Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

7 octobre 2009 3 07 /10 /octobre /2009 13:43

 



Les auditeurs du premier cafet'éco du cycle 2009-2010 m'ont demandé de consacrer la prochaine rencontre à la question de la dette publique. En effet, que de chiffres alarmistes et d'analyses terrifiantes distillés dans les journaux ces derniers jours ! Le déficit et la dette sont d'ailleurs des termes honnis dans le vocabulaire gouvernemental qui semble parfois ne contenir que quelques mots. Or, il faut bien comprendre que la dette n'est pas une mauvaise chose en soi, car c'est une des possibilités de paiement pour un Etat. Elle a même souvent quelques vertus lorsqu'elle est utilisée avec discernement...

Le moins que l'on puisse dire, c'est que l'élaboration du projet de loi de finances 2010 a été très compliquée en raison de la baisse prononcée des recettes de l'Etat. Entre les dépenses de relance et les pertes massives de recettes, le déficit de l'Etat atteindra plus de 140 milliards d'euros (31 milliards pour la Sécurité sociale), ce qui représente un déficit public de 8,2 % du PIB en 2009 et 8,5 % en 2010 ! Rappelons que le déficit budgétaire se différencie du déficit public, car il n’englobe pas le solde des recettes et des dépenses des collectivités territoriales et de la Sécurité sociale.

La situation budgétaire n'est pas meilleure ailleurs, loin s'en faut. Barack Obama avait dévoilé, en février, son premier budget, qui prévoyait un déficit colossal de 1 370 milliards d'euros en 2009 et de 1 171 milliards en 2010. Ce déficit, qui équivaut à 12,3 % du PIB en 2009, et à 8 % en 2010, est le plus important - en proportion du PIB des Etats-Unis -depuis la seconde guerre mondiale !

Lorsque la réduction du déficit devient l'utime finalité de la politique économique, il ne faut pas s'étonner que le gouvernement cherche à récupérer de l'argent par des moyens saugrenus, quitte à provoquer une bronca. On pense bien entendu au ministre du Budget (Eric Woerth) qui a estimé que ce serait une "mesure de justice" d'imposer les indemnités journalières versées aux salariés victimes d'accidents du travail. Disons-le clairement : un Etat n'est pas une entreprise, et l'équilibre des comptes n'est pas un objectif nécessairement atteignable et encore moins souhaitable dans certaines périodes. Cependant, avec ce genre d'objectifs anti-économiques, il faudra tôt ou tard s'attendre à passer à la caisse sous forme d'augmentation des impôts, même si le gouvernement ne cesse d'annoncer que les prélèvements n'augmenteront pas. Tout ceci me rappelle, toutes proportions gardées, un certain
tournant de la rigueur en 1983, qui avait surpris bon nombres de personnes à cette époque. D'autant plus que Jacques Delors, alors ministre des finances, déclarait que cette politique était dans le "dans le droit fil de l'esprit de solidarité". C'est curieux, mais c'est toujours de la même solidarité dont on nous parle encore aujourd'hui, alors même que la couleur politique dominante a changé. Une solidarité à niches fiscales ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires

garoloo 06/11/2009 11:34


Le déficit du budget de l'État français a plus que doublé en un an pour atteindre 125,8 milliards d'euros au 30 septembre, en raison notamment de l'effondrement spectaculaire des recettes fiscales,
plombées par la crise, a annoncé vendredi le ministère du Budget


Archives