Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 10:40


prise

J'ai choisi de vous parler aujourd'hui d'une spécificité qui fera date dans l'histoire du capitalisme français : un patron commun pour deux entreprises géantes ! Vous avez bien entendu reconnu l'intéressé, le désormais célèbre Henri Proglio, PDG d'EDF et président non exécutif de Veolia Environnement.

Permettez-moi de formuler quelques remarques et réserves sur ce cumul de mandats. Tout d'abord, il me semblait que le travail à EDF était suffisamment conséquent pour ne pas, en plus, travailler pour une autre entreprise. Du moins, c'est ce que disait l'ancien patron d'EDF, Pierre Gadonneix... à moins que l'État n'envisage de fusionner les deux groupes, auquel cas il serait peut-être temps de l'annoncer car la stratégie d'EDF devient illisible ces derniers jours, principalement dans le nucléaire qu'Henri Proglio souhaite contrôler de bout en bout. Désormais, même les administrateurs de Veolia semblent dubitatifs sur ce rapprochement de fonctions qu'ils qualifient, à l’instar de Jean-Pierre Jouyet, président de l’Autorité des marchés financiers, de "baroque". Et dire que le MEDEF a créé une charte de la bonne gouvernance des sociétés cotées dont
Laurence Parisot s'est pourtant vantée longuement...

Au niveau social, comment expliquer aux salariés des entreprises concernées (et à ceux du secteur privé en général), qu'un patron doté d'une force de travail herculéenne puisse percevoir deux salaires pour deux postes à temps plein (100 % + 100 % = 100 % ?) : celui de patron d'une entreprise publique (1,6 million d'euros par an) et celui de président non exécutif de Veolia (450 000 euros par an). Soit plus de 2 millions d'euros au total... c'est-à-dire quasiment 2 fois les émoluments Pierre Gadonneix en 2008 qui émargeait à 1,1 million d'euros ! Doit-on rappeler à Monsieur Proglio que l'on ne dirige pas une entreprise publique selon les mêmes critères de performance qu'un groupe privé ? Et surtout, doit-on lui rappeler que, s'agissant in fine de l'argent des contribuables, on ne peut comparer les échelles de rémunérations avec les sommets cupides atteints dans le privé ?

Que nous importe dans le cas présent de savoir que la rémunération moyenne des dirigeants du CAC 40 s'élevait à 3,6 millions d'euros par an en 2008 (211 fois le smic tout de même !), selon le dernier rapport de la société de conseil Proxinvest ? C'est pourtant sur cette comparaison implicite que notre ministre maître-nageur s'est appuyé pour justifier sa volte-face concernant le cumul de rémunérations : après avoir déclaré, le 25 novembre 2009, qu'il n'était "pas question de cumul de rémunérations", Christine Lagarde affirme que l'État (décidément très compréhensif) "ne souhaitait ni imposer une baisse ni tolérer une hausse de la rémunération totale d'Henri Proglio".

On peut donc affirmer que Bercy nageait en eaux troubles... Mais heureusement, notre omniprésident a obtenu que le Sieur Proglio renonce à une partie de sa rémunération, même si l'intéressé prétend avoir pris cette décision de son propre chef. Il faut dire que Nicolas Sarkozy s'apprête à débattre, lundi sur TF1, avec dix "Français qui souffrent". Vous pouvez lire ici la version Figaro de cet événement majeur de la Ve République...). Comment leur expliquer que d'un côté on stigmatise les rémunérations et en particulier les bonus des banquiers, tandis que de l'autre on accepte d'augmenter le salaire d'un PDG de 40 % avant même son entrée en fonction ? N'oublions jamais que ce genre de situations crée des précédents qui vont conduire les autres patrons d'entreprises publiques à exiger une augmentation de leurs revenus. Quoi qu'il en soit, il est parfaitement indécent d'avoir laissé s'installer la course aux échalotes dans le secteur public en plein marasme économique où près
de 4 millions de travailleurs ont des difficultés d'emploi ! Pour la modération dans les dépenses publiques dont le gouvernement ne cesse de nous parler, on repassera...

N'est-ce pas la preuve éclatante que le politique est désormais inféodé à l'économie ? Il est dès lors urgent de rebâtir une véritable justice sociale où l'économie serait au service de l'Homme. Car, comme le dit Alain Supiot dans son livre L'esprit de Philadelphie : La justice sociale face au marché total, "la foi dans l'infaillibilité des marchés a remplacé la volonté de faire régner un peu de justice dans la production et la répartition des richesses à l'échelle du monde, condamnant à la paupérisation, la migration, l'exclusion ou la violence la foule immense des perdants du nouvel ordre économique mondial".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 25/01/2010 20:38


A mon sens, le problème Proglio, c'est le problème du copinage et de ces gens qui veulent tout: célébrité, honneurs, argent, etc.... On en revient à ça. Ce monsieur a une bonne réputation de
gestionnaire. Donc Mme Lagarde le sollicite pour le poste à Edf. M. Proglio se redresse tel le coq sur son tas de fumier ou le paon qui fait la roue, heureux et fier d'une telle reconnaissance. Par
contre Edf ou X ou Y ou Z, il s'en tape du moment que c'est à un niveau comparable de prestige et de reponsabilités.

Le hic, c'est que s'il renonce à toute fonction dans Véolia, il ne pourra plus prétendre à sa retraite "chapeau" de 13 000 000€. Puisque pour en bénéficier, il faut être en poste au moment de la
prise de retraite. Alors renoncer au salaire de 450 000€ de chez Veolia, pourquoi pas, si ça peut calmer les esprits de tous ces petits losers jaloux et aigris qui manifestent, de toute façon le
salaire chez Edf pourra être revu à la hausse dans les années qui viennent et compensera plus ou moins les fameux 450 000€. Ca ça a du être facile à obtenir de Mme Lagarde, ça ne se voit pas trop
dans les comptes et c'est plus facile à trouver qu'un budget pour maintenir ouverte une maternité qui fait vivre 30 personnes dans une petite ville de province.

Par contre un jour ce sera la quille pour M. Proglio et une petite prime de 13 000 000€, là c'est plus dur de dire non. Donc M. Proglio s'attache désepérement à son titre de "Directeur non
exécutif" chez Véolia et le gouvernement le soutient parce que tout le monde y sait bien qu'il n'y aura ni conflit d'intérêts avec Edf ni perte de temps puisque M. Proglio n'aura aucune fonction
réélle chez Véolia, juste faire le beau de temps en temps dans des pince-fesses à tendance économistes et signer de temps à autre quelques documents ou contrats dont il ne connaîtra même pas le
contenu afin de justifier son titre et sa présence.

Tout ça bien sûr sur le dos des actionnaires de Véolia, mais qu'importe, l'entreprise est florissante et le titre ne sera pas affecté par ce petit arrangement entre gens de bonne compagnie.....


Raphaël DIDIER 26/01/2010 10:44


Excellente description de la situation ! Le problème est effectivement que le "marché" des grands patrons est très localisé géographiquement : les patrons
français dirigent quasi exclusivement des entreprises françaises. Ainsi, le rapport entre offre et demande est largement déséquilibré au bénéfice des dirigeants. Et ce n'est pas les comités de
rémunération qui changeront quelque chose puisqu'on y retrouve des dirigeants d'autres grandes entreprises. La course à l'échalote peut donc continuer de plus belle sans qu'on dise réellement au
public que cette concentration géographique infirme l'argument selon lequel un patron doit être surpayé sous peine de partir à l'étranger : on ne veut pas de patrons français aux États-Unis... Donc
pourquoi ne pas imposer un salaire maximum ? Copinage, quand tu nous tiens !


Gérard MERCIER 25/01/2010 06:59


Bonjour à toutes et à tous,

Bien sûr l'affaire PROGLIO est d'une franche indécence par rapport à la situation actuelle...
Mais vous verrez, 2012 est encore loin et les français qui ont peu de mémoire n'y songeront plus...
De plus vivement que la coupe du Monde de foot démarre et tout ira bien ...

Allez bonne journée quand même !


Raphaël DIDIER 25/01/2010 12:44


Vous avez raison : j'oubliais l'effet cathartique du football dans ce pays !


Archives