Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 12:27



Je reviens juste de mes pérégrinations parisiennes qui m'ont conduit à participer au jury d'admission d'une grande école d'ingénieurs comme je vous l'avais dit. S'il y a bien quelque chose que je retiens de ces journées, c'est le nombre de fois où l'on m'a cité la grippe A comme événement de l'actualité. Même à la gare de l'Est j'ai eu le droit à la phraséologie sanitaire officielle : "si après votre voyage vous avez de la fièvre...". L'information a en effet été renforcée dans les gares et les aéroports français à la suite du passage au niveau 6 d'alerte (pandémie) pour la grippe A, décidé par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) le 11 juin 2009.

Je souhaiterais juste faire quelques remarques à ce sujet : le niveau 6 (pandémie) n'a été atteint, à ma connaissance, que trois fois au cours du XXe siècle :

* En 1918-1919, la grippe espagnole a fait de 50 à 100 millions de morts à une époque où vaccins, antiviraux et antibiotiques capables de traiter les infections secondaires n'existaient pas.

* En 1957, la grippe asiatique a fait 4 millions de morts.

* En 1968, la grippe de Hongkong a fait 2 millions de morts.

Qu'en est-il de la grippe A actuelle ? Selon le dernier bilan publié mercredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus H1N1 de la grippe porcine a contaminé 77 201 personnes dans 120 pays et territoires, et fait 332 morts. Certes, c'est une tragédie pour les proches de ces personnes. Mais ce chiffre justifie-t-il la panique actuelle lorsqu'on sait, à titre de comparaison, que la grippe saisonnière est à l'origine, chaque année, de 3 à 5 millions de cas graves et de 250 000 à 500 000 décès, selon l'Institut Pasteur ?

En creusant un peu, on comprend que certains laboratoires pharmaceutiques viennent de sauver leur chiffre d'affaires annuel avec les commandes de Tamiflu et de Relenza, deux médicaments qui traitent plus ou moins bien les virus de la grippe (encore que de nombreux spécialistes nuancent leur efficacité...). Ainsi, la laboratoire Roche, peut enfin écouler ses stocks qui datent de la grippe aviaire de 2005 : d'après l'Humanité, en France, une boîte de Tamiflu de 75 mg (dose adulte) en gélules est vendue directement par le fabricant aux hôpitaux au prix de 17,87 euros (24,85 euros en pharmacie). Sachant que la France a passé commande pour 24 millions de traitements - auxquels s’ajoutent 9 millions de Relenza, l’autre antiviral, produit par le laboratoire britannique GlaxoSmithKline - on peut estimer que le coût total de Tamiflu s’élèverait à 428 millions d'euros ! Petit rappel : la même boîte valait 7,70 euros en 2006...

Il en est de même des vaccins contre le virus de la grippe A. Les différentes annonces péremptoires sur la nécessité de vacciner toute les population d'un pays contre le virus H1N1 (dès que le vaccin sera disponible !), explique certainement aussi pourquoi, bien que la crainte d’une pandémie avait fait reculer les Bourses européennes, les valeurs pharmaceutiques continuaient à grimper... Et depuis, c'est véritablement la course à la création de vaccins qui s'est engagée : Sanofi Pasteur a ainsi reçu une commande de vaccins émanant des États-Unis pour un montant de 136 millions d’euros, tout comme le britannique GlaxoSmithKline (GSK), pour une commande d’un montant de 130 millions d’euros. La France a même pris une option pour sur 50 millions de doses auprès de GSK, et négocie avec Sanofi Pasteur et Novartis pour l'achat de 50 millions de doses supplémentaires. Le suisse Novartis a semble-t-il pris de l'avance sur ses concurrents et a déjà reçu des commandes de plus d’une trentaine de gouvernements d’Europe, d’Asie et d’Amérique du Nord (206 millions d’euros ont d'ailleurs été fournis par le ministère de la Santé américain).

En définitive, sans minimiser pour autant cette épidémie, il n'en demeure pas moins vrai qu'il est indispensable de prendre un peu de champ par rapport à cette question pour la replacer notamment dans son contexte économico-politique.


N.B : pour l'instant ça va, je suis vivant encore...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Clément Calleja 15/07/2009 16:57

Je tenais simplement à vous témoigner mon accord avec votre avis...Depuis le début de cette pandémie, je ne cesse de dire aux gens de prendre du recul et de minimiser celle-ci...

Par ailleurs, pourriez-vous dans un prochain billet évoquer l'avenir de la France en matière de déficit et de dette publique ? Lorsqu'on sait que la dette publique atteindra plus de 90% du PIB en 2010 par exemple, cela peut affoler, et aucun gouvernement ne semble vouloir évaluer l'impact de ceux-ci! Qu'en adviendra-t-il par exemple du respect des Critères de Maastricht ?! Je pense que sans une prise en compte réelle, dans le cadre d'un programme éléctoral "révolutionnaire" prônant la rigueur, aucun changement dans l'optique d'une réduction des déficits ne pourra être entamée...Quel peut-être votre éclairage là dessus ?

Merci d'avance !

Raphaël DIDIER 17/07/2009 10:20


Je ne manquerai pas de rédiger prochainement un article sur le déficit et la dette publique. Ce sera d'ailleurs l'objet d'une de mes
conférences à la rentrée !


Archives