Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

18 juin 2011 6 18 /06 /juin /2011 10:53

simpsons-nucelaire-japon.jpg

 

L'État français vient clairement de montrer qu'il souhaitait reprendre la main dans le dossier du nucléaire, en remplaçant Anne Lauvergeon par Luc Oursel, un des trois directeurs généraux délégués d'Areva, malgré la contre-offensive interne lancée par les membres du comité exécutif, qui ont remis une lettre à Jean-Cyril Spinetta (président du conseil de surveillance d'Areva) pour faire part de leur souhait de garder Anne Lauvergeon à ses fonctions.

 

Mais depuis que le Président de la République préside le Conseil de politique nucléaire (CPN), le poids de l'État devient très important dans la filière nucléaire (à tort ou à raison d'ailleurs, des arguments pertinents sont évoqués de part et d'autre) et personne n'est dupe qu'Anne Lauvergeon paye certainement tout à la fois son inimitié avec le chef de l'État et sa volonté de conserver l’indépendance d'AREVA vis-à-vis d'EDF dans la mise en place de la grande filière nucléaire à la française.

 

Mais qu'en est-il du réacteur EPR de troisième génération ? Après l'échec cuisant d'Abou Dhabi en 2009, où la France a perdu un contrat de 20 milliards de dollars en raison de dissensions entre Areva et EDF notamment, l'EPR est désormais présenté comme un réacteur plus cher... mais plus sûr ! Mais je ne suis pas certain que dans le contexte de l'après-Fukushima, un tel argument puisse avoir un quelconque poids à court terme. D'autant qu'avant même la catastrophe au Japon, AREVA n'avait réussi à vendre que trois exemplaires de son réacteur (2 en Chine et 1 en Finlande, avec des retards de construction qui se chiffrent désormais en années et en milliards d'euros...).Et le récent rejet de l'énergie nucléaire par les Italiens, lors d'un référendum qui tenait surtout lieu de rejet de la politique de Berlusconi, ne fait qu'ajouter à la morosité d'EDF et AREVA qui espéraient pouvoir exporter plusieurs EPR dans ce pays, après le coup dur de l'annonce par l'Allemagne de l'abandon de l'énergie nucléaire à l'horizon 2022.

 

Avant de nous intéresser aux conséquences économiques de cet abandon de l'énergie nucléaire, je laisse au lecteur le soin d'examiner les graphiques ci-dessous, qui montrent la part de chaque source d'énergie dans la demande mondiale d'énergie primaire et son évolution sur long terme :

 

Part de chaque source d'énergie dans la demande mondiale d'énergie primaire

 

WorldPrimaryEnergySupply.gif[ Source : Agence Internationale de l'Énergie ]

 

 

Evolution constatée de la consommation totale d'énergie commerciale (c'est-à-dire hors bois), depuis 1860
en millions de tonnes équivalent pétrole (une tonne équivalent pétrole = 11600 kWh)

 

consommation_energie_monde.jpg

 

[ Source : Manicore, 2003 ]

 

La sortie du nucléaire décidée par l'Allemagne aura de nombreuses conséquences qu'Élie Cohen a bien expliquées :

 

* la France va devenir malgré le grand exportateur d'énergie nucléaire de l'Europe, ce qui nécessitera la construction et le renforcement des réseaux transfrontaliers de transport d'électricité.

 

* les pays sortant du nucléaire et qui misent sur les énergies renouvelables vont accroître leurs importations d’énergie nucléaire provenant principalement de la France, essentiellement pour sécuriser les sources intermittentes de production d’énergie (éoliennes, solaire). Les politiciens allemands pourront toujours arguer qu'ils n'ont plus de centrales nucléaires, mais omettront certainement de dire qu'ils importent de ce fait de l'énergie nucléaire du voisin...

 

* la dépendance de l'Union européenne au gaz russe va  se renforcer (ainsi que sa dépendance aux énergies fossiles)

 

* le prix de l’énergie pour le consommateur va probablement s'élever rapidement

 

Bref, les gouvernants devraient plutôt s'intéresser à la manière d'économiser de l'énergie par des changements structurels de consommation énergétique, avant de vouloir simplement et de manière utopique substituer une source à une autre. Bien entendu, à ces considédations purement économiques vient se greffer la question primordiale de la sécurité. Mais celle-ci doit être traitée de manière rationnelle et non sur le coup d'une émotion.

 

Quant au projet de réacteur thermonucléaire expérimental international (ITER), celui-ci reste pour l'instant dans les limbes et la première expérience à Cadarache est désormais repoussée à... 2020 au plut tôt ! Ce qui n'a pas empêché d'engloutir 16 milliards d'euros pour la construction de l'infrastructure, contre 5,8 prévus au lancement en 2001, l'Union européenne étant à la peine pour verser sa contribution qui s'élève à 45 %. La Commission européenne n'étant jamais à court d'une mauvaise idée, elle avait proposé de prélever les 1,3 milliard d'euros nécessaire pour le financement supplémentaire des 2 prochaines années sur les budgets européens de la recherche et de l'agriculture. Elle avait juste oublié que le budget européen était ridiculement maigre et que le soutien aux agriculteurs suite à la sécheresse et la bactérie E.coli allait engloutir des centaines de millions d'euros !

 

Mais nous devrions nous rassurer, car d'après ce que l'on peut lire dans les communiqués de presse de l'ITER, le personnel fait un effort de son côté et ne voyage plus qu'en classe éco ! Si le coeur vous en dit, vous pouvez même suivre l'avancement du chantier par webcam sur leur site, à condition d'être patient pour voir une évolution significative jusqu'en 2020 à la vitesse d'un rafraîchissement de l'image toutes les 10 secondes...

 

Enfin, se pose aussi - et surtout comme nous l'avons dit plus haut - la question de la sécurité des installations, que Monsieur Besson semble vouloir éluder d'un revers de micro sur M6 :

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pratclif 20/06/2011 13:37


Cher Didier Raphaël
Pour une fois je ne partage pas votre posture - sur le sujet du nucléaire. Voir mon dossier. Les points de vue qui s'opposent ont tous une part de vérité (au sens de ce qui semble acceptable et
justifié); cela exige une concilation des points de vue.
Merci pour votre travail d'économiste!


Raphaël DIDIER 21/06/2011 10:48



C'est la finalité recherchée par mon billet : provoquer une discussion (voire un débat) sur la question du nucléaire, en prenant en compte les aspects
économiques mais aussi humains. Malheureusement, en France, la question est confisquée et la tenue de l'élection présidentielle ne fait qu'ajouter à la chose. Mais j'irai voir avec grand plaisir
votre dossier, merci de me l'avoir signalé.


RD.



Archives