Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 11:12




Souvenez-vous du Président américain Hoover qui s'était rendu célèbre pendant la Grande Dépression parce qu'il annonçait tous les mois que la reprise était au coin de la rue. Aujourd'hui, certains dirigeants politiques et économiques semblent appliquer la même méthode coué : je pense bien entendu à Messieurs Bernanke et Trichet qui estiment que la reprise pourrait se profiler à l'horizon 2010. Or, pour l'instant, la plupart des économistes sont d'accord pour dire qu'il n'y a aucun indicateur suffisamment pertinent pour permettre une telle prédiction à court terme. Bien au contraire ! Les voyants passent, pour la plupart, du vert au rouge ces derniers temps.

Il en est ainsi des chiffres de la croissance en premier lieu. Le gouvernement français s'apprête d'ailleurs à réviser ses prévisions de croissance pour l'année 2009 en tablant désormais sur une fourchette comprise entre - 1 et - 1,5 %. Rien qu'au 4e trimestre 2008, l'évolution de la croissance du PIB a été la suivante :


  • France : -1,2 %
  • Allemagne : -2,3 %
  • Belgique : -1,9 %
  • Italie : -1,8 %
  • Espagne : -2,0 %
  • Hongrie : - 1,0 %


Autant dire que les chiffres sont mauvais partout en Europe ! A tel point que les économistes de la Commission européenne prévoient un recul de 1,8 % de la croissance en 2009... chiffre confirmé par le passage au rouge de la consommation des ménages, des investissements et du commerce extérieur !

 

Mais les chiffres les plus mauvais sont évidemment à trouver du côté de l'emploi : L'Union devrait enregistrer cette année 3,5 millions de suppressions d'emplois et une hausse du chômage. Le taux de chômage devrait ainsi atteindre 8,8 % dans l'Union européenne en 2009 (contre 9,25 % dans la zone euro), et augmenter encore en 2010.

La France n'échappe pas à ce mouvement négatif de l'emploi. Le nombre de demandeurs d’emploi a ainsi crû de manière vertigineuse au mois de janvier 2009 : 90 000 personnes de plus par rapport au mois de décembre, ce qui représente une hausse brutale de 4,3 % en un mois, et de 15,4 % sur un an. 23,5 % de ces nouveaux demandeurs d’emploi proviennent d'un licenciement économique, dû à la réduction d'activité de l'économie française. A noter également que les dizaines de milliers de personnes placées au chômage partiel économique ne sont pas comptabilisées dans les statistiques officielles du chômage. Le nombre de demandeurs d’emploi (c’est-à-dire de chômeurs inscrits dans la catégorie 1 du Pôle Emploi) atteint dès lors 2 204 500 !

Même l'effet d'annonce de notre omniprésident n'a pas fonctionné très longtemps : celui-ci avait conditionné l'octroi des aides gouvernementales à l'industrie automobile à un engagement des constructeurs à maintenir leurs usines en France et à ne pas délocaliser "en Tchéquie ou ailleurs" (dixit). Taxé de protectionniste par les autres Etats européens et aussi par la Commission Européenne, ce plan a été retoqué depuis sans commentaire de notre gouvernement sur ce camouflet : l'exécutif européen a ainsi céclaré hier soir que la France s'est notamment engagée à ce que "les conventions de prêt avec les constructeurs automobiles ne contiennent aucune condition relevant de la localisation de leurs activités ou de l'approvisionnement en priorité auprès de fournisseurs installés en France". En clair : plus aucune condition sur l'emploi et les délocalisations dans le plan français d'aide à l'indsutrie automobile...


Pour finir, Bruxelles a tout de même réussi à trouvé un élément positif dans son rapport : les pressions inflationnistes baissent rapidement en raison de la chute des prix des denrées de base. L'inflation devrait  passer de 3,7 % en 2008 dans l'Union (contre 3,3 % dans la zone euro) à quelque 1 % en 2009 (tant dans l'Union que dans la zone euro). Mais ceci est loin d'être une bonne nouvelle dans la mesure où un danger plus grand nous guette : la déflation. Rappelez-vous la marasme économique au japon suite à la crise asiatique de 1997 et vous comprendrez pourquoi la déflation est bien plus redoutée (et redoutable) que l'inflation !

A court terme, l'horizon semble bel et bien bouché...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MERCIER Gérard 03/03/2009 18:14

Je viens de lire un papier dans le "Monde" avec lequel on ne peut pas ne pas être d'accord. L'article évoque avec beaucoup de réalisme les sombres perspectives dans le domaine de l'automobile. Force est de constater que nous sommes placés devant le fait accompli le plus terrible qui soit: le modèle de "croissance" dans lequel on croyait dans ce domaine est bel et bien moribond... Et rien sérieusement ne semble pouvoir le sauver. Il nous faudra beaucoup de courage, d'efforts et d'imagination pour concevoir un autre modèle économique dans ce secteur (comme dans d'autres d'ailleurs)..

Archives