Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

5 janvier 2008 6 05 /01 /janvier /2008 12:48

Je vous parlais il y a quelques jours de l'engouement pour les sondages et autres enquêtes d'opinion. Hier, j'ai eu entre les mains un article du Figaro (le spécialiste des sondages...) qui présentait les résultats d'une enquête d'opinion réalisée par l'institut de sondage suédois Kairos International, en partenariat avec la Fondation pour l'innovation politique (FONDAPOL). Plus de 22 000 personnes ont été intérrogées par voie électronique dans 17 pays (en Europe, Asie, Etats-Unis) fin 2006 : 1 000 personnes de 16 à 29 ans ainsi que 300 personnes de 30 à 50 ans pour chaque pays.

L'enquête s'intitulait "les jeunesses face à leur avenir". On y trouvait des questions sur la vision que les jeunes ont de leur avenir, sur la mondialisation,... Chaque question proposait un dégradé de réponse allant d'un extrême, noté 1, à l'autre, noté 7. Les pourcentages correspondent aux réponses des jeunes de 16 à 29 ans qui répondent 6 ou 7 à la question, c'est-à-dire, qui sont tout à fait d'accord. Voici quelques résultats que j'ai représentés graphiquement pour plus de lisibilité :

 
"Mon avenir est prometteur"


sond1.JPG

"Je suis certain que j'aurai un bon travail dans l'avenir"

sond2.JPG

"Pour avoir une bonne vie, il faut avoir beaucoup d'argent"sond3.JPG

 

Au vu des ces réponses, ont peu en inférer que les jeunes Français (et Françaises!) sont très pessimistes quant à leur avenir. Cela peut se comprendre car les emplois ne cessent de se précariser (CDD, intérim,...), et certains diplômés se voient même contraints d'accepter des postes inféieurs à leurs qualifications (on appelle cela le déclassement...). On peut aussi citer l'armée de stagiaires que les entreprises embauchent, souvent pour effectuer le travail d'un véritable employé (voir Génération Précaire). On saisit donc pourquoi les jeunes Français ressentent plutôt un malaise quant à leur avenir !

Par contre, question argent, on leur a tellement rabâché qu'il fallait travailler plus pour gagner plus (tiens, ça me dit quelque chose ça !), et que le bonheur c'était d'avoir, qu'ils ont fini par croire qu'il fallait beaucoup d'argent pour être heureux. Remarquer la différence avec le Danemark : les jeunes Danois sont très optimistes quant à leur avenir, et surtout, ils considèrent qu'avoir baucoup d'argent n'est pas une condition nécessaire pour mener une bonne vie.

 
 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Archives