Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 11:31

SG2.jpg


Beaucoup de personnes m'écrivent  depuis hier pour comprendre ce qui se passe avec la Société Générale. Je rédige donc ce billet pour donner quelques éléments d'explication. Tout d'abord les faits : un salarié de la Société Générale vient de faire perdre près de 5 milliards d'euros (sic !) à la banque par des manoeuvres frauduleuses. Cette information n'a bien évidemment été divulgué que tardivement. Je dis bien évidemment, car en plus d'être un coup dur pour la banque, c'est aussi un coup pour l'économie et les marchés boursiers. En effet, le pire scénario pourrait voir le jour si les épargnants retiraient leur confiance à leur banque. On assisterait alors à une crise de liquidité un peu comme celle de la Northem Rock en Grande-Bretagne (souvenez-vous de ces épargnants qui formaient de longues files pour récupérer leurs avoirs). Mais, plus grave encore, si les marchés en viennent à douter de la fiabilité des contrôles opérés par la Société Générale, celle-ci pourrait se retrouver isolée sur le marché interbancaire, et conduire au même risque d'illiquidité (voire d'insolvabilité si le scénario va jusqu'à son terme). 

N'oublions pas qu'entre 2006 et 2007, la Commission bancaire a effectué dix-sept contrôles au sein de la Société générale. Aucun d'entre eux n'a permis de détecter la fraude... De plus, lorsqu'on connaît un peu le fonctionnement des marchés dérivés, on imagine mal un seul homme réussir à lever autant de fonds sans éveiller de soupçons. Pour faire simple, disons que sur ce type de marchés, il existe une contrepartie à fournir en garantie lorsque les montants deviennent très élevés. On appelle cela l'appel de marge. Ainsi, s'il travaillait sur un montant de 50 milliards d'euros de dérivés d'actions (c'est le montant probable dont parle les médias), il aurait dû verser un appel de marge substantiel de plusieurs millions d'euros à une société financière extérieure à la banque et qu'on nomme chambre de compensation. Première question : comment aurait-il trouvé l'argent discrètement ? En outre, pour dissimuler ses ordres, la banque a déclaré que le trader piratait le système informatique dans le but d'effacer ses positions aux yeux des contrôleurs. Très bien, mais comme nous l'avons dit, il a dû passer par une chambre de compensation extérieure à sa banque. Comment a-t-il pu alors intervenir dans les systèmes des chambres de compensation chargées d'effectuer le règlement et la livraison des titres sans se faire remarquer ?

Alors, exagération de ma part, ou scénario possible ? Je rappelerais juste que ce scénario a déjà trouvé sa pire issue avec le trader Nick Leeson, qui faisait de l'arbitrage sur le marché asiatique SYMEX. Par ses mauvaises positions, il commença à perdre de l'argent qu'il couvrit par des manoeuvres frauduleuses. Le tout déboucha sur une perte de 1,4 milliards d'euros pour la banque Baring's qui fit faillite. C'est à partir de cette époque que les contrôle sur les marchés se sont intensifiés car, là encore, personne n'avait vu l'ogive arriver...
Cela me rappelle ces mots de Jean de la Fontaine : "Je le répète, et dis, vaille que vaille, le monde n'est que franche moutonaille".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gigi 24/02/2008 12:15

Disons aussi que cette affaire arrive comme par hasard alors que le Générale passe ses pertes de 200 millions à 2 milliards sur les marchés de crédits... Puis ajoute enore 600 millions de pertes, portant à 2,6 milliards les pertes sur son activité !!

C'est un peu facile de tout mettre sur "un" trader, qui comme le souligne l'article a dû avoir un grand nombre de complices... J'imagine qu'avant de perdre, il a fait gagner beaucoup d'argent à sa banque, ce qui explique peut-être que les "controles" ont fermé les yeux, non ?

Par ailleurs, je vous invite à réfléchir sur l'augmentation de capital de 5,5 Milliards. Comment l' expliquer avec les données officielles ? En effet, le trader a fait perdre de l'argent, mais pas plus que les gains de l'année de la banque. Et son PDG annonce que la banque, malgré cela, sera bénéficiaire (peu, mais bénéficiaire). Si c'est le cas, il suffit de ne pas verser de dividende, et c'est comme si une année est perdue, sans plus. Or, Bouton demande de remettre au pot pour 5,5 milliards. Cela invite à la plus grande prudence, quand on voit que le PDG annonce 0,2, puis 2, puis 2,6 milliards de perte, et cela en moins de 3 mois !! Soit il est incompétent, soit il y a vraiment un gros problème de gouvernance au sein de cet établissement.

jim 26/01/2008 18:07

Voila encore un trader fou comme Nicolas Lesson en Angleterre ! J'ai lu qu'il avait été arreté aujourdhui

Archives