Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

14 mars 2008 5 14 /03 /mars /2008 13:10

bercy.jpg 

 

J'avais expliqué dans un précédent billet comment le gouvernement avait construit sa prévision de croissance pour l'année 2008. J'avais aussi précisé que les hypothèses retenues étaient largement sous-évaluées. Aujourd'hui je reviens sur ces prévisions puisque à la fin du mois, l'Insee doit communiquer les derniers chiffres de l'exécution budgétaire 2007. La France devra ensuite notifier à Bruxelles avant le 1er avril ses nouvelles prévisions en matière de croissance et de finances publiques. Nous devrons attendre le 14 avril, à l'occasion de la réunion de la commission économique de la nation, pour connaître toutes les subtilités des chiffres avancés.

Pour mémoire, le budget 2008 a été bâti sur une croissance proche de 2 %, une inflation de 1,6 %, une parité euro-dollar à 1,37 et un cours du pétrole à 73 dollars le baril. Or, nul besoin d'être grand économiste pour constater combien ces chiffres étaient irréalistes il y a déjà un an. L'euro s'établit aux alentours de 1,56 dollar et le baril de pétrole frise les 111 dollars ! L'inflation, quant à elle, avoisine les 2,8 % en moyenne et la croissance est inférieure à 2 %...

Ainsi, nos finances publiques risquent fort de se dégrader bien plus que prévu (le déficit public 2007 était prévu au départ à 2,4 % du PIB), au grand dam de Bruxelles ! De plus, les nombreuses mesures voulues par Nicolas Sarkozy vont indubitablement peser sur les finances publiques. On pense aux mesures sur l'intéressement  et la participation qui devraient coûter entre 4 et 9 milliards d'euros. A cela s'ajoute la dette de l'Etat à l'égard de la Sécurité sociale qui s'est à nouveau creusée de 1,6 milliard d'euros. Alors bien sûr, notre gourvernement se rassure comme il peut, notamment avec les chiffres de la production industrielle et surtout les bons chiffres de l'intérim. Mais ce qui m'affole dans cette vision des chiffres, c'est que l'intérim est considérée comme un indicateur avancé de l'emploi. Quand on sait combien intérim rime avec précarité, je ne me vanterai pas trop de ces chiffres...

Pour finir, voici ci-dessous les chiffres de la dette pour certains pays d'Europe et l'évolution de la dette pour la France :

dette-publique-copie-1.png

                                  [ Source : Eurostat]

dette-publique2.png

                    [ Source : Rapport Pebereau sur la dette]

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gigi 21/03/2008 21:40

Effectivement, la dette est forte, et la croissance faible. Le problème, c'est qu'avec l'euro fort et la quasi absence d'inflation, on ne rembourse plus nos obligations avec de la monnaie de singe... La dette reste longtemps, contrairement à l'époque du Franc, où on ne se gènait pas pour dévaluer la monnaie.
Si on continue comme ça, on va au devant de graves problèmes de société, car à quoi cela rime t-il que l'état consacre 50% de son budget à rembourser uniquement les intére^ts d'emprunts ??
C'est enrichir les rentiers.... et non être productif. Il faudrait absolument réduire notre dette !!

Bernarddf 16/03/2008 13:16

Ces chiffres sont édifiants, ils prouvent combien notre économie souffre !

Archives