Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

19 décembre 2007 3 19 /12 /décembre /2007 15:21

L'ancien conseiller spécial de Mitterrand préside une commission chargée de la "libération de la croissance française" (sic !). Il s'agit d'une commission qui est chargée de trouver la martingale afin que notre pays puisse augmenter sa croissance, i.e la création de richesses d'une année sur l'autre. Composée d'un public varié, cette commission est un grand navire qui compte à son bord des patrons, des économistes (heureusement...), et même des psychiatres ! Au fond, pourquoi pas si cela permet d'en sortir des idées applicables, idées qui doivent être remises à Nicolas Sarkozy le 15 janvier. Mais on commence à s'inquiéter quand  Jacques Attali déclare, pour expliquer les freins à la croissance, avoir consulté les psychiatres de son groupe de réflexion pour aboutir à la conclusion que "la France est triste, elle a peur"...

Mais le navire commence à vraiment prendre l'eau lorsqu'on lit les dernières déclarations de Jacques Attali à la presse (
Le Journal du Dimanche). Pour faire simple, disons qu'il nous dresse d'abord un lapidaire panorama géopolitique (devrais-je dire realpolitik ?) du monde : les Etats-Unis sont en déclin relatif par rapport à l'Asie et un jour l'Asie sera le centre économique du monde. Pour appuyer son argument, il nous livre le cas de Jim Rogers, ce gestionnaire de fonds américain qui a converti ses actifs en yuans pour aller s'installer en Chine. On s'attend donc au meilleur après avoir lu cela. 

Et on n'est pas déçu, puisqu'il nous déclare ensuite que que nous risquons une crise comme celle de 1929. Alors là ce n'est plus une voie d'eau, mais bien un iceberg que nous avons touché. Heureusement, Jacques Attali a des solutions : il est urgent selon lui de réduire les taux directeurs en Europe pour relancer la consommation. Or, toute notre politique de relance actuelle est déjà basée sur la consommation. J'en veux pour preuve les slogans que vous voyez fleurir autour de vous en cette période de Noël : achetez, vous payerez dans 3 mois,... Lorsqu'on sait que l'endettement des ménages atteint des proportions inquiétantes (Fin 2006, la dette des ménages atteint un nouveau record au regard de leur revenu disponible brut, à 68,4 %, après 64,1 % fin 2005), on comprend bien que ce n'est pas là que l'on trouvera la solution à la croissance sauf à vouloir laisser les ménages s'endetter comme en Angleterre où l'endettement moyen est double de chez nous.

Puis, il se lance dans un raisonnement simpliste sur l'inflation et les taux : selon lui, les grands pays (Chine, Inde, Russie,...) qui admettent une inflation de 5 ou 6 % ont une croissance forte et réciproquement. DONC, il faut imiter leur politique monétaire et baisser les taux d'intérêt pour éviter que les gens n'épargnent, même si on prend le risque d'une grande inflation. Or, rappelons au lecteur que ces différences d'inflation entre pays ont largement été étudiées par les économistes et qu'il ne s'agit pas juste de laisser filer l'inflation pour avoir de la croissance ! Une explication souvent avancée pour rendre compte de la différence d'inflation entre pays s'appelle  l'effet Balassa-Samuelson : les gains de productivité plus rapides dans les secteurs exposés à la concurrence internationale (essentiellement l'industrie et l'agriculture) vont se transformer en hausses de salaires, tant dans les secteurs exposés que dans le reste de l'économie. Il en résulte une augmentation plus rapide des prix des biens abrités car les gains de productivité sont plus faibles dans ces secteurs que dans ceux des biens exposés, d'où une augmentation du rythme de l'inflation.

J'ai gardé le plus beau pour la fin, car là j'avoue que son propos est aussi sibyllin que les prédictions de l'oracle de Delphes. Je cite :  "l'argent placé rapporte plus que l'argent qu'on gagne en travaillant, qui, lui, ne rapporte que 2% en moyenne". 

Donc, si avec des idées aussi claires et précises on n'arrive pas à avoir 3 % de croissance l'an prochain, c'est que vraiment on le fait exprès !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernarddf 22/12/2007 14:15

Sanas attali, point de salut !

Stéphane 19/12/2007 16:44

Très intéressant ce billet : Attali devient économiste pour le meilleur et surtout pour le pire !

Archives