Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 11:02

 



J'avais écrit il y a quelques jours un billet sur le prix des matières premières agricoles. J'avais notamment expliqué que les envolées de prix que nous connaissons depuis quelques temps risquent de conduire à des troubles (et des émeutes) dans beaucoup de pays du monde. Aujourd'hui, je complète mon analyse en disant quelques mots sur la spéculation qui touche les matières premières agricoles.

Pour commencer, un fait évocateur de la situation : à Chicago, sur la tonne de blé, on a constaté à la fin de l'hiver des variations de plus de 100 dollars au cours d'une même séance, soit environ 20 % de la cotation du jour, selon l'Office national interprofessionnel des grandes cultures (ONIGC), un organisme public qui surveille l'évolution des marchés. Pour exprimer de manière chiffrée le niveau des variations de cours, on utilise le concept de volatilité. Pour faire simple, on peut dire que c'est une valeur mesurant la propension d'un actif (action, taux d'intérêt, cours du blé...) à varier significativement à la hause ou à la baisse. Plus cet actif à tendance à varier fortement sur une courte période de temps, plus cet actif est dit volatile. Mathématiquement, la volatilité est définie comme un écart-type, mais cela n'apporte rien de plus à mon analyse ici.

Revenons à notre sujet : pourquoi la volatilité est-elle si importante à étudier pour les matières premières ? Principalement parce qu'elle engendre de l'incertitude qui, comme je l'ai déjà rappelé sur ce blog, est le pire ennemi de l'investisseur sur un marché. Cette volatilité rend ainsi la tâche des industriels de l'agroalimentaire complexe et risquée. Les meuniers, par exemple, sont perturbés dans leurs politiques d'achat : quand le prix de la tonne de blé pouvait varier de quelques euros, désormais la différence peut s'élever de 20 à 30 euros.

Bien entendu, il ne faut pas perdre de vue que l'agriculture est par nature une activité volatile, car l'offre dépend des aléas climatiques et des anticipations de chaque agriculteur. De plus, le marché des céréales est très étroit : seulement 17,2 % de la production de blé sont exportés, 12,5 % du maïs et 7 % du riz. Par conséquent, au moindre déséquilibre, les cours varient considérablement. Mais ce que l'on connaît depuis ces derniers mois est bien plus inquiétant. Il s'agit en effet d'une envolée de prix couplée à une très grande volatilité qui ne peut s'expliquer uniquement par les facteurs cités ci-dessus. Je dénombre deux grandes explications :

         * De nombreux pays producteurs, soucieux de garantir une alimentation accessible à leur population, ont bloqué ou limité leurs exportations, d'abord de blé (Ukraine, Argentine...) puis de riz (Vietnam, Inde...). Quant à la Chine, redoutant la pénurie, elle tente de constituer des stocks stratégiques. Je ne parle même pas des agrocarburants qui détournent les matières premières agricoles de leur utilisation vivrière.

Pour illustrer mon propos, je vous propose un graphique de la FAO représentant l'évolution du stock de blé mondial :



         * Le grand MAL a un nom : la spéculation. En effet, les fonds d'investissement se sont engouffrés sur les marchés agricoles depuis 2004 environ, provoquant une amplification de la volatilité. Ces fonds spéculent sur les cours au moyen de produits financiers sophistiqués que l'on appelle des dérivés (futures, options,...) et que l'on trouve sur le marché à terme. Ainsi, à Paris, le nombre des contrats sur le blé est passé, de 2005 à 2007, de 210 000 à 970 000 !  Certains vont même plus loin, en ne se contentant plus d'opérer uniquement sur les marchés à terme. Ils achètent par exemple des terres ou des silos à grains en Afrique, en Amérique du Sud, en Ouzbékistan ou au Kazakhstan. 

Voici ci-dessous un graphique de la FAO représentant l'évolution du nombre de contrats à terme du blé au CBOT (Chicago Board of Trade, qui est la bourse où s'échangent les contrats sur les matières premières) :



La catastrophe à venir avec les fonds spéculatifs est la suivante : étant à la recherche de placements rentables, rien ne les empêche de passer d'un actif à l'autre au gré des arbitrages internes de rentabilité. Ainsi, si demain le blé ne leur semble plus être un actif rentable, ils pourront très facilement solder leurs positions sur ces contrats et investir leur argent sur d'autres actifs comme le pétrole ou l'or. Leur retrait massif provoquerait alors une chute des cours, ce qui conduirait les producteurs à délaisser la culture faute de prix rémunérateurs. Cela déboucherait finalement sur une aggravation de la crise alimentaire mondiale...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

gigi75 27/04/2008 22:39

Je vais sans doute vous parraitre contrariant, mais je ne pense pas que la flambée actuelle des matières premières soient dues à la spéculation. Je pense que c'est plutot l'inverse: la spéculation s'engouffre sur le thème (par mode) car les acteurs se rendent compte de la pénurie et espère vendre plus cher par la suite. Il ne faut pas oublier que -normalement- les premiers utilisateurs des "futures" sont les paysans pour couvrir le prix de vente. En clair, être assuré d'un revenu. Ils peuvent y gagner (si le prix baisse), ou y perdre (si le prix flambe). Ainsi, si la couverture n'est plus utilisée (ce qui est possible dans le futur proche), alors le paysan va subir le cours... qui va baisser probablement, car les bulles ne durent jamais longtemps !
Donc le deuxième effet est exactement ce que vous décrivez en conclusion: à savoir famine, car une fois que les prix auront baissés, les paysans vont se détourner de la production, et c'est là le risque...

Par contre là où je vous rejoint, c'est bien sur la volatilité: elle n'est pas favorable au développement d'une activité. Qu'il s'agisse d'ailleurs de volatilité des produits, ou des monnaies.

http://gigi75.over-blog.com/

SMZ 27/04/2008 21:09

Vous avez sans doute raison. Je pense également que la volatilité des cours de change a particulièrement été élevée depuis les événements des subprimes. Il est possible que cette dernière aie joué un rôle significatif dans le démarrage de cette spirale spéculative. SMZ

Raphaël DIDIER 27/04/2008 19:25

@ SMZ : Effectivement, lorsque les échanges se font principalement en dollars, une baisse de ce dernier renchérit les importations. Mais si le dollar devient trop fort, ce sont les exportations (et donc la compétitivité externe) qui sont mises en péril. Dans le cas actuel, il s'agit surtout de comprendre les variations brutales des cours des céréales qui ne s'expliquent ni pas par l'offre et la demande, ni exclusivement par un dollar faible.

SMZ 27/04/2008 18:47

N'y a t'il pas une correlation importante entre la baisse du dollar et la hausse des matières premières. Sauf erreur, 65-70% des échanges se font en dollar. Une baisse de ce dernier pousse la demande. Pour freiner la hausse des matières premières il faudrait que le dollar, que son taux d'intérêt, remonte. N'est-il pas ?
SMZ

Archives