Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

29 janvier 2013 2 29 /01 /janvier /2013 11:29

Jobs.jpg

 

Retour sur une situation qui faisait déjà la une du journal de France 2 en 2000 (cliquer sur l'image pour voir la vidéo sur le site de l'INA) :

 

JT2.jpg

La situation perdure aujourd'hui, avec d'un côté un chômage en hausse et de l'autre des entreprises qui ont de plus en plus de mal à recruter.

 

Taux de chômage au sens du BIT

 

Taux-de-chomage-2012.png

 

[ Source : INSEE, enquête emploi ]

 

Comment peut-on mesurer la pénurie de main-d'oeuvre ?

 

Il est souvent fait appel à l'enquête Besoins en Main-d'Oeuvre (BMO) de Pôle emploi, réalisée avec les directions régionales et le concours du Crédoc. Elle est basée sur un questionnaire envoyé à près de 1,7 million établissements afin de connaître leurs besoins en recrutement par secteur d’activité et par bassin d’emploi.

 

Plus précisément, L’enquête porte sur l'ensemble des employeurs hors administrations de l’État (Ministères, Police, Justice…) et entreprises publiques (Banque de France…). Cette définition correspond au total à 2 300 000 établissements pour la France (extraits du répertoire SIRENE), dont 1 650 000 ont été interrogés cette année. Finalement, ce sont près de 410 000 établissements qui ont répondu au questionnaire, ce qui a nécessité un redressement des résultats pour être représentatifs de l'ensemble des employeurs nationaux.

 

Cette enquête permet par conséquent tout à la fois de cerner les difficultés de recrutement et d'orienter les chômeurs vers des formations ou des métiers porteurs.

 

Quels sont les métiers les plus recherchés selon l'enquête BMO ?

 

Regardons d'abord la répartition du nombre de projets de recrutement suivant le niveau de qualification des postes :

 

projetRecrutement.png

 

[ Source : Enquêtre BMO 2012 ]

 

Les métiers les plus recherchés en 2012 furent les suivants (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

 

Metiers-recherches-2012.jpg

 

[ Source :Enquête BMO 2012 ]

 

Ainsi, en dehors du secteur agricole qui recrute massivement des emplois saisonniers, l'essentiel des volumes anticipés de recrutement en 2012 étaient générés par le secteur des services aux entreprises (agents d’entretien,...), des services à la personne (aides à domicile, aides-soignants,...) l’industrie (ingénieurs, cadres d’études,...) et le secteur commercial (vendeurs, employés de libre-service,...).

 

On notera également que plus l'entreprise compte de salariés, plus elle a tendance à recruter (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

 

Tailles-entp-recrutement-2012.jpg

 

[ Source : Enquête BMO 2012 ]

 

Quels sont les métiers qui ont les plus fortes difficultés de recrutement ?

 

Selon les résultats de l'enquête BMO 2012, 42,6 % des prévisions d’embauche sont assorties de difficultés de recrutement. Les 15 métiers rassemblant le plus grand nombre de projets de recrutement jugés difficiles sont en 2012 (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

 

Recrutement-difficile.jpg

 

[ Source : Enquête BMO 2012 ]

 

Ainsi, les métiers des services aux particuliers (cuisiniers, aides à domicile, employés de maison…), de l’industrie (ingénieurs et cadres d’études) et de la santé (infirmiers), rassemblaient une majorité de projets de recrutements considérés comme problématiques par les employeurs. Bref, les difficultés de recrutement touchent autant les métiers peu qualifiés, que ceux qui nécessitent une expertise pointue. Mais comme on pouvait s'y attendre, ces difficultés sont plus importantes dans les petites entreprises.

 

Pourquoi y a-t-il des difficultés à recruter ?

 

Cette inadéquation persistante entre l'offre et de la demande de travail tient à plusieurs raisons que l'on peut citer ici pêle-mêle (liste loin d'être exhaustive) :

 

* un manque de qualification : les employeurs font appel de plus en plus à des compétences élevées, que nombre de candidats à un poste ne possèdent pas, soit qu'ils n'ont pas de formation soit que celle-ci fut trop généraliste (il y aurait fort à dire sur toutes ces formations commerciales qui font croire aux jeunes qu'ils apprennent un savoir extraordinaire, alors que cela relève de la simple pratique commerciale que nos parents apprenaient sur le tas avec un certificat d'études...). Mais dans de nombreux cas il faut admettre que les entreprises deviennent si exigeantes que le bon profil s'apparente à un mouton à 5 pattes ! Il y aurait du reste beaucoup à dire à ce sujet, car le but premier de l'Université est-il réellement de créer les filières que les entreprises souhaitent, au risque de tomber dans des effets de mode ou pire de perdre de vue la mission première de l'enseignement supérieur : la formation, la recherche et sa diffusion ?

 

* des conditions de travail difficiles en termes d'horaires et de pénibilité : dans le secteur des services à la personne les conditions de travail sont ainsi souvent perçue comme difficiles tant en raison du fractionnement des heures de travail que de l'emploi lui-même.

 

* des contrats de travail précaires : certes, le contrat à durée indéterminée (CDI) constitue toujours la règle, mais la part des contrats à durée déterminée (CDD) dans les embauches est désormais d'environ 80 % ! Ces contrats de travail à durée limitée représentent dès lors moins un tremplin vers l'emploi stable qu'une trappe à précarité...

 

* des salaires peu attrayants que les réductions de charges accordées aux entreprises au niveau des bas salaires ne font qu'accentuer. J'en avais rendu compte dans ce billet consacré à la compétitivité de la France, où j'avais expliqué que depuis 1993 les gouvernements successifs réduisent les charges sur les bas salaires afin d'inciter les employeurs à embaucher... ce qui cloue littéralement les salariés au SMIC pour très longtemps !

 

* une vision du travail dévoyée : à combien d'ingénieurs a-t-on dit et répété que les métiers de la finance, bien qu'improductifs ces dernières années, étaient mieux rémunérés et plus intéressants (sans que l'on sache très bien ce que ce mot signifie...) ? Dans une société qui fait la part belle à l'argent vite gagné, le monde de la finance est bien évidemment plus attrayant que l'industrie, qui pourtant est fondamentale pour relever notre balance courante et réduire le taux de chômage. On peut associer cet argument à la perte de sens que ressentent nombre de salariés, qui ont l'impression que leur travail n'est plus reconnu à sa juste valeur, les considérations financières des actionnaires l'emportant sur toute notion de qualité. 

 

Cette semaine, j'ai profité de mon passage sur Mirabelle TV pour évoquer cette inadéquation entre chômage et pénurie de main-d'oeuvre. C'est à voir  dans le Grand rendez-vous du lundi à partir de la 20e minute :

 

Mirabelle-28-janvier-2013.jpg

 

[ Cliquer sur la photo pour lancer la vidéo ]


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 30/01/2013 08:17

Une autre réalité incontournable également: il y a aujourd'hui 106 000 offres d'emploi disponibles à Pôle-Emploi (c'est affiché sur la page d'accueil de pole-emploi.fr), métropole et DOM-TOM
confondus pour 5,4 millions de gens inscrits à Pôle-Emploi, toujours DOM-TOM compris.

Sachant que ces offres vont d'une journée d'intérim au CDI 39 heures, que les contrats précaires et/ou à temps partiel sont la majorité (les 2/3 environ) et que la durée de vie moyenne d'une
annonce est de 37 jours.

On peut ajouter que la durée moyenne d'inscription est de 478 jours (source DARES) et que seuls 42% des chômeurs sont indemnisés (source UNEDIC).

Par conséquent, au passage, conclure qu'à peine 30% des chômeurs cherchent vraiment du boulot (Le Point) paraît vraiment une conclusion légère...

Raphaël DIDIER 30/01/2013 12:21



Merci pour ce complément fort utile, qui rappelle la réalité du chômage.



Archives