Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 12:54

 

personal-finance

 

Souvenez-vous : en février 2009, la Commission européenne avait déclenché une procédure pour déficits excessifs contre 6 pays (dont la France) avant de faire de même en octobre pour neuf autres pays, dont l'Allemagne et l'Italie, portant à vingt le nombre de pays épinglés ! Ces pays avaient tous des déficits prévus supérieurs à la limite de 3 % de leur PIB autorisée par le pacte de stabilité européen.

 

Depuis, au vu du nombre de pays qui ne respectent pas le pacte de stabilité - certains ne l'ayant jamais respecté ! -, Bruxelles a enfin fait une proposition (Monsieur Barroso semblant totalement transparent depuis sa réélection...) : les projets de budgets nationaux seraient soumis à la Commission et examinés par les ministres européens des finances pour avis. Un pas vers un fédéralisme fiscal en somme puisque cet examen européen aurait lieu avant le vote dans les Parlements nationaux. Vous imaginez immédiatement les cris d'orfraie qui furent poussés tous azimuts : Luc Chatel avait de suite rappelé que "c'est le Parlement qui vote le budget de la nation". Pour Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la République "la proposition de la Commission européenne de s'arroger le droit de vérifier en amont les budgets des Parlements est inacceptable car cela porterait atteinte à notre démocratie". Certains ont probablement eu, en outre, peur de la proposition allemande qui consistait à exclure de la zone euro les mauvais élèves...

 

Il est cependant certain, comme j'en ai longuement débattu avec les participants au café économique de jeudi dernier, qu'une forme de cohésion économique et politique nouvelle devra indubitablement émerger de cette crise, si l'on souhaite poursuivre l'expérience européenne. Le problème est évidemment extrêmement complexe puisqu'il s'agit de faire dialoguer des gouvernements ayant des points de vue économiques (et politiques) souvent différents, parfois réellement divergents. D'ailleurs, je faisais remarquer récemment que l'Allemagne jouait à nouveau le rôle de référence qui était le sien durant le SME, puisque tous les autres pays mesurent leur capacité et leur taux d'endettement en comparaison avec l'Allemagne.

 

Quoi qu'il en soit, à court terme, la France doit rassurer Bruxelles sur sa capacité à rentrer dans les clous économiques en 2013. C'est l'objet du rapport transmis par le ministère de l'économie, en janvier 2010, à la Commission européenne. Ce document avait été complété par les mesures annoncées par notre omniprésident (dont j'avais parlé dans ce billet), comme par exemple la réduction de 10 % en trois ans des dépenses de fonctionnement courant de l’Etat et des dépenses d’intervention.

 

Extraits choisis du rapport transmis à la Commission européenne, avec mes commentaires en gras :

 

* "Au-delà de 2010, le Gouvernement va renforcer considérablement l’assainissement des finances publiques" Avis de gros temps sur planète France ! Ce que nous n'avons pas su faire un minimum durant les périodes fastes, saurons-nous le faire durant en période de crise ?

 

* "La stratégie du Gouvernement consiste à poursuivre les réformes structurelles favorables à la croissance et à ne pas augmenter les impôts mais à réduire le poids de la dépense publique" C'est Merlin l'enchanteur qui parle : dit comme cela, on en oublierait presque que la baisse de la dépense publique aura un impact non négligeable sur la croissance...

 

* "En matière de recettes, le Gouvernement s’est engagé à ne pas augmenter la pression fiscale, parmi les plus élevées de l’Union européenne, pour ne pas réduire la croissance. Cependant, le plan de redressement des comptes publics prévoit de réduire les niches fiscales et sociales à partir de 2011" Les célèbres niches fiscales qui attendent patiemment d'être réformées depuis des lustres... La Commision européenne se rappelera opportunément que 2012 est une année électorale majeure en France avec une tendance forte à la promessopathie dès 2011 !

 

* "En matière de dépenses, l’enjeu consiste, pour une bonne part, à ce que l’expérience acquise par l’État dans la maîtrise de ses dépenses puisse bénéficier aux collectivités locales et aux administrations de Sécurité sociale" C'est probablement la mesure la plys hypocrite de toutes : comme si l'État avait une expérience vertueuse de maîtrise de ses dépenses...

 

* "Lors de la Conférence du 28 janvier 2010, le Président de la République a aussi souhaité que la France se dote d’une règle d’équilibre pour l’ensemble de ses administrations. Un groupe de travail présidé par M. Camdessus, ancien directeur général du FMI, précisera les modalités de cette règle" Idée intéressante à creuser, mais je m'inquiète quand un ancien du FMI s'en occupe...

 

* "La maîtrise des dépenses et la stimulation de la croissance potentielle sont également les objectifs de la réforme des retraites qui sera discutée et mise en oeuvre avant la fin de l’année 2010. Le calendrier de cette réforme sera discuté avec les partenaires sociaux dès le 15 février 2010" Réforme des retraites =  maîtrise des dépenses ? Pourquoi ne pas l'avoir dit explicitement aux Français ?

 

*"Sous l’hypothèse de conditions cycliques adaptées, le retour du déficit effectif à -3 % du PIB serait assuré dès 2013 avec un taux de prélèvements obligatoires de 43,0 % du PIB à l’horizon de la prévision, soit un niveau inférieur à celui de 2007" J'apprécie les précautions prises au niveau des hypothèses, tant le reste semble peu crédible dans le contexte actuel !

 

Je ne sais pas si la Commission européenne sera convaincu ou non (il lui reste quelques jours pour apprécier la prose poético-diplomatique française...), mais pour ma part, j'ai quelques doutes sur ce scénario... à moins de pratiquer la méthode expérimentée en Grèce ces derniers temps, ce que je ne cesse de dénoncer comme étant une mauvaise solution, n'apportant in fine que le chaos social et politique !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 04/06/2010 10:48


C'est vrai que l'Euro de Football valait la peine qu'on se décarcasse pour l'otenir: 1 milliard d'euro à trouver (financements publics et privés combinés) et 15000 emplois créés entre aujourd'hui
et 2016: ça va sauver notre économie et résorber le chômage, c'est sûr!...
C'est ce que sont pas loin de dire les média et les politiques en tout cas...

Comment vous dites? que sur le seul mois d'avril 2010 le chômage a augmenté de 15000 personnes sur 1 mois et que l'Euro de foot c'est 15000 emplois mais étalés sur 6 ans...?

Ah, sûrement que les média et les politiques doivent vivrent dans un autre espace temps que le commun des mortels ou que les associations caritatives: le Secours Populaire ferme à plusieurs
endroits car il n'a plus assez de subventions pour fonctionner.....


Raphaël DIDIER 04/06/2010 20:46



Certains semblent en effet vivre dans un "autre espace-temps"...



Gérard MERCIER 02/06/2010 19:20


Austérité ? Rigueur ? Réduction des déficits ??? Vous noircissez le tableau ! D'abord, on a décroché l'organisation de l'Euro de football... Ensuite il y a la coupe du Monde... Après le Tour de
France...En ce moment, Roland Garros. Puis les 24 heures du Mans... Non vraiment, le peuple ne peut pas se plaindre...

Du pain et des jeux...Voilà tout

Gare au réveil...


Raphaël DIDIER 03/06/2010 13:02



Vous avez raison : mon pessimisme l'a emporté avant même le coup d'envoi de la coupe du monde de football :-)



Jean-Michel 02/06/2010 08:44


Ce qu'on lit au niveau des intentions est tellement loin d ela réalité potentielle que ça en est hallucinant!

Avec 2012 en perspective et l'élection présidentielle, on va sûrement passer cette fois encore entre les gouttes de l'austérité pure et dure.

Mais comme les perspectives économiques ne sont guère encourageantes au moins jusqu'en 2013, ça va malgré tout nous tomber dessus après 2012 et ça risque de faire très mal.

A moins qu'un président de gauche nous soit donné, et nous refasse dans l'euphorie du retour au pouvoir le coup de l'ineffable tandem Mitterrand/Mauroy en 1981: ouverture en grand des robinets,
assèchement des finances publiques et austérité doublée de rigueur renforcée derrière ...... pour des siècles des siècles et bien des générations futures.

Non, vraiment, l'avenir, pour le moment en tout cas, n'est pas rose.


Raphaël DIDIER 02/06/2010 10:36



Vous avez raison de dire que les perpectives économiques ne sont guère encourageantes pour l'instant. De plus, quellle que soit la coeur politique, je crains le
"grand virage" de la rigueur (après l'euphorie de 2012 !), comme la France l'a connu en 1983...



Archives