment sur une bourse d'échange en ligne comme feu Mt.gox ou Bitstamp. À terme, le système a été conçu  pour que le montant maximum de Bitcoins en circulation ne dépasse pas environ 21 millions d'unités.

 

Tout cela semble très intéressant, mais à l'origine il a bien fallu créer les premiers Bitcoins et les distribuer. C'est là qu'intervient un processus appelé "minage", qui consiste à créer des Bitcoins et à les affecter à une personne (le "mineur") qui aura contribué à vérifier la validité des opérations en installant sur son ordinateur un logiciel spécifique à cet effet. Ces mineurs sont donc rémunérés à mesure des calculs effectués, mais la forte concurrence entre ces personnes pour obtenir de nouveaux Bitcoins et la puissance très importante de calcul nécessaire, rendent le minage de plus en plus difficile sinon impossible. Voilà pourquoi ses défenseurs le comparent souvent à l'or et rêvent de le voir devenir un actif refuge...

 

Quel est le prix du Bitcoin ?

 

Bien qu'il existe des cours du Bitcoin contre les principales devises, les échanges se font en grande majorité en dollars. Le graphique ci-dessous présente d'ailleurs l'évolution du taux de change bitcoin contre dollar sur les cinq dernières années (pour agrandir, clique-droit sur l'image et choisissez "afficher l'image") :

 

[ Source : abcbourse.com ]

 

Il apparaît clairement que le Bitcoin est très volatil et qu'il a même connu des épisodes dignes d'être qualifiés de bulles ! Le premier mini-krach remonte à 2011, lorsqu'il était passé de moins d'un dollar à 30 dollars avant de redescendre sous les 3 dollars ! Mais c'est surtout au printemps 2013 qu'il a beaucoup fait parler de lui lorsqu'il a perdu plus 70 % de sa valeur. C'était l'époque où la crise chypriote battait son plein et les investisseurs, inquiets de voir leurs dépôts lourdement taxés, ont certainement cherché à convertir leurs euros en bitcoins.

 

Mais à mon avis c'est surtout la spéculation qui explique ces montagnes russes : la valeur du bitcoin monte, donc certains se disent qu'elle grimpera encore plus demain et qu'il faut dès lors l'acheter aujourd'hui. Bref, la hausse est auto-entretenue jusqu'à ce que le retournement d'anticipation se produise et là, quel que soit au fond le nom de l'actif, c'est la catastrophe !

 

D'ailleurs, si le bitcoin a tutoyé les 1 000 dollars à la fin de l'année 2016, c'est en partie à cause du contexte économique difficile en Asie. Les restrictions imposées par Pékin aux sorties de capitaux ont ainsi été partiellement contournées à la faveur de la conversion du yuan en bitcoin, ce qui conjugué au goût des Chinois pour la spéculation a conduit les trois principales plates-formes chinoises d’échange en bitcoins a représenter 95 % des volumes dans le monde ! Il ne faudrait pas non plus oublier le plan de lutte contre la corruption en Inde, qui a conduit à la suppression de nombreux billets de banques et certainement fait le jeu du bitcoin. 

 

Avantages et inconvénients du Bitcoin

 

Sur le plan pratique, des milliers de sites acceptent désormais le bitcoin, car il est simple à utiliser et permet des transferts de fonds de montants modiques. Une forme très avancée d'anonymat est également permise, ce qui n'est pas sans poser de problèmes. En effet, dans le monde réel, qui peut ignorer qu'anonymat rime souvent avec blanchiment ? N'est-ce pas en particulier pour cette raison que les régulateurs financiers du monde entier s'intéressent de près au système bitcoin notamment lorsqu'il est lié à Tor et au Dark web? De plus, il est bon de rappeler que des failles de sécurité ont déjà été mises au jour, comme en témoignent les attaques menées sur la plateforme Mt.Gox en 2011, qui ont conduit cette dernière à une faillite retentissante en 2014 tout en laissant les utilisateurs dépouillés !

 

En outre, en limitant la création d'unités, le système Bitcoin est vu par certains comme non inflationniste, surtout en ces périodes où l'abreuvoir à liquidités financières est grand ouvert... C'est oublier un peu vite que l'effet de rareté crée nécessairement des comportements de spéculation. D'autres  notent que la décentralisation du système permet d'éviter, selon un argumentaire très libéral, les politiques d'émission monétaire trop excessives ou à l'inverse trop restrictives. Pour ma part, j'ai tendance à me méfier des systèmes non régulés, car j'ai en mémoire une grande catastrophe qui a eu lieu en 2007 en raison notamment de l'absence de régulation...

 

En définitive, convertir son argent dans une devise électronique non régulée, dont la sécurité reste encore à améliorer et dont le prix est volatil est un jeu spéculatif ! C'est pourquoi, Bitcoin reste à mon sens un actif à très haut risque qui ne s'adresse pas à Monsieur Tout-le-monde. Et le fait qu'il puisse servir à contourner les législations nationales m'inquiète en ce qu'il pourrait être utilisé par des personnes aux intentions peu louables...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives