Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 11:06




Aujourd'hui, suite à ma conférence d'hier soir sur le thème du pouvoir d'achat, je souhaiterais écrire un petit billet concernant le rapport de l'Organisation internationale du travail (OIT) rendu public jeudi 16 octobre. Ce rapport, intitulé "Rapport sur le travail dans le monde 2008: Les inégalités de revenu à l’épreuve de la mondialisation financière", nous donne une photographie des inégalités au niveau mondial. Rappelons que ce rapport représente l’étude la plus complète sur les inégalités de revenu réalisée par l’Institut à ce jour. Les salaires et la croissance dans 73 pays développés ainsi qu’en développement y sont examinés. Ces conclusions auront donc une portée importante au vu du contexte économique actuel. Et les résultats sont assez stupéfiants...

Ainsi, en dépit d’une forte croissance de l’économie mondiale qui a créé des millions d’emplois depuis le début des années 1990 - l’emploi global a augmenté de 30 pour cent entre le début des années 1990 et 2007 - , les inégalités de revenus ont continué de se creuser de façon significative dans la plupart des régions du monde et devraient encore s’accroître du fait de la crise financière actuelle.

Mais lorsque l'on rentre dans les détails, on découvre non seulement que les écarts de revenu entre ménages riches et ménages pauvres se sont considérablement accrus , mais surtout que les travailleurs ont obtenu une part plus faible des fruits de la croissance économique, la part des salaires dans le revenu national ayant décliné dans 53 pays sur les 73 pour lesquels des données sont disponibles ! La diminution la plus forte s'est produite en Amérique latine et dans les Caraïbes (13 points en moins), suivies de l'Asie et de la région du Pacifique (- 10 points). Je ne citerai qu'une seule phrase de ce rapport qui résume l'ensemble de mon propos : "Le ralentissement mondial actuel de l’économie affecte de façon disproportionnée les catégories à bas revenus"... Au moment même où il faudrait, en priorité, s'occuper des bas revenus, les rapports de force au sein de la société font que les salariés modestes sont en perte de vitesse. Curieuse façon d'imaginer la construction d'une citoyenneté européenne, voire mondiale, dont on nous parle tant !

L'étude, très complète, nous fournit ensuite des données chiffrées que je vais résumer succinctement :

 * Entre 1990 et 2005, l’écart de revenu entre les 10 pour cent des salariés les mieux rémunérés et les 10 pour cent les moins bien payés - appelé rapport interdécile - a augmenté dans 18 pays sur les 27 observés.

 * Au cours de la même période, le revenu total des ménages à hauts revenus s’est accru plus rapidement que celui des ménages à moyen et bas revenus dans près de 70% des pays étudiés.

 * En 2007, les dirigeants des 15 plus grandes entreprises américaines gagnaient en moyenne 520 fois le salaire moyen d’un employé, contre 360 fois en 2003 ! L'étude confirme par ailleurs que des tendances semblables ont été enregistrées en Australie, Allemagne, Hong-kong (Chine), Pays-Bas et Afrique du Sud...

 * Dans les années 1990, les crises du système bancaire ont été nettement plus fréquentes qu'auparavant, entraînant, au passage, d'importantes destructions d'emplois qui ont frappé les ménages les plus vulnérables.

 * Entre 1993 et 2007, le taux d'imposition moyen des ménages situés en haut de l'échelle des revenus a baissé de trois points, passant de 37 % à 34 %. Cela signifie que les politiques fiscales sont devenues moins redistributives. C'est d'autant plus préjudiciable que les politiques sociales n'ont pas réussi à contrebalancer ce phénomène, alors qu'au même moment, on parle un peu partout dans le monde de solidarité...

Le rapport indique que des inégalités de revenu excessives pourraient être associées à des taux de criminalité accrus, une espérance de vie réduite et, dans le cas des pays pauvres, à la malnutrition et à une plus forte probabilité de voir les enfants privés d’école pour aller travailler. Cela se comprend aisément : les inégalités sont presque partout ressenties comme une injustice. C'est ce qui a poussé les économistes a réfléchir depuis longtemps à cette question de la justice sociale et aux conséquences néfastes des inagalités.

Le risque est donc grand de voir la situation de nombreux pays devenir socialement dangereuse et économiquement inefficace. Mais cela relève en premier chef du domaine politique !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives