Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 12:56



Décidément, le secteur financier n'a pas fini de faire parler de lui... il y a deux jours, le Wall Street Journal nous apprenait l'existence de la plus grande escroquerie du monde aux Etats-Unis : 50 milliards de dollars !

Le célèbre courtier de Wall Street Bernard Madoff (70 ans) est accusé d'avoir monté une gigantesque fraude pyramidale de 50 milliards de dollars à travers sa société la Bernard L. Madoff Investment Securities LLC. Ceci, aux dépens de ses clients et de bon nombre de grandes institutions financières internationales. Ainsi, dimanche soir, BNP Paribas estimait qu'elle pourrait perdre 350 millions d'euros. La banque souligne - pour sauver son image -qu'elle n'a pas investi directement dans les fonds spéculatifs du gérant, mais qu'elle est exposée via ses activités de marchés et les prêts qu'elle a accordés à certains fonds qui ont en revanche investi dans les hedge funds de Madoff. Il s'agit donc d'une nouvelle preuve de ce que j'appelle régulièrement ici le capitalisme de barbichettes : tous les établissements financiers de la planète sont liés entre-eux d'une manière ou d'une autre à travers le marché financier !

Je vous propose par conséquent, avant toute analyse, un petit tour d'horizon des liens entre la société de Madoff et les différents établissements financiers du monde :

 * aux Etats-Unis, trois fonds spéculatifs seraient d'ores et déjà annoncé parmi les victimes de cette arnaque : Fairfield Greenwich Group, Tremont Capital Management et Maxam Capital Management

 * en France, en dehors de BNP Paribas, on apprenait hier soir que Natixis, filiale des groupes Caisse d'épargne et Banque populaire, pourrait perdre jusqu'à 450 millions d'euros dans l'escroquerie d'après un communiqué officiel... Société Générale serait elle aussi touchée.

 * en Espagne, la première banque Santader a annoncé que les clients de son fonds spéculatif Optimal Strategic étaient exposés à hauteur de 2,33 milliards d'euros à la fraude Madoff ! Elle aurait également investi 17 millions d'euros pour son propre compte dans cette arnaque.

 * en Grande-Bretagne, la banque Royal Bank of Scotland a annoncé lundi que ses pertes liées à des investissements avec le gérant de fonds new-yorkais Bernard Madoff étaient estimées à 460 millions d'euros.

 * en Italie, UniCredit a indiqué lundi, dans un communiqué, être exposée à hauteur de 75 millions d'euros à la fraude Madoff.

 * en Suisse, selon le journal helvétique Le Temps, les risque s'élèveraient à  jusqu'à 5 milliards de dollars !

Mais ce n'est pas tout, car il n'y a pas que des personnes morales qui ont goûté à ce pseudo-paradis de rentabilité extrême : certaines riches personnalités ont, elles aussi, cru à ces promesses de rendements mirobolants !


Parmi les riches personnalités américaines qui avaient confié des fonds à M. Madoff, le Wall Street Journal cite Fred Wilpon, propriétaire de l'équipe de base-ball des Mets de New York, J. Ezra Merkin, président de GMAC (société de services financiers détenue par General Motors et le fonds Cerberus, propriétaire de Chrysler), ainsi que Norman Braman, ancien propriétaire des Philadelphia Eagles, une équipe de football américain.

Après cet inventaire à la Prévert des personnes touchées par cette vaste escroquerie, il est temps d'analyser un peu le principe employé. Sur quoi repose donc cette arnaque ? En fait, l'ensemble reposait sur une structure pyramidale où les premiers investisseurs reçoivent de forts taux de rentabilité grâce à l'argent amené par d'autres investisseurs eux-même attirés par la richesse facile proposée. Dit autrement, l'argent amené par les nouveaux venus sert à payer ceux qui ont déjà investi dans le système et ainsi de suite, d'où l'adjectif pyramidal. Tout ceci fonctionne jusqu'au moment où les investisseurs veulent récupérer leur argent, et où forcément on comprend l'arnaque sous-jacente ! Sont alors gagnants ceux qui ont quitté le navire à temps et bien entendu l'organisateur en général.

L'idée n'est pas nouvelle et fut utilisée en 1920 à Boston par Charles Ponzi, qui devint ainsi millionnaire en 6 mois en promettant un rendement de 50 % en 90 jours. Le système attira environ 40 000 personnes qui apportèrent 15 millions de dollars ! Depuis, on parle par conséquent soit de sytème pyramidal, soit de schéma de Ponzi pour désigner cette escroquerie qui se renouvelle sans cesse : l'Albanie a connu ce genre d'escroquerie massive en 1997, ainsi que la Colombie il y a quelques semaines...

Mais qu'est-ce qui pousse donc toutes ces personnes, déjà riches pour la plupart, à investir leur argent dans de pareils fonds ? Tout simplement la cupidité ! La recherche d'un gain encore plus grand pousse ainsi les établissements financiers à croire à ces promesses de rentabilité à court terme afin de servir des rémunérations plus grandes à leurs actionnaires ! Cette logique de capitalisme à court terme implique donc des prises de risques toujours croissantes, quitte à tout perdre... Comment voulez-vous donc, dans ces conditions, redonner confiance à tous ces salariés en l'économie ?

Certains pensaient que la crise des subprimes allait nous permettre de changer tout cela, mais la pauvreté du communiqué final du dernier G20 nous a rappelé que l'appât du gain restera encore longtemps le moteur de l'économie !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives