Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 10:36



Les faillites bancaires n'en finissent pas aux Etats-Unis. A preuve, depuis la semaine dernière, 5 banques ont été déclarées en faillite par la FDIC (Compagnie fédérale d'assurance des dépôts bancaires). Parmi elles se trouvait la Colonial Bank, créée en 1981 et basée à Montgomery, dans l'Alabama. Spécialisée dans le prêt immobilier et possédant un réseau de 346 agences, elle devient, par la taille de son actif, la plus grande banque à faire faillite depuis le début de l'année, même si elle ne se classe que 44e dans le dernier classement de la FED.

Ses dépôts (environ 20 milliards de dollars) et l'essentiel de ses actifs (22 des 25 milliards de dollars) ont été repris par la banque BB&T (Bank Branching & Trust), basée en Caroline du Nord. La FDIC conservera donc le reste des actifs pour une résolution ultérieure... ce qui explique que la FDIC ait estimé à 2,8 milliards de dollars le coût de cette faillite (3,67 milliards pour l'ensemble de ces nouvelles faillites...) pour son fonds d'assurance. Car n'oublions pas que cet organisme garantit  surtout les dépôts des clients, à hauteur de 250 000 dollars jusqu'en 2013 suite à une promesse du président Obama ! En 2014, le plafond retombera à 100 000 dollars pour les dépôts classiques avec quelques exceptions.

Revenons-en à BB&T : quinzième banque commerciale des Etats-Unis par la taille de son actif, selon le dernier classement de la réserve fédérale américaine, elle deviendra par cette opération le huitième plus gros holding financier du pays par la taille de ses dépôts. C'est pourquoi, elle s'est ainsi fendue d'un communiqué qualifiant cette acquisition de "plus grande depuis 137 ans qu'elle existe ". Ce rachat permet aussi à BB&T d'élargir sa zone géographique, jusque-là concentrée essentiellement sur la Caroline du Nord et la Virginie voisine. Pour l'anecdote, rappelons que BB&T, renflouée par le Trésor américain à l'automne, fut l'une des premières banques à rembourser l'Etat de son investissement en juin...

Au-delà de la facture qui restera à la charge des citoyens américains (à travers la note de la FDIC notamment), il y a aussi un problème d'organisation du marché qui va se poser avec acuité dans les prochains mois. En effet, comme c'est déjà le cas au Royaume-Uni avec les fusions gigantesques suivie de nationalisations partielles ou totales, le paysage bancaire va profondément évoluer suite à la crise. Le problème, c'est que certaines banques vont constituer de véritables monopoles sur certains segments de clientèle, que le régulateur n'aura que peu de chances de limiter lorsque l'économie ira mieux.

Imaginez dès lors l'imbroglio juridique avec la Commission européenne lorsque cette dernière fera valoir, à juste titre, que ce comportement monopolistique affecte le commerce entre les pays membres de l'Union européenne et constitue donc, sinon un abus de position dominante, au moins une pratique commerciale restrictive conformément aux article 81 et 82 du Traité instituant la Communauté européenne. Or, comme le rappelle le commissaire à la concurrence, Neelie Kroes, "les pratiques commerciales restrictives et les abus de position dominante supposent nécessairement l'existence d'un droit à la réparation des dommages subis pour les victimes d'infractions au droit de la concurrence, et ce qu'il s'agisse de consommateurs ou d'entreprises". Les contentieux risquent donc d'être légion et de désorganiser encore un peu plus l'Europe économique et politique ! Certes, les juristes feront valoir que l’article 82 du Traité instituant la Communauté européenne n’interdit pas le monopole ou la position dominante en soi. Il interdit seulement le fait pour une ou plusieurs entreprises d’exploiter de façon abusive une telle position sur le marché intérieur ou sur une partie substantielle de celui-ci, dans l’objectif d’éliminer ses concurrents. Mais croyez-vous vraiment qu'une banque qui pourrait éliminer son gentil petit concurrent sur un segment va s'en priver ?

Pour finir, à l'instar de nombreux Américains, vous pouvez vous rendre sur le site de la
FDIC dont j'ai parlé plus haut pour y suivre tous les jours - et en première page ! - la liste des banques en faillite et les restructurations envisagées... Il semblerait que ce soit devenu un sport national !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Marc Hauth 25/09/2009 23:07


Si les banques pouvaient être sponsor pour promouvoir le concept de la gestion globale de l'eau cela serait à coup sur un bon investissement car l'eau qu'on met dans les terres sèche fini par faire
pousser de la végétations... qu'il suffit de vendre pour retouver sa mise de fond.
http://www.dailymotion.com/user/jeandb/video/xabta8_biefs-du-pilat-sept-2009_tech


Archives