Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

30 avril 2008 3 30 /04 /avril /2008 11:17

 



L'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale, a remis, mardi 29 avril, au Haut Commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, Martin Hirsch, et à la ministre du logement et de la ville, Christine Boutin,
son cinquième rapport.  On peut notamment y lire que le taux de pauvreté monétaire n’a pas augmenté de manière significative depuis les constats du précédent rapport de l’Observatoire (2005-2006). Néanmoins, il ne diminue plus depuis 2002... De manière chiffrée en peut dire qu'en 2005, 3,7 millions de personnes (6,3 % de la population totale) vivaient en dessous du seuil de pauvreté (681 euros par mois, seuil à 50%, pour une personne seule), soit un nombre identique à celui de 2003.

Le rapport conclut aussi, comme on peut aisément l'imaginer, que l
a pauvreté est inégalement répartie sur l’ensemble du territoire. Les zones particulièrement défavorisés se situeraient dans le nord et l’est, sur le pourtour méditerranéen et dans les départements d’outre-mer.

On y lit également que l’isolement est un facteur majeur d’entrée dans la pauvreté, quel que soit l’âge de la personne concernée. Les familles monoparentales, parmi lesquelles les femmes sont largement majoritaires en tant que chef de famille, sont particulièrement touchées.

En fait, le véritable problème souligné par le rapport est que l'intensité de la pauvreté tend à s'aggraver. L'écart entre le niveau de vie médian des ménages pauvres et le seuil de pauvreté ne cessant de s'accroître depuis 2002 (16,3 % en 2002 à 18,2 % 2005), de plus en plus de personnes tombent dans la précarité durable que notre système politique n'arrive pas à enrayer.

Si j'ai voulu traiter de cette question, c'est d'abord parce qu'il est très difficile de mesurer réellement la pauvreté. La mesure de la pauvreté est en effet tributaire des définitions retenues. Une définition adoptée au niveau européen considère comme pauvres «les personnes dont les ressources matérielles, culturelles et sociales sont si faibles qu’elles sont exclues des modes de vie minimaux acceptables dans l’État dans lequel elles vivent
». En France, nous utilisons une approche dite relative, c’est-à-dire liant la définition de la pauvreté au niveau de vie propre à la société considérée. Par conséquent, dans notre pays, une personne est considérée comme pauvre au sens monétaire, si son niveau de vie est inférieur à 60% du revenu médian de la population (certaines définitions utlisent le seuil à 50% comme pour les chiffres présentés ci-dessus). D'autres pays, comme les Etats-Unis et le Canada, privilégient une approche absolue de la pauvreté monétaire.

À titre d’exemple, un ménage composé d’un couple et de deux enfants de 14 et 8 ans, disposant d’un revenu mensuel de 1 500 euros en 2005, sera considéré comme pauvre monétairement : en effet, son revenu corrigé de la composition du ménage est de (1 500/(1 + 0,5 + 0,5 + 0,3)) soit : 652,17 euros. Ce revenu est inférieur au seuil de pauvreté monétaire à 50 % (681 euros) comme à 60 % (817 euros).

Cela montre donc que même l'emploi protège de moins en moins contre la pauvreté. En 2003 et 2005, le phénomène des working poor (travailleurs pauvres) s'est ainsi accentué : il y a trois ans, 1,74 million de personnes, soit 7 % des travailleurs, occupaient un emploi mais étaient malgré tout dans un ménage ayant un revenu inférieur au seuil de pauvreté. Deux ans plus tôt, ils étaient 1,47 million...Plus de 40 % des travailleurs pauvres ont ainsi un revenu supérieur à un smic annuel mais qui, rapporté à la composition de leur ménage et en l'absence d'autres ressources, ne permet pas de dépasser le seuil de pauvreté.

Il s'agit certainement là du plus grand échec de notre société moderne. Alors, arrêtons de parler d'heures supplémentaires et de sanctions systématiques pour les chômeurs lorsqu'une personne qui travaille n'arrive même plus à couvrir ses besoins les plus élémentaires (logement, chauffage, nourriture,...).

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Dusty 30/04/2008 19:41

Super article ! Toujours aussi clair. Plaisir à vous lire. Merci

Archives