Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 10:23

 

stock.jpg

 

Suite aux dernières semaines dantesques qu'ont subies les économies européennes et américaines, je tenais à rédiger une petite tribune pour apporter mon éclairage. J'ai eu la chance de voir celle-ci publiée dans le quotidien Le Monde. J'y expliquais en quelques mots comment le financement de l'État par l'endettement sur les marchés avait déplacé le centre de gravité du pouvoir économique vers la finance, au détriment de la majorité des citoyens.

 

J'ai rappelé ensuite qu'un État n'est pas une entreprise, ce que j'avais par ailleurs déjà développé sur mon blog, et que lorsque les agences de notation s'alarment du niveau de la dette publique elles ne semblent guère prendre en considération les richesses d'une nation. Au surplus, quel crédit accorder à des sociétés privées qui ont donné des notes de solvabilité maximales à des produits toxiques pourris ? Paul Krugman, prix Nobel d'économie, avait du reste écrit un billet (en avril 2010) sur son blog tenu au New York Times, où il expliquait que bon nombre de produits financiers présentés comme sans risque (note AAA) avaient rapidement perdu toute valeur sur les marchés...

 

Pour finir, je ne manque pas de dire encore une fois que la situation actuelle est ubuesque : les États se sont endettés pour sauver les banques, et aujourd'hui le système financier leur reproche leur endettement excessif ! D'où des plans de rigueur administrés à toutes les économies comme on prescrivait des saignées censées être la panacée pour soigner les maux du corps au XVIIe siècle ! Pourtant des solutions existent, soit qu'elles passent par plus de fédéralisme au sein de la zone euro (eurbonds,...) si l'objectif est de conserver l'euro, soit qu'elles se contentent d'une monnaie commune faisant suite à un processus de démondialisation, etc. 

 

Malheureusement, les chantres politiques de l'Union européenne et de la monnaie unique sont aussi ceux qui ne veulent surtout pas froisser leur électorat avant des échéances nationales quasi-permanentes en démocratie. D'où une accumulation de mini-sommets et de réunions techniques qui sont loin d'avoir l'envergure attendue par les citoyens. Serait-ce encore une occasion manquée de changer les choses, à l'image de cette réforme des marchés financiers qui nous avait été promise avec trompettes et tambours suite à la crise des subprimes en 2007 ? Quoi qu'il en soit, pour l'instant nous voilà installés durablement en "debtocracy" pour reprendre le titre d'un documentaire dont j'avais rendu compte dans ce billet !


Partager cet article

Repost0

commentaires

pratcli 23/08/2011 21:37


Le lien est ici:

http://t.co/VLAnauC


Raphaël DIDIER 25/08/2011 09:54



Merci pour les liens fort intéressants !



pratcli 23/08/2011 21:32


Je vois aussi suggérer des monnaies locales pour tout ce qui touche à l'économie domestique, des euros grecs ou espagnols ou portugais!.... En gardant l'euro pour le commerce extérieur. Je vous
mettrai le lien sur cet article d'un économiste de Stanford dans un autre comment!


pratclif 23/08/2011 21:22


Dans la situation actuelle, je propose de relire ma relation des enjeux de 2007 avec le rapport Pebereau et Camdessus et autres!...

http://pratclif.com/economy/pebereau


Pierre Ratcliffe 22/08/2011 16:05


La critique du système économique et financier se vend bien aujourd'hui; il n'y a pas que les opérateurs des marchés financiers qui se comportent comme des moutons; la plupart des journalistes qui
veulent être dans le vent aussi. Les médias ne surferaient que sur l'actualité. Cela fait pourtant des années que certains d'entre nous alertent sur le "toujours plus", la croissance exponentielle
de la production et de la consommation... L'ironie de l'histoire c'est que cela dure depuis 1973 date à laquelle Giscard et Pompidou ont interdit au trésor public de présenter ses échéances non
couvertes par les recettes, à la banque de France: celle-ci imprimait les billets de banque nécessaires pour que l'État paie ses factures et ses fonctionnaires. Aucun budget n'a été en équilibre
depuis; mais est-ce si grave docteur?.

On a obligé l'État à faire appel au marché; à l'époque c'était la crise du pétrole et on se rendait compte que les pays pétroliers avaient des excédants énormes qu'ils ne pouvaient pas utiliser en
totalité. Et on craignait l'inflation due à l'usage immodéré de la planche à billets pour financer l'excès des dépenses publiques par rapport aux recettes... Cela n'a pas empêché l'inflation élevée
dans la décennie qui a suivie, qui a nourri entre autres la bulle immobilière!

En faisant appel aux marchés financiers qui se sont considérablement développés après, avec l'ère Reagan et Thatcher à partir de la fin des années 1970, l'État s'est mis dans leurs mains et doit
répondre à leurs critères de jugement - les fonds de pension et les fonds d'investissement entre autres qui gèrent quand même l'épargne des petites gens et des classes moyennes. Et ce système
impose de payer des intérêts, lesquels nécessitent d'imprimer la monnaie correspondante, ce que personne ne dit.

Clairement, l'État doit créer la monnaie nécessaire au fonctionnement de l'économie, veiller à ce qu'il y en ait assez à tout moment pour accompagner la croissance, assurer le fonctionnement des
services publics même quand les recettes sont insuffisantes pour couvrir les dépenses, à cause des fluctuations de l'activité. Le faire par la planche à billets directement, ou indirectement,
lorsqu'il faut créer la monnaie des intérêts? La différence est où (*); sommes nous confrontés aujourd'hui aux défauts d'un système imaginé en 1973 en France et repris dans l'acte unique européen?
Cela dit, la théorie économique nous dit qu'il existe un équilibre entre déficits, dette et croissance exprimés en % du PIB. Cet équilibre a été institué dans le pacte de stabilité : 3% de déficit,
60% de dette et (je crois et c'est là que le bat blesse) 5% de croissance du PIB. Ce pacte n'a pas été respecté par les grands de l'Europe dont la France. La règle d'or que Sarkozy veut instituer
est une imposture, un gadget électoral. La règle d'or est le pacte de stabilité que la France a votée et confirmé à Lisbonne.

(*) dans le cas de recours aux marchés, la banque centrale ne crée de la monnaie que pour couvrir les intérêts de la dette, et l'État doit rembourser le capital à due échéance; en réalité l'État ne
rembourse pas toujours le capital car il emprunte à nouveau à l'échéance pour le rembourser. Dans une situation d'équilibre cad. relation entre - déficits, dette, croissance du PIB, l'État peut ne
jamais rembourser le capital de la dette; il peut même continuer de s'endetter. Dans le cas où il n'est pas fait recours aux marchés financiers, la banque centrale devrait créer de la monnaie non
seulement pour les intérêts mais aussi pour le capital. Ainsi il n'y aurait jamais de dette, ce qui était le cas avant 1973. Fustiger l'État pour les déficits récurrents depuis 1973 c'est donc
méconnaître les raisons de l'existence de la dette de l'État, cad. la relation entre les services publiques et la fiscalité pour les couvrir.

Revenir à la situation d'avant 1973? Est-ce souhaitable Raphaël? Il faut se rappeler qu'avant 1973 nous étions dans une situation complètement différente. C'était l'après 2è guerre mondiale qui
avait dévasté (rasé) l'ensemble du monde d'Ouest à l'Extrême Orient. Les États-Unis qui avaient fait la guerre sur deux fronts mais sans subir de destructions sur le territoire des 50 États, furent
les "sauveurs" du monde pendant les "trente glorieuses". Il n'y avait pas d'autres sources de monnaie que la planche à billets. Aujourd'hui après 30 ans de néolibéralisme il y a des excédants
faramineux notamment dans les pays pétroliers et en Chine.

Quand un américain achète un PC en Chine mettons à 300$, 300$ sortent des États-Unis et un PC y entre; symétriquement en Chine un PC en sort et 300$ y entrent. Comme le vendeur de PC ne peut pas
utiliser ces $, il les donne à la banque centrale qui les convertit en Renminbi ou Yuans au taux de 8 pour 1. Pour cela, la banque centrale de Chine crée (imprime) des Yuans. Cette création de
monnaie alimente la croissance chinoise - produits d'exportation, infrastructures en excès dit-on, et ça commence à faire de l'inflation... Et la banque centrale de Chine
ne peut rien faire d'autre que de placer ces dollars en bons d'État des États-Unis; la FED a baissé ses taux à zéro et la Chine continue d'y placer ses excédants même à taux d'intérêt réel négatif!
Les chinois ne sont pas contents! et les États-Unis disent à la Chine, réévaluez votre Yuan!

Merci Raphaël de commenter et d'expliquer davantage, notamment si on peut revenir à la gestion souveraine des dépenses et des finances publiques par la planche à billets....


Raphaël DIDIER 23/08/2011 13:41



Je ne suis guère un nostalgique des temps économiques passés qui, comme je le repète souvent, ont eu des caractéristiques propres à cette époque (et au contexte
socio-économique). Il est donc impératif de trouver des solutions face au contexte dégradé actuel. Mais il est certain que se priver de la politique monétaire au moment où l'on cherche à amputer
la politique budgétaire par une règle d'or, est probablement le meilleur moyen de déposséder totalement l'État de ses fonctions. Il n'y aurait alors plus aucune possibilité de pratiquer des
politiques de relance...


Plusieurs pistes existent, celle que Jacques Sapir qualifie de démondialisation en est une (j'ai du reste rédigé un billet à ce sujet), Jacques Généreux en
évoque une autre dans son livre "Nous on peut !", à paraître le 8 septembre.



Archives