Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 11:05

 

 

Un curieux hasard a voulu que je commence l'année 2020 par un article sur la dette publique (et privée) et que je la termine quasiment avec le même sujet, tant celui-ci a depuis redoublé d'importance avec la crise. Et quelle(s) crise(s) ! L'année 2020 restera dans l'histoire comme celle de la pandémie de covid-19 et des confinements/déconfinements, qui ont conduit à doubler la crise sanitaire d'une crise que l'on qualifie d'économique faute de mieux, dans la mesure où pour la première fois, des gouvernements ont été contraints de mettre volontairement leur économie (partiellement) à l'arrêt. Mais il est désormais évident que le corps social français souffre. Et à ce stade, il serait prématuré d'entrevoir à court terme une amélioration...

 

Mais revenons un instant encore sur l'année 2020, riche en événements économiques et sociaux, d'où mes nombreuses analyses dont vous trouverez les liens dans le tableau ci-dessous. Pour finir ce billet, je vous proposerai comme chaque année quelques éléments de prospective, exercice hautement périlleux en économie...

 

Retour sur l'année 2020

 

Commençons donc par un petit retour en arrière sur mes billets de l'année 2020. Tous les liens sont actifs, il vous suffira donc de cliquer sur le billet de votre choix pour le lire ou le relire, c'est selon !

 

Janvier Février

 

La croissance potentielle faiblit en Chine

L'avenir de la zone euro

La dette publique

Apprendre l'économie à Sarreguemines

 

Trop d'épargne au sein de la zone euro ?

IEP 2020 : révolutions / le secret

La Chine : une économie malade

La politique monétaire

Mars Avril

Le capitalisme peut-il être réformé ?

L'économie française malade du coronavirus

Les marchés financiers atteints par le coronavirus

Et si l'on reparlait des crises ?

 

La dette publique pour lutter contre le coronavirus ?

Le monde d'après...

Quand les mots avaient encore un sens...

 

Mai Juin

 

La Fête du travail confiné(e)

Déconfinement : ce nouveau monde qui tarde à apparaître

Les inégalités de patrimoine sont-elles justifiées ?

Les monnaies locales

 

La création monétaire

Les cotisations sociales

L'endettement des ménages

Démocratie, citoyenneté et vote

Juillet Août

 

La justice sociale

 

 

Quand l'économie s'oppose à la démocratie...

Cafet'éco à Sarreguemines

Septembre Octobre

 

Le plan de relance

Aide aux devoirs à Forbach

La dynami(te)que sociale

La fin du modèle néolibéral ?

 

 

Conférence à l'UPT de Forbach

Le chômage en France

L'or : relique barbare ?

Monnaie Banque centrale et financement de l'économie

Monnaies locales : perspectives économiques et managériales

 

Novembre Décembre

 

L'étalon-or

De sombres prévisions économiques...

La dette publique dans la zone euro

Bref retour sur les inégalités de travail durant le premier confinement

 

Un retour à la normale semble peu probable...

La politique économique de Joe Biden

Joyeux Noël !

 

Et en 2021 ?

 

Sans surprise, les prévisions mondiales de croissance sont bien sombres, d'autant qu'il faudra certainement compter avec de nouvelles périodes de confinement (c'est déjà le cas dans de nombreux pays et la France s'apprête à prendre des mesures qui y ressemblent) :

 

 

[ Source : FMI ]

 

Par ailleurs, l'on ne sait rien de la réelle marge de manœuvre dont disposera Joe Biden pour mettre en œuvre son programme économique et social aux États-Unis. Au reste, qu'en sera-t-il de la guerre commerciale déclenchée par Trump avec la Chine, ce d'autant plus que celle-ci vient de conclure 14 autres pays de la région Asie-Pacifique un accord de libre-échange appelé Partenariat régional économique global (RCEP) dont je reparlerai prochainement ?

 

Au sein de la zone euro, les prévisions sont également très sombres. Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission, a ainsi résumé le grand désarroi des dirigeants politiques en affirmant que "la deuxième vague de la pandémie anéantit nos espoirs d'un rebond rapide" :

 

 

[ Source : Le Figaro ]

 

Face au risque d'effondrement de l'économie, les gouvernements ont réussi à trouver en quelques semaines des sommes faramineuses alors même qu'ils prétendaient tous encore être à sec en janvier ! Or, ces fonds, censés sauver leur économie (et pas les plus fragiles comme je l'entends parfois, cf. la conclusion de ce billet), vont se répercuter sur l'endettement public.

 

Mais de là à croire que les dirigeants politiques ont abandonné leur vision néolibérale... Qu'il suffise de penser à la commission sur l’avenir des finances publiques installée par le Premier ministre français. Celle-ci, composée de dix personnes (anciens élus, économistes, spécialistes des finances publiques), a pour mission de réfléchir à la manière de redresser les comptes publics, mais sans augmenter les prélèvements obligatoires. Il n'est alors pas difficile de comprendre que l'on se dirige en France vers une nouvelle politique d’austérité... mais après 2022 bien entendu ! Et dans une démocratie dévoyée, il sera en outre possible au vainqueur de proclamer à tort que tout un peuple a souhaité son élection... Quoi qu'il en soit, la Commission s'est déjà rappelé au bon souvenir des États membres, pour qu'ils surveillent mieux leurs dépenses et ne compromettent pas « la viabilité des finances publiques ». Tout est dit.

 

En tout état de cause, face à cette hausse formidable de la dette publique, je persiste à penser qu'il sera peu probable d'échapper à une annulation (même partielle) des titres de dette publique détenus par les Banques centrales, d'autant qu'avant même la pandémie, la BCE détenait 20 % des dettes publiques de la zone euro, proportion vouée à augmenter après l’annonce par Christine Lagarde d’un programme d’achat urgence pandémique (PEPP).

 

Sur le front social, la hausse du chômage - qui n'apparaîtra pas forcément dans les chiffres en raison du découragement et de la précarisation - est déjà une certitude, tout comme celle de la précarité, en particulier pour les jeunes. Avec pour résultat une augmentation phénoménal de la pauvreté... Dans le cadre de la journée Confinés mais solidaires sur France Inter, la radio avait présenté "huit indicateurs, chiffres clés ou graphiques pour se rendre compte de l'état (inquiétant) de la pauvreté en France". Édifiant sur la situation sociale déjà fortement dégradée, en France, avant la crise de la covid-19 !

 

Chaque année, je rappelle aussi que nous ne sommes jamais à l'abri d'un cygne noir, tant les fragilités économiques et sociales sont nombreuses... La crise sanitaire en fut un exemple probant en 2020 !

 

Sur ce, je tiens à vous remercier chers lecteurs pour votre fidélité et vous prie de recevoir mes meilleurs vœux (l’indispensable santé en premier) pour cette année 2021 ! Merci pour vos commentaires, partages, liens et encouragements, qui me touchent et m'incitent à continuer mes analyses sur ce blog malgré le temps qui me fait cruellement défaut...

Partager cet article

Repost0

commentaires

D
Je vous adresse mon vieux salut fraternel (de plus en plus vieux... 73 ans tantôt !) en ce premier jour du temps qu'il nous reste à vivre, au nom des quelques années de compagnonnage virtuel qui nous relie encore en cette heure où la pluie glacée enrobe la rive gauche de la Durance.
Avec l'addition des décennies s'allonge la liste des disparus privés et publics parmi ceux qui peuplaient mon environnement humain. Le célèbre Antoine Pinay à qui l'on demandait quel effet ça faisait d'avoir 100 ans répondit : "Vous croyez que c'est drôle ? Tous mes amis sont morts !"
J'espère, sans y croire, qu'au regard des évènements récents se profilera à l'horizon de 2021 la prise de conscience majoritaire de la totale inadaptation du système économique dominant à la pérennité de notre espèce.
Et tant qu'à donner dans les vœux pieux, je souhaite à tous ceux que j'estime une vie en bonne santé pour leur permettre d'affronter les temps tourmentés qui se précipitent sur nous !
Vous manquez de temps ? Allez, 365 jours palpitants s'offrent à vous ! Dommage, va falloir attendre 3 ans la prochaine année bissextile !
Répondre
R
Merci Jean-Pierre pour vos vœux ! Nous avons, j'en suis certain, encore de nombreuses années de compagnonnage économique virtuel devant nous !

Amitiés,

RD

Archives