Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 13:03

thermometer-copie-1.gif

 

Nous revoilà partis pour une semaine décisive censée sauver la zone euro de la grave crise qu'elle traverse. Le président de la République, Nicolas Sarkozy, et la chancelière allemande, Angela Merkel, inaugurent cette semaine cruciale comme ils le disent à chaque fois par une rencontre ce lundi à l'Élysée, où il sera vraisemblablement fait état des divergences de points de vue sur la manière de résoudre la crise.

 

Jeudi 8 décembre se tiendra alors l'acte 1 scène 2 à Marseille, puisqu'ils se reverront lors du congrès du Parti populaire européen (PPE), avant de passer à l'acte 2 lors du Conseil européen qui débutera jeudi soir. J'avais expliqué dans un précédent billet que chaque sommet est présenté comme celui de la dernière chance, mais les annonces qui y sont faites ne parviennent même plus à calmer les marchés pendant 2 semaines !

 

Le plus terrifiant dans tout cela c'est que des solutions existent, mais aujourd'hui on semble croire que la seule échappatoire à la crise serait une réduction rapide de l'endettement public et la convergence des modèles économiques et sociaux des États de la zone euro vers celui de l'Allemagne.

 

Rien n'est plus faut comme je le démontre dans cette tribune que je viens de publier dans Le Monde et qui est consultable en ligne en cliquant sur l'image ci-dessous :

 

crise le monde

Je cherche aussi à montrer que le niveau de la dette publique n'est pas un critère de vertu et que les plans de rigueur imposés concomitamment par les États européens sur la base d'un diagnostic partiellement erroné (l'endettement public trop élevé empêcherait la reprise économique) ne peuvent que conduire à une chute du commerce au sein de la zone euro et à une nouvelle récession. C'est précisément ce que crie haut et fort Paul Krugman, prix Nobel d'économie, lorsqu'il cherche à avertir ses concitoyens américains sur ce qui pourrait leur arriver s'ils décidaient de mettre en place de nouvelles mesures d'austérité ! Même Jacques Delors y va de son commentaire sur l'Union européenne, stigmatisant autant l'absence de vision politique des États membres que l'obstination allemande à faire de la BCE une pure machine anti-inflation !

 

Au reste, c'est certainement ce que pensait le ministre des affaires sociales italien, Elsa Fornero, lorsqu'elle éclata en sanglots au beau milieu de la conférence de presse où elle venait d'évoquer les sacrifices que devront faire les Italiens et en particulier les retraités. Il est vrai que Mario Monti a mis l'Italie au régime sec en faisant adopter un plan d'austérité drastique de 30 milliards d'euros combinant notamment report de l'âge de départ à la retraite et hausse de la TVA.  

 

 

Gageons que la France et l'Allemagne puissent rapidement saisir qu'ils jouent désormais la scène finale de la zone euro et qu'il n'est plus l'heure d'apposer des rustines sur les traités !


Partager cet article

commentaires

Zohra 28/02/2012 14:30

J'aurais 2 questions, pensez vous que la gestion irresponsable de l'euro revient à une personne ou un groupe de personne en particulier ?
Que pensez vous du rôle de la BCE aujourd'hui?
Hors circuit ?

Zohra 27/02/2012 21:58

Et si nous remettons en cause la conception même de l'union monétaire?

Raphaël DIDIER 28/02/2012 11:27



C'est tout mon propos actuellement.



Jean-Michel 06/12/2011 14:47

Ce qui me chagrine en prime, c'est que le couple MERKOZY, en plus de faire fausse route, est en train de tuer tout idéal européen.

Qu'il y ait des efforts de gestion à faire, soit, c'est incontestable. Mais quel espoir nous propose t-il au bout d'un chemin fait de sang, de sueur et de larmes?
Aucun à part celui d'un alignement sur les standards de vie les plus bas de la zone pour cause de réduction des déficits d'un côté, de croissance zéro pour cause d'austérité généralisée de
l'autre.

Quel citoyen aujourd'hui voterait joyeux pour une Europe (fédérale ou non) car persuadé qu'elle lui assurera un avenir meilleur?

Raphaël DIDIER 06/12/2011 18:20



L'idéal européen semble bien compromis en effet...



Archives