Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 15:05

 

 

L'heure de la rentrée vient de sonner ! Après l'importante charge de travail liée à la publication et à la promotion de mon nouveau livre Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’économie (Ellipses), je retourne à mes recherches sur la monnaie. Mais je poursuis également mes conférences, qui m'offrent toujours l'occasion de transmettre ma passion de l'économie et à tout le moins de donner aux auditeurs des clés pour comprendre les mécanismes économiques. Pour l'année universitaire 2018/2019, j'ai prévu des interventions dans plusieurs villes, dont je vous parlerai au fur et à mesure de l'année lorsque les dates seront arrêtées définitivement. La première conférence aura lieu à l'Université Populaire de Forbach (UPT), le mardi 9 octobre 2018 à 19h.

 

Mais aujourd'hui, je souhaite vous parler de la cafet'éco à l'Université Populaire de Sarreguemines. Elle se tiendra dans la cafétéria du Pôle école de Sarreguemines, en moyenne un mercredi dans le mois à 18h30. D'une durée d'1h30, l'ambiance de travail sera comme à mon habitude décontractée et en rien scolaire : grâce au document récapitulatif que je fournis au début de chaque séance, chacun peut choisir de prendre quelques notes, participer en posant des questions, ou simplement écouter !

 

Aucun prérequis n'est nécessaire pour suivre mes cours d'économie. Au reste, depuis plus de dix ans, j'ai rencontré à la cafet'éco des auditeurs de tous horizons, grands débutants ou non, mais toujours désireux de mieux comprendre le monde dans lequel nous vivons. Et très humblement, ma plus grande satisfaction est de constater qu'ils en ressortent avec une bonne compréhension des mécanismes économiques principaux.

 

Les thèmes sont bien entendu amenés à évoluer avec l'actualité, c'est pourquoi l'année dernière je n'ai cessé de modifier mes sujets afin d'aborder la crise en Italie, le prélèvement de l'impôt à la source, les faillites bancaires, la crise en Chine, le Brexit, les problèmes structurels de la zone euro, le blanchiment d'argent sale, les impôts, la politique économique de Trump, etc. Je mets toujours un point d'honneur à fournir aux auditeurs, débutants ou non, les derniers développements sur la question, afin qu'ils puissent aborder les grands débats économiques avec le recul et les outils nécessaires.

 

 

Les inscriptions, dans la limite des places disponibles, se font auprès de l'UPSC entre le 1er et le 21 septembre :

 

Université Populaire Sarreguemines Confluences

Place Jeanne d'Arc

57200 Sarreguemines

  Tél : 03 87 09 39 81

Email : upsc@wanadoo.fr

Partager cet article

Repost0

commentaires

lacoste Jean jacques 03/09/2018 08:29

bjr j aimerais avoir votre vision globale de l economie car outre les crises turques..italienne...les deux banques allemandes en faillite....la crise des pays emmergents avec la Chine en preteur ....sans oublier les deficits chroniques de tous les etats.
Le consensus de Washington risque d etre vite depasse avec l ' Amerique du Sud .
Se dirige t on vers une faillite generalisee ? une guerre ?
N y a t il plus que le refuge des metaux precieux car si on compte sur la protection des 100 000 euros ....les garanties sont plus qu illusoires.
De quel cote ou l on se tourne ....les nouvelles sont " inquietantes " sans parler des mouvements migratoires et de l' Europe qui reste une conception utopique .

Cordialement

Jean Jacques Lacoste

Raphaël DIDIER 04/09/2018 13:27

Bonjour,

Vous avez raison de pointer les dérèglements économiques de plus en plus nombreux, qui démontrent par l'absurde et ad nauseam la faillite d'un système économique (et politique bien sûr). De plus, comme je l'ai expliqué dans ma réponse au commentaire ci-dessous et dans ce billet (http://www.raphael-didier.fr/2017/12/les-inegalites-1/2.html), les inégalités - réelles ou supposées - deviennent de moins en moins supportables par l'immense majorité de la population, à qui l'on demande des sacrifices pour le bien-être d'une minorité. Ainsi, en l'état actuel des choses, la révolte des laissés-pour-compte devient de plus en plus probable, d'autant que la voie politique semble inexploitable dans de nombreux pays. Hélas, sans projet alternatif viable et surtout partagé, je crains qu'en fait de révolution nous ne soyons à l'aube d'une révolte de rage...

Bien à vous,

Raphaël

Yannick 01/09/2018 17:58

Bonjour,

J'aurais une question à vous poser qui n'est pas en rapport avec votre publication ; j'ai commencé à lire un des livres de l'économiste Amartya Sen intitulé "Repenser l'inégalité" et je voulais savoir quel est votre opinion sur cet économiste? Est-ce que vous pensez que ses travaux sur les inégalités et "les capabilities" peuvent être des alternatives face aux politiques économiques néolibérales menés actuellement par le gouvernement et dans les autres pays européens?

Bien à vous.

Cordialement.

Raphaël DIDIER 04/09/2018 13:12

Bonjour,

Amartya Sen a renouvelé l'approche des inégalités et de la société juste. Le courant de pensée utilitariste (Bentham notamment) était dominant depuis le milieu du XIXe siècle et concluait que l'objectif politique était d'apporter le plus grand bonheur à ses membres. Or, il n'est pas certain que l'utilité maximum aille de pair avec la justice dans une société...

Du coup, John Rawls dans sa Théorie de la justice définit une société juste à partir de critères issus d'une vue de l'esprit appelée "voile d'ignorance". Si les individus d'une société ne disposent d’aucune information certaine sur leurs dotations et leur situation relatives (="voile d'ignorance"), ils seront d'accord sur les règles minimales suivantes, que je résume à deux critères pour faire simple : chacun doit disposer des biens indispensables pour une vie digne et les inégalités sont acceptables et peuvent même croître pour peu qu'elles améliorent au passage le sort des plus défavorisés. Autrement dit, en utilisant des termes jargonneux, les inégalités peuvent être considérées comme socialement justes s'il y a dans la société égale liberté (un droit égal à des libertés de base), différence (inégalités servent aux plus défavorisés) et égalités des chances.

Amartya Sen a pour sa part critiqué cette "simplification arbitraire et radicale" de la théorie de Rawls. En effet, en premier il faut déjà limiter les injustices intolérables, ce qui convenons-en est déjà un grand travail dans nos sociétés modernes. Puis, par délibération publique sur ce que l'on appelle justice sociale, la société peut créer son système de valeurs. Mais bien entendu, c'est la notion de "capabilités" qui a rendu Sen célèbre, i.e. le fait la possibilité de vivre pleinement ses choix de vie sur la base de ses dotations, bref de dépasser la liberté formelle. Et c'est là que se glissent les questions de milieu de vie, de classes sociales, de libertés réelles, etc. Son analyse est précieuse, mais elle ne donne pas de prêt-à-faire pour aboutir à une société juste, puisqu'il place ses espoirs dans la délibération démocratique. Mais c'est assurément un socle de pensée indispensable pour dépasser les analyses libérales, qui hélas ont pignon sur rue...

Bien à vous,

Raphaël

Archives