Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 10:09


DossierStress

Partons d'un constat sur ce que l'on appelle improprement le marché du travail :
selon le ministère de la recherche d'emploi de l'emploi, si on se base uniquement sur les demandeurs d'emploi (et non sur la définition au sens du BIT), on recensait à la fin du mois de novembre 2 630 400 inscrits en métropole. Si on y ajoute les personnes ayant exercé une activité réduite ils sont 3 815 000 en métropole et plus de 4 millions en intégrant les DOM. C'est donc le seizième mois consécutif de hausse pour la catégorie A. Par rapport à juin 2008, il y a 31 % d'inscrits supplémentaires (+ 25 % en catégories A,B,C). Sur le front de l'emploi intérimaire, aucune embellie en vue non plus pour le moment : selon la fédération patronale des agences d'intérim (Prisme), sur 630 000 emplois intérimaires (équivalent temps plein) qui existaient fin 2007, 230 000 ont disparu ! Vous trouverez ci-dessous l'évolution du nombre de demandeurs d'emploi depuis 2005 :


chomage2009

                                   [ Source : DARES ]


Au niveau des indemnisations (dont la corrélation avec l'inscription à Pôle emploi est loin d'être évidente...), toutes allocations confondues, y compris chômage, formation et préretraite, le nombre de personnes indemnisées par Pôle emploi a crû de 14,8 % en un an pour atteindre 2,66 millions, contre 2,31 millions en novembre 2008. Rappelons au passage que les chiffres officiels font également état, en octobre 2009, de 67 800 bénéficiaires de la convention de reclassement personnalisée (CRP) et de 12 800 bénéficiaires du contrat de transition professionnelle (CTP).

Après avoir dressé ce tableau fort sombre, je le concède, je souhaiterais mettre en exergue un autre phénomène : le stress au travail. Selon
l'Institut national de recherche et de sécurité (INRS), on parle de stress au travail quand une personne ressent un déséquilibre entre ce qu’on lui demande de faire dans le cadre professionnel et les ressources dont elle dispose pour y répondre. La Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail chiffre, à environ 20 %, les salariés européens qui estiment que leur santé est affectée par des problèmes de stress au travail. Elle va même plus loin, puisque dans son dernier rapport, elle précise que le stress est devenu l’un des principaux problèmes de santé au travail déclaré, derrière les maux de dos, les troubles musculosquelettiques et la fatigue.

L'institut américain du stress (dont la création prouve déjà la réalité du phénomène), en considérant les différents coûts pour l'entreprise - absentéisme,  perte de productivité, turn-over -, chiffre le coût du stress au travail à 300 milliards de dollars pour l'année 2006, soit autant que les recettes du budget de l'État français ! De son côté l'INRS, en ne considérant comme facteur de stress que le  "job strain" - combinaison d'une forte pression (cadences, délais essentiellement) et d'une faible latitude décisionnelle - chiffre le coût de ce stress en France, en 2007, entre 1,9 et 3 milliards d'euros ! Soit 14,5 % à 27,3 % du budget de la branche accident du travail/maladies professionnelles de l'Assurance-maladie... C'est ce qui explique certainement pourquoi même le ministère du travail retrouvé finit par s'intéresser à la
question des conditions de travail !

Le plus terrible dans tout cela, c'est que les conditions de travail que l'on déplore et dénonce aujourd'hui ont été encensées à peine quelques décennies avant (parfois par les mêmes hommes politiques, mais à des fonctions différentes...) au nom de l'efficacité économique. Le film "les temps modernes" de Chaplin, que je revois avec toujours autant de plaisir, est une parfaite illustration de cette logique productiviste dont il se dit qu'elle appartient désormais au passé. Vraiment ? Les nombreux toilettages du code du travail qui doivent déboucher sur une plus grande flexibilité (=précarité) ne sont-ils pas autant de preuves que les mêmes logiques (doctrines ?) président toujours encore à la destinée des entreprises et de l'économie ? De plus, ce n'est pas dans ce contexte de chômage endémique que les salariés pourront faire entendre réellement leur voix. Au contraire, le contexte socio-économique est largement favorable à l'aggravation des conditions de travail, puisque l'on qualifie aujourd'hui d'emploi toute fonction qui rapporte une contrepartie monétaire...

Il serait dès lors bon que les décideurs politiques se souviennent que leur mandat n'est pas seulement économique, mais bien politique et donc social aussi !


N.B 1 : le dessin de ce billet provient précisément du dossier stress de l'INRS

N.B 2 : j'animerai ce mardi une conférence sur la croissance dans le cadre de l'UTL à Metz, une autre sur la blanchiment à Saint-Avold jeudi, et mercredi j'organise une nouvelle rencontre du café économique sur le thème de la mondialisation. Beau programme en perspective !

N.B 3 : j'ai appris, il ya deux jours, qu'en valeur absolue, le nombre des emplois détruits pendant l'année aux États-Unis (4,6 millions !) est le plus élevé dans les annales du département du travail, qui remontent à 1939...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 15/01/2010 13:14


Dans votre addition des chômeurs, vous pouvez aussi compter les 460 000 dispenses de recherche d'emploi (environ), qui ne rentrent pas dans la statistique officielle.
Cette dispense devient de plus en plus difficile a obtenir, certes, mais a longtemps servi a sortir des statistiques des gens dont l'anpe ne savait pas comment ils allaient pouvoir se
reclasser.
Malgré tous les beaux discours, il ne fait pas bon chercher un emploi après 50 ans....

Quant à la hausse des demandeurs indemnisés, c'est aussi en raison de l'arrivée massive de nouveaux inscrits, puisque la proportion d'indemnisés y est plus forte, les chômeurs les plus anciens
ayant perdu leurs droits au fil du temps. Par contre s'il n'y a pas de reprise rapide, beaucoup de nouveaux inscrits seront également à bout de droits et iront grossir les bénéficiaires du rsa et
de l'aide sociale. Triste perspective quand on a été licencié pour cause économique ou délocalisation après 15, 20 ou 30 ans de bons et loyaux services....


Raphaël DIDIER 15/01/2010 18:27



Vous avez bien fait de rappeler le mécanisme de la dispense de recherche d'emploi qui élimine des chômeurs des statistiques publiées. Quand à la recherche
d'emploi après 50 ans...



Archives