Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

7 mai 2019 2 07 /05 /mai /2019 13:35

 

 

Eu égard aux prochaines élections européennes, je poursuis aujourd'hui mon analyse des problèmes économiques de la zone euro, après une série de billets sur la crise des gilets jaunes et les mauvaises réponses apportées par le gouvernement. Ainsi, après avoir évoqué la situation économique de l'Allemagne, les prévisions de croissance en berne dans la zone euro et l'absence d'unification du marché du travail dans la zone euro, nous allons nous demander globalement où en est l'Europe économique.

 

La confiance des ménages structurellement en berne

 

Structurellement, la confiance des ménages dans la zone euro est faible :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

L'hétérogénéité de la zone euro se voit déjà dans la différence de perception entre pays de la situation de l'économie européenne :

 

 

[ Source : Eurobaromètre 2018 ]

 

La croissance potentielle très faible

 

La croissance potentielle est définie comme celle réalisant le niveau maximal de production sans accélération de l'inflation, compte tenu des capacités de production et de la main-d’œuvre disponibles. C'est donc en quelque sorte le maximum de croissance qu'un pays puisse espérer à long terme en l'état actuel de ses caractéristiques économiques. Hélas, en raison du ralentissement des gains de productivité et du vieillissement démographique, la croissance potentielle est très faible dans la zone euro :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Le partage des revenus défavorable aux salariés dans la zone euro

 

De manière assez simple, si le salaire n'augmente pas au même rythme que sa productivité, alors il y a déformation du partage des revenus au détriment des salariés. Dès lors, on peut déduire du graphique ci-dessous, que le partage des revenus au sein de la zone euro se déforme structurellement en faveur des entreprises et donc au détriment des salariés :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

La dégradation de la qualité des emplois

 

Celle-ci se traduit par une baisse substantielle des emplois industriels très productifs plutôt bien rémunérés, et la création d'emplois dans les services souvent plus précaires et mal payés :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

La désindustrialisation de la zone euro

 

Le graphique ci-dessous montre que la désindustrialisation se poursuit et l'on ne peut que craindre le pire si l'Allemagne se retrouvait en difficulté avec son industrie automobile comme je l'ai expliqué dans ce billet :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

L'endettement total très élevé

 

Bien sûr, il y a la dette publique, qui atteint des niveaux très élevés dans de nombreux pays européens :

 

 

[ Source : Eurostat ]

 

Mais il y a aussi l'endettement privé, dont le niveau est devenu très élevé laisse à penser que la consommation et l'investissement reposent en fin de compte pour une grande partie sur du sable :

 

Dette des agents non financiers privés (en % du PIB)

 

 

[ Source : Banque de France ]

 

Conséquemment, l'endettement total (public et privé) est devenu très élevé, et le moins que l'on puisse dire est que la financiarisation croissante de l'économie et les politiques monétaires très expansionnistes menées par BCE y ont grandement contribué :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Quant aux autres problèmes structurels de la zone euro dont j'ai très souvent parlé sur ce blog (faible circulation des capitaux entre pays membres, concurrence entre pays membres, impossibilité de corriger simplement les problèmes de compétitivité-coût, régulation bancaire inachevée, etc.), ils ne sont pas près d'être réglés. Rien d'étonnant alors de voir resurgir des formes de nationalismes économiques (et politiques), comme je l'ai expliqué dans ce billet. Certes, le repli sur soi-même est loin d'être la bonne solution pour un pays, mais il est difficile de trouver un juste milieu lorsque l'idéologie dominante prône au contraire la compétition (concurrence) à outrance via la libéralisation au détriment de la coopération.

 

Mais par les bons temps qui courent, il est de bon ton de laisser croire que tous les problèmes de la zone euro se régleront bien un jour... pour peu que les plus pauvres et les classes moyennes ne se révoltent pas avant !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Robin MATHIAS 19/05/2019 11:09

bonjour, serait-il possible d'avoir un article sur un débat qui monte actuellement sur la théorie monétaire moderne
je viens de lire deux articles sur le sujet, l'un sur Les Echos et l'autre ci-dessous
je serai intéressé par ton éclairage sur le sujet
bien à toi
https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/05/17/patrick-artus-le-debat-autour-de-la-theorie-monetaire-moderne-est-passionnant_5463530_3232.html?xtor=EPR-33281063-[debats_eco]-20190518-[chroniques]

Raphaël DIDIER 19/05/2019 12:39

Ce devait être une partie de mon dernier cours à la cafet'éco de Sarreguemines, dans lequel je souhaitais aborder les politiques économiques. Je conserve donc l'idée avec grand plaisir !

Amitiés,

Raphaël

Rémy 07/05/2019 14:38

Merci pour votre excellent article
Effectivement, le poids de l'endettement privé est souvent très largement sous-estimé alors que sa progression est une des clés de la croissance actuelle
Un simple ralentissement dans la hausse et c'est le plongeon
La BCE le sait d'ailleurs fort bien, d'où le piège dans laquelle est est enfermée

Archives