Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 13:12

 

a3 capitalisme



Cette semaine, j'animerai deux conférences avec dédicace de mon dernier livre le capitalisme en clair. Le thème retenu est celui des inégalités au sein des sociétés capitalistes, et j'ai dès lors intitulé ma présentation : "revenus, patrimoine, niveaux de vie : sommes-nous tous égaux face au capitalisme ?".


*   Conférence/dédicace à la médiathèque de Forbach : jeudi 11 février à 18h30, entrée libre (vous pouvez cliquer sur l'affiche pour l'agrandir)

* Conférence/dédicace à la médiathèque de Sarreguemines : samedi 13 février à 14h30, entrée libre.


Ci-dessous, un article de presse annonçant ma présentation :

rl 29 janvier 2010


                               [ Cliquer pour agrandir ]


Je ne pouvais terminer ce billet sans relater l'article
d'Emmanuel Lévy paru sur le site Marianne2. Ce dernier se fait l'écho de l'énorme niche fiscale qui a été créée en 2007 et qui consiste à exonérer les plus-values de cession de titres de participation des entreprises. Didier Migaud, président PS de la commission des finances de l’Assemblée, a ainsi interrogé Bercy sur ce dispositif dont "l'impact budgétaire est passé de 3,4 milliards en 2007 à 12,5 milliards en 2008 puis encore 6,1 milliards en 2009, soit un total de 22 milliards de pertes de recettes fiscales en trois ans !".

Réponse des têtes pensantes ? "la taxation à taux zéro des plus values à long terme provenant de cessions de titres de participation est indispensable à l'attractivité de notre territoire". Passionnant lorsque l'on sait que certaines opérations spéculatives comme les LBO deviennent ainsi encore plus juteuses qu'auparavant... Si vous avez le coeur bien accroché, n'hésitez à faire un tour sur le site de l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII). L’AFII a pour mission la promotion, la prospection et l’accueil des investissements internationaux en France. Vous y découvrirez que la France est qualifiée de "véritable paradis fiscal pour la recherche et l'innovation" et que notre pays dispose d'une "une fiscalité attractive pour les holdings et les centres de décision" ! On ne peut être plus explicite sur l'existence des niches fiscales... puisque l'on va même jusqu'à les vanter aux investisseurs étrangers !

Je résume : les niches fiscales permettent aux plus riches de s'enrichir encore plus, laissant les impôts à payer au reste de la population. Le gouvernement nous explique qu'il va falloir réduire le déficit par un plan de rigueur. Mais qui restera-t-il pour payer et subir ? Ceux qui n'ont pas les moyens de s'offrir un paradis fiscal ou au moins un bouclier fiscal. C'est certainement ça l'équité à la française...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Michel 13/02/2010 16:59


J'avoue que cette fameuse phrase d'Helmut Schmidt a toujours représenté pour moi la "colonne vertébrale" du principe capitaliste.
Dans cette acception il est probablement le moins mauvais des systèmes économiques et en tout cas celui qui laisse la part la plus large à l'initiative personnelle, à la liberté d'entreprendre des
individus et à une vision d'avenir du monde.
Au monde politique d'y adjoindre les correctifs et encadrements nécessaires pour assurer l'aspect social et collectif nécessaires (retraite, santé, infrastructures, protection des biens et des
personnes....).
Le problème à mon sens est que cette définition est de plus en plus de l'histoire ancienne et que le "nouveau" capitalisme à tendance néolibérale s'oriente plutôt vers l'aspect financier pur (faire
de l'argent avec de l'argent que ce soit de l'argent réel ou virtuel).
Mais on n'assure pas d'avenir avec du virtuel et on ne construit pas non plus de routes ou d'hôpitaux avec du vent....


Raphaël DIDIER 13/02/2010 18:46



Vous avez raison. Comme je l'ai écrit, je pense que cette phrase d'Helmut Schmidt reflète un capitalisme industriel qui est en perte de vitesse aujourd'hui dans
les pays développés : il suffit de voir les chiffres du chômage dans l'industrie (en France ou même surtout aux États-Unis !) pour s'en rendre compte. Le nouveau capitalisme se base
essentiellement sur la finance au point qu'André Orléan le qualifie de "régime d'accumulation financiarisé". Ce capitalisme patrimonial est de plus mondialisé, ce qui permet de faire pression sur
les salaires au nom de la sacro-sainte compétitivité... Pourtant, il serait bon que les tenants de cette idéologie se souviennent que les débouchés de la production sont assurés par des
consommateurs qui ne peuvent consommer sans pouvoir d'achat suffisant (sauf à s'endetter et à produire une crise des subprimes...).



Jordi GRAU 11/02/2010 23:23


Bonsoir.

J'ai assisté à votre conférence tout à l'heure (c'est moi qui est parlé du prétendu "théorème" de Schmidt) et je voulais vous remercier pour votre exposé remarquable, qui m'a donné envie de lire
votre livre. Si je suis parti avant la fin, c'est que j'avais un train à prendre, sinon je serais bien resté encore un peu.

Je reviens brièvement sur le contenu de votre exposé. Il y aurait évidemment beaucoup de choses à dire sur le capitalisme. Les horreurs actuelles sont-elles inhérentes au capitalisme en général ou
à cette forme particulièrement agressive de capitalisme qu'on appelle néolibéralisme ? Voilà une des questions que votre conférence suscite, et qui mériterait sans doute des dizaines d'heures de
débat.

Pour terminer, juste une petite remarque insignifiante pour vous chicaner un peu : avec 2400 calories par jour, vous allez vite mourir de faim. En revanche, vous pouvez survivre avec 2400
kilocalories, c'est-à-dire mille fois plus.

Cordialement,

Jordi Grau


Raphaël DIDIER 12/02/2010 12:47


Bonsoir,

Je vous remercie de votre participation à ma conférence et comprends tout à fait que vous ayez dû partir. Votre intervention au sujet de cette phrase de Helmut Schmidt ("les profits
d'aujourd'hui font les investissements de demain et les emplois d'après-demain") était fort intéressante et judicieuse ! En effet, cette déclaration d'un chancelier dénote une vision "productive"
de l'économie, où les profits servent à investir pour la croissance. On était bien loin d'un capitalisme purement financier, entraînant la formation de bulles spéculatives.

Il est vrai qu'il y aurait beaucoup à dire sur le capitalisme et ses déclinaisons suivant les pays. De plus, il semble que des formes agressives de capitalisme puissent exister même lorsque l'État
jour un rôle majeur dans l'économie. Ce qui laisse à penser que le capitalisme pourrait contenir dans ses germes une instabilité économique, politique et sociale...

Pour finir, vous avez raison de me faire remarquer qu'avec 2 400 calories par jour mon espoir de survie est inexistant ! C'était bien entendu 2 400 kilocalories (ou grandes Calories) que j'aurai dû
écrire (et dire). Merci, j'en tiendrai compte pour mon prochain exposé samedi !

Bien à vous.

Raphaël


pratclif 11/02/2010 11:28


Vous trouverez l'article de Ph Moati dans mon site, plus facile à lire.... et vous pouvez y ajouter vos comments...

http://ratc9435ez.free.fr/economy/moatti/


Raphaël DIDIER 12/02/2010 12:25


Je ne manquerai pas de déposer un commentaire sur votre site dès lecture de l'article.


pratclif 10/02/2010 21:38


voir aussi cette publication de Philippe Moati

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/0/55/48/77/Article-Temps-modernes-Moati.pdf

globalement d'accord avec l'analyse avec quelques nuances.... mais je reste sur ma faim quant à la manière de transformer notre système de production/consommation par une économie des effets
utiles. Vous devriez nous en parler ...


Raphaël DIDIER 11/02/2010 10:59


Je vais regarder cela de près... merci !


pratclif 10/02/2010 16:56


Voir la video Claude Rich dans le Diable Rouge; c'est exactement ce que vous dites

http://www.dailymotion.com/video/x7esv5_crise-sarkozy-inspire-par-le-diable_news


Raphaël DIDIER 10/02/2010 21:09


Excellent ! Merci.


Archives