Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

31 mars 2009 2 31 /03 /mars /2009 12:35




On parle beaucoup ces derniers jours du décret que va prendre le gouvernement pour encadrer les rémunérations variables des dirigeants d'entreprises aidées par l'Etat. D'ores et déjà on s'achemine vers un décret bancal puisque d'après le Premier ministre, il ne doit s'agir que de "règles de temps de crise". Donc, une fois la tempête passée, les parachutes dorés pourront à nouveau redevenir exorbitants ? C'est peut-être aussi pour cela que Monsieur Fillon a déclaré exclure catégoriquement l'idée d'encadrer de façon globale les rémunérations patronales...

Quoi qu'il en soit, étant frontalier, lorsque je regarde de l'autre côté du Rhin, je ne peux que constater les mêmes excès : les neuf anciens membres du directoire de la Dresdner Bank - rachetée Commerzbank - ont perçu l'an dernier 58 millions d'euros de revenus malgré les pertes enregistrées par la banque. En moyenne, ils ont chacun perçu 6,4 millions d'euros l'an dernier, soit plus du double des sommes perçues en 2007, en raison du versement d'indemnités et de droits à la retraite avant leur départ de la banque, consécutif à son rachat par Commerzbank. Si cela a du mal à passer dans l'opinion publique allemande, c'est aussi parce que la Commerzbank, qui a publié une perte nette, incluant Dresdner Bank, de 6,6 milliards d'euros en 2008, vient d'être partiellement nationalisée !

Les politiques ont ainsi rapidement saisi l'occasion de donner de la voix, surtout avant les élections générales qui auront lieu en septembre en Allemagne. Mais le mal était fait, et le quotidien populaire Bild en a fait ses choux gras en publiant la photo que j'ai insérée dans cet article et en appelant les Allemands à exprimer leur mécontentement en envoyant à la Chancelière Angela Merckel une lettre de protestation dont ils fournissent même le modèle (ceux qui connaissent l'allemand
pourront la trouver à cette adresse).

Il faut aussi dire que du côté allemand, les patrons de banques s'en donnent à coeur joie dans les rémunérations et annonces scandaleuses : à la Postbank, après avoir touché plus de 3,3 millions d'euros en 2008 malgré des pertes de 821 millions d'euros, Wolfgang Klein, le PDG veut calmer les esprits en se disant prêt à ne toucher qu'un euro symbolique en 2009. Dans le même registre, le patron de la Deutsche Bank, Josef Ackermann, avait annoncé il y a quelques mois, qu'en raison de la crise, il diviserai ses revenus par deux et ne s'accorderait aucun bonus. Mais était-il nécessaire qu'il déclare plus loin avoir fait ce geste en faveur des employés "qui ont davantage besoin de cet argent" ? Surtout lorsque l'on sait que son salaire est estimé à 14 millions d'euros annuel, dont une grande partie provient de bonus...

Pour finir, j'apprends à l'instant sur le site de l'Express que Daniel Bouton, PDG de la Société Générale, est affilié à un régime de retraite mis en place au début des années 80, qui lui assurera une retraite totale, lorsqu'elle sera liquidée, de 58% de son dernier salaire de dirigeant exécutif, soit environ 730 000 euros par an !

Et après tout cela, on nous parle de moraliser le capitalisme ? Lorsque j'entends Laurence Parisot affirmer qu'en matière de rémunération "l'autorégulation peut apporter beaucoup, peut-être même plus que des lois" et plus loin ajouter que "ce la loi ne peut pas faire totalement, nous avons la conviction au Medef qu'un code éthique peut le faire", je me dis que la bêtise le cynisme n'a pas de limite.

Je repense alors à ces quelques mots de d'Alembert : "Tous crient de concert haro sur le premier qui osera se moquer des sottises sur lesquelles ils s'accordent".

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Michel 04/04/2009 10:46

Personnellement, je me suis toujours senti "agacé" par les salaires et avantages extravagants des grands patrons, mais je me disais que nous vivions selon les lois du capitalisme.... Tant que leurs entreprises croissaient, fournissaient du travail et du pouvoir d'achat aux "masses laborieuses", ma foi....
Là où ça ne va plus c'est que l'on constate désormais que quelles que soient les performances de leur entreprise, aussi catastrophiques que soient les résultats de leur gestion, ces mêmes patrons trouvent normal de bénéficier de salaires, bonus, parachutes exorbitants et nullement mérités.
Ils n'ont même pas conscience d'être mauvais, incompétents ou alors c'est qu'ils s'en fichent éperdument.
C'est hélas particulièrement vrai en France avec cette circonstance aggravante que les grands patrons sont parmi les mieux rémunérés d'Europe alors que la rémunération moyenne des salariés est une des plus faibles (d'Europe toujours).
Alors s'ils sont dans cet état d'esprit, à mon avis, le code éthique du Medef, ils s'asseoient dessus!.....

Raphaël DIDIER 04/04/2009 13:05


Le salaire des grands patrons est devenu un problème depuis qu'il s'est déconnecté de la base salariale. De grandes responsabilités ne justifient pas tout, car
dans ce cas, de nombreuses professions seraient fondées à demander des salaires mirobolants... De plus, ces rémunérations, même variables, ne sont réellement liées à la performance que dans 50 %
des cas tout au plus. Cela signifie que l'on crée un système basé sur la croyance en les performances d'un PDG, indépendamment de ses capacités réelles. Dans la logique du capitalisme financier qui
se base sur le profit à court terme, on peut trouver toutes les justifications possibles visiblement... Triste réalité !


MERCIER Gérard 31/03/2009 18:46

Je viens de prendre connaissance de votre dernier article sur les "avantages" des grands patrons... Passionné d'Histoire, je me dis que l'on devait raisonner de cette manière dans les salons de l'ancien régime sans voir ou vouloir ne pas voir que cela menait tout droit à... la Révolution... Car agiter ainsi d'insolents privilèges sous le nez de ceux qui comptent leurs sous en fin de mois (quand il leur en reste) c'est de l'inconscience pure!

Raphaël DIDIER 01/04/2009 12:39


Vous avez tout à fait raison ! Plus récemment, l'Amérique Latine fut un modèle d'inégalité qui déboucha sur une révolte massive. Malheureusement, les
leçons de l'histoire semblent s'évanouir dans les méandres du capitalisme...


Archives