Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

22 décembre 2007 6 22 /12 /décembre /2007 13:20

La très vénérable Commission européenne avait prévue en 2006 une véritable révolution libérale dans le secteur vinicole : pour contrer la concurrence des vins dits du Nouveau Monde, le commissaire à l'agriculture (ou plutôt la commissaire...) entendait mettre un terme aux mécanismes communautaires censés aider les viticulteurs en cas de crise. De plus, il souhaitait assouplir - libéraliser dans le jargon économique - le régime très strict des droits de plantation. Mais la mesure la plus médiatique était de favoriser l'arrachage de 400 000 hectares de vigne, afin d'éviter les surproductions.

C'est face à une telle menace pour les producteurs que le travail de lobbying prend tout son sens. Rappelons que faire du lobbying c'est exercer une pression sur les décisions afin qu'elles s'orientent dans le sens voulu. Il n'y a à priori rien d'illégal dans cette action. C'est ainsi que la France et l'Italie sont montés au créneau pour défendre leurs intérêts, avec beaucoup de succès il faut l'avouer : les aides à la distillation (qui permettent d'éponger les surplus) seront maintenues, les droits de plantation resteront en vigueur jusqu'en 2015 minimum, et surtout seuls 175 000 hectares seront arrachés d'ici à trois ans. 

Autant dire que le projet finalisé n'a qu'un très lointain rapport avec la proposition législative de 2006. D'ailleurs, le commissaire européen en chargé de l'agriculture ne s'y est pas trompé, puisqu'il fait une déclaration en 2 temps. Tout d'abord, il récite la phraséologie officielle : " l'accord insufflera le dynamisme au secteur et l'esprit d'entreprise". Cette phrase n'est évident rien d'autre que de la diplomatie communautaire pour dire que c'est un échec. Vient ensuite la 2e partie de la déclaration où le commissaire regrette que le compromis ne soit pas celui qu'il aurait souhaité !

En conclusion, on comprend que, comme toujours avec les décisions communautaires, il est très difficile, sinon impossible, de concilier les opinions des 27 pays membres. Un autre exemple est donné par le billet que j'ai rédigé sur les émissions de CO2...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Gerard 23/12/2007 16:01

La diplomatie européenne a du mal à s'affirmer décidément !

Archives