Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 10:51

 

gros-temps.gif

 

"Nous travaillons aussi à garantir la prospérité, les emplois et donc la pérennité de notre modèle social. Le secteur de l’enseignement supérieur, de la formation et de la recherche sera pourvu de 19 milliards d’euros pour faire de la France le pays d’Europe le plus attractif pour les chercheurs, les investisseurs et pour les étudiants". Cette déclaration, qui relève à la fois de l'incantation et de la méthode Coué, est issue d'un discours tenu par François Fillon à l’occasion de la visite du réacteur de recherche Jules Horowitz du CEA. Il me semblait pourtant qu'on avait déjà entendu des paroles semblables au niveau de l'Union européenne dans le cadre de la stratégie de Lisbonne : en mars 2000, les chefs d'Etat et de gouvernements de l'UE s'étaient fixé pour objectif de faire de l'Union "l'économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique au monde d'ici à 2010"... Avec les résultats que l'on connaît.

 

Sur ces entrefaites, un communiqué publié par Matignon annonçait que "pour les trois années à venir, les dépenses de l'Etat, hors charges d'intérêt de la dette et hors dépenses de pensions, seront gelées en valeur". Jusque lors, les dépenses de l'Etat n'augmentaient pas plus que l'inflation chaque année, ce que l'on qualifiait de volume zéro. Mais le Premier ministre est allé plus loin en disant que "les dépenses de fonctionnement courant de l'Etat diminueront de 10 % en trois ans, avec une baisse de 5 % dès 2011. Un effort de productivité de même ampleur sera demandé aux opérateurs de l'Etat".

 

Pour en rajouter une couche, le meilleur ministre des finances de l'Europe Christine Lagarde est revenue sur le fétichisme de la question de la réduction du déficit public, lors de la séance des questions au gouvernement au Sénat. Extrait : "Je crois profondément que nous devons nous orienter sur un chemin de restauration des grands équilibres de nos finances publiques. C'est ce que nous allons nous atteler à faire dans les mois et dans les années qui viennent parce que c'est un travail de longue haleine, un travail de fond et c'est un travail sur lequel la souveraineté nationale est en cause". J'ai pourtant souvent expliqué que la réduction du déficit ne peut être un objectif ultime de la politique économique sous peine de passer à côté des vrais questions (inégalités, répartition, compétitivité,...).

 

Puis le clou fut enfoncé par Luc Chatel qui affirma que "tous les Français seraient touchés, au nom de l'exemplarité". Même les évadés fiscaux, les gens cachés derrière le bouclier fiscal, les profiteurs de niches fiscales, les chanteurs non résidents du 14 juillet, etc. ? Et que va-t-on dire aux 8 millions de personnes (13,4 % de la population) qui vivent avec moins de 908 euros par mois, c'est-à-dire qui sont en dessous du seuil de pauvreté ? Diminuer les dépenses d'intervention de l'État engendrera encore plus de pauvreté puisque la plupart des dépenses de l'État sont en fait des aides aux ménages... Mais l'État fera également 5 milliards d'euros d'économies sur les niches fiscales, promis juré !

 

Alors pourquoi s'entêter dans cette voie ? La réponse nous est donnée par le Premier ministre lui-même qui "a rappelé l'importance du prochain budget triennal pour assurer la crédibilité de notre stratégie de redressement des comptes publics". Crédibilité face à qui ? Face aux agences de notation à nouveau... Je n'aurai de cesse de répéter tous les problèmes qui sont liés à ces agences privées et que j'ai déjà évoqués dans ce billet ou dans celui-ci. Le lecteur intéressé par cette question de la fiabilité du jugement émis par les agences de notation pourra se reporter à cet excellent article paru dans le quotidien Le Monde qui traitait du désormais célèbre portefeuille Abacus de Goldman Sachs.

 

Laissons le mot de la fin au porte-parole du gouvernement : Luc Chatel a démenti qu'il s'agisse d'un plan de rigueur, tout au plus peut-on parler d'une "politique budgétaire sérieuse"... Vive le pouvoir d'achat, l'égalité et la pauvreté en 2012 !

 

 

N.B : je serai absent du samedi 8 au lundi 17 mai inclus. J'en profiterai pour étudier l'économie ailleurs qu'en France, en Allemagne et aux États-Unis pour une fois... 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Michel 18/05/2010 09:55


Même si c'est très contraire à mon caractère en général, sur la question de l'évolution de la société dans son ensemble je suis très pessimiste.

Il ne peut pas y avoir d'homme politique crédible et efficace pour redresser la situation car entre mondialisation (économique, financière, pouvoir,...) et culte de l'apparence, des sondages de
popularité, de la vision à court terme (la prochaine éléction), de l'infériorité du monde politique face au monde financier (alors que l'argent reste plus que jamais le nerf de la guerre) un homme
seul ou même un parti ne seront jamais de taille.
Il faudrait un courant et une volonté politique de taille mondiale, peut-être émanant de pays émergents comme la Chine ou l'Inde avec des relais forts dans nos pays occidentaux, pour inverser la
situation.
On en est très loin.

Et même si un homme politique très fort et très charismatique se levait en France, il ne pourrait décider seul pour notre pays, il lui faudrait gouverner tant à Paris qu'à Bruxelles et parler
d'égal à égal avec les Etats-Unis, la Chine et l'Asie en général, l'Inde, le Brésil, etc...., donc faire la loi aussi à l'ONU.... tout comme à Wall Street....
Même s'il ne s'agit que de rétablir les équilibres budgétaires du pays, diminuer la pauvreté dans le pays ou assurer l'avenir des retraites de façon juste et équitable.
Mission impossible, non?


Je n'aime pas parler comme ça, vraiment, ça sent tellement le défaitisme!
Peut-être un peu trop réaliste?


Raphaël DIDIER 18/05/2010 21:13



Je vous rassure, même si je suis moi aussi d'un tempérament très optimiste, un certain réalisme me conduit à être parfois pessimiste quant à l'évolution de
la société dans sa globalité. Il serait nécessaire de revenir à de vraies valeurs politiques à long terme en s'affranchissant des contingences court-termistes qui nous égarent...



Chapouthier 11/05/2010 10:37


merci encore pour votre cynisme jubilatoire!

s'il vous plait n'oubliez pas de publier un petit compte rendu de ce que vous aurez appris concernant l'Allemagne et les US je suis certain que leurs points de vue sont très instructifs et vous
avez de la chance d'y aller. faites nous en profiter.
merci d'avance.
Thomas Chapouthier


Raphaël DIDIER 17/05/2010 20:31



Me voici de retour... Je vous parlerai de ma visite à l'étranger très bientôt !


 



MERCIER Gérard 07/05/2010 17:29


Allez, plus on avance plus on s'enfonce...Les dernières déclarations sont stupéfiantes quand on sait ce qui nous a été dit auparavant...

Le plus dramatique dans toutes ces histoires est que l'on peut légitimement se poser la question de savoir si il y aura encore un homme politique dans ce pays pour être crédible au milieu de toutes
les fadaises et couleuvres qu'on nous a fait avaler !


Raphaël DIDIER 07/05/2010 19:01



Je m'interroge aussi...



Archives