Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

4 juillet 2008 5 04 /07 /juillet /2008 10:38

 



La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé, jeudi 3 juillet, qu'elle augmentait son principal taux directeur d'un quart de point à 4,25 %. Rappelons pour simplifier que le taux de refinancement détermine le coût du crédit que les banques s'accordent entre-elles lorsqu'elles ont ebsoin de liquidité. Ainsi, on comprend immédiatement que l'augmentation de ce coût implique, en général, une augmentation du coût du crédit en zone euro pour les particuliers et les entreprises.

Et c'est justement la raison pour laquelle cette décision de la BCE est controversée. En effet, elle intervient à un moment où l'économie montre des signes de faiblesse de plus en plus marqués : ralentissement des exportations, hausse de l'euro, baisse de l'activité industrielle et de la consommation, etc. Cette hausse agace visiblement beaucoup les dirigeants politiques puisque notre omniprésident a suggéré à la BCE de "se poser la question de la croissance économique en Europe et pas simplement de l'inflation". Plus surprenant, l'Allemagne – pourtant attachée à l'indépendance de la BCE – a fait état de son inquiétude par la voix de son ministre des finances, Peer Steinbrück !

Mais pourquoi la BCE a-t-elle donc relevé son taux directeur au vu des risques sur la croissance ? Tout simplement parce qu'elle applique exactement le mandat qu'elle a reçu du Traité de Maastricht. Celui-ci lui confie à la BCE, en vertu de l’article 105, pour objectif principal la stabilité des prix dans la zone euro. Ceci est évidemment à l'antipode de la banque centrale américaine (FED) qui, quant à elle, a pour objectifs la stabilité des prix et la croissance ! Le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, l'a d'ailleurs clairement rappelé lors de sa conférence de presse. Il a notamment indiqué que le relèvement du principal taux directeur vise à "contrer les risques de surchauffe inflationniste et prévenir les dangers d'effets de second tour" (i.e un emballement généralisé et durable des prix via des hausses salariales). Et il poursuit en déclarant que "le conseil des gouverneurs reste fermement déterminé" à combattre les risques de dérapage des prix et réaffirme que la lutte contre l'inflation reste sa priorité".

Je suis persuadé depuis longtemps que la BCE devrait s'occuper de la stabilité des prix et de la croissance. Ce serait une évolution souhaitable. Mais la réaction des politiques ces dernières années n'est, quant à elle, finalement que pure tartufferie. En effet, ce sont les mêmes qui ont ratifié le Traité de Maastricht (qui a donné naissance à la BCE notamment...) qui aujourd'hui critiquent son mode de fonctionnement !

Partager cet article

Repost0

commentaires

lewalis 09/07/2008 22:11

C'est une décision attendue! Nous savions qu'elle allait tomber!

Il ne faut pas oublier que cette hausse du teux d'interet va augmenter à nouveau le cours de l'euro et donc nous pénaliser encore d'avantage! Surtout nous pauvres français!

Mais peut être qu'une remise en question de la politique économique de l'UE en général serait bénéfique et souhaitable!

marc d Here 04/07/2008 13:37

La décision de la BCE est l'application dogmatique d'une politique de droite. Mais elle n'est pas adaptée: ce n'est pas l'augmentation du taux de base qui fera, directement, baisser le prix du pétrole. Les prix continueront donc à augmenter mais la croissance sera entravée.

Nicolas sarkozy a raison de critiquer et de chercher à s'opposer à cette politique, il cherche à convaincre tous les Européens de le suivre, ce qui n'est pas exclu.

Archives