Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 19:05

5-euro.JPG

 

C'est le nouveau billet de 5 euros que j'ai choisi comme image d'illustration de cet article. Mis en circulation le 2 mai 2013, ce nouveau billet à l'effigie de la déesse Europe a déjà réussi à faire parler de lui en mal : un client qui voulait payer dans un magasin s'est vu refuser son billet sous prétexte qu'il était faux ! Loin d'être falsifié, ce billet avait surtout le malheur d'être inconnu du commerçant et de certaines caisses automatiques de parking d'après la RTBF...

 

Cela démontre l'importance de la confiance lorsqu'on introduit une monnaie. Rappelons que la littérature économique considère qu'une monnaie doit, au moins, avoir les trois fonctions suivantes :

* fonction de facilitation des échanges : cela signifie qu'elle permet de payer ses achats lors d'une transaction sans recourir au troc.

* fonction de réserve de valeur : la monnaie peut être épargnée sans perdre de sa valeur (en excluant l'inflation et la perte de cours légal comme pour le Franc). Elle permet donc de reporter du pouvoir d'achat dans le temps.

* fonction d'étalon : la monnaie permet de jauger la valeur d'un produit quelconque.

Cependant, la monnaie peut aussi avoir des fonctions autres qu'économiques : l'attachement d'un peuple à sa monnaie relève autant d'un aspect socio-culturel que psychologique.

 

Comme certains pensent encore que la monnaie est essentiellement créée par la Banque centrale, il est nécessaire de répéter haut et fort que la majeure partie de l'argent est créée par les banques commerciales sans aucune contrepartie, simplement en accordant un crédit à l'un de ses clients...


C'est pourquoi l'on dit souvent que les banques transforment les crédits en dépôts ou que les crédits font les dépôts, en ce sens qu'elles créent l'argent demandé par l'emprunteur et le déposent sur son compte bancaire. On est donc loin de l'image d'Épinal d'une banque qui prête uniquement ce qu'elle a dans ses coffres ! Cela soulève du reste de nombreuses questions sur la limitation de la création monétaire et sur la régulation des banques que j'ai traitées dans les grands mécanismes de l'économie en clair.

 

Ces dernières années, de nombreuses monnaies locales - également appelées monnaies complémentaires - ont pris leur essor, comme par exemple le sol-violette dans l'agglomération toulousaine :

 

 

Celles-ci cohabitent avec la monnaie officielle au niveau d'une zone géographique, mais ne constituent - au sens économique - qu'un simple instrument d'échange au sein d'une communauté, que personne n'est obligé d'adopter (elles n'ont donc pas cours légal).

 

Plus précisément, si la première fonction énoncée ci-dessus est commune à la monnaie légale et à la monnaie locale, les deux autres sont souvent loin d'être pleinement réalisées. Dans le cas de la monnaie locale, il n'est en général pas possible de l'épargner, simplement parce qu'aucune institution de type bancaire ne la prend en charge dans son système. Souvent cette "monnaie" locale perd même de sa valeur si elle n'est pas utilisée pendant un certain temps, afin d'inciter les personnes à échanger.

 

Ce n'est d'ailleurs pas la finalité recherchée, puisqu'une telle monnaie est en général  créée lorsque les conditions matérielles et financières de l'échange sont dégradées (voir l'expérience de Wörgl en Autriche au début des années 1930). Mais la création d'une "monnaie" locale peut aussi répondre à un impératif de solidarité ou d'éthique face à un monde où la finance est sans loi (ceux qui pensent le contraire sont priés de réfléchir aux causes de la crise des subprimes...)

 

Dès lors, c'est bien la fonction de facilitation des échanges qui est primordiale : on crée une monnaie parallèle pour permettre aux gens d'acheter ou de vendre des biens et services locaux pour la plupart, choses qu'ils ne pouvaient plus faire (ou moins bien faire) avec la monnaie légale. Cerise sur le gâteau, certaines monnaies locales sont échangeables contre de la monnaie officielle, à l'instar du  Brixton pound, échangeable contre la livre Sterling au taux de 1:1. La sol-violette évoqué plus haut, s'échange lui-aussi à parité avec l'euro.

 

Tout ceci n'est pas sans rappeler les systèmes d'échanges locaux (SEL) qui permettent à leurs membres de procéder à des échanges de biens, de services et de savoirs sans avoir recours à la monnaie officielle :

 

SEL-copie-1

[ extrait de mon dictionnaire révolté d'économie Cliquer pour l'agrandir ]

 

En plus de mon billet consacré à l'économie du partage, le lecteur pourra aussi lire un article que j'avais écrit, il y a quelques années, sur Terraeco et dont j'avais totalement oublié l'existence... merci à celui qui me l'a rappelé ! 

 

En définitive, ces expériences sont la preuve que les citoyens souhaitent ardemment que le système monétaire et financier soit au service de l'économie et pas l'inverse. Pour ce faire, les monnaies locales permettent à un groupement de citoyens géographiquement proches  d'utiliser pleinement les ressources productives existantes, en apportant de l'huile dans les rouages et en encourageant par là même l'achat de biens et de services produits localement (voir mon billet sur l'économie de proximité).

 

Cependant, il ne faut pas perdre de vue que l'introduction d'une monnaie complémentaire soulève aussi de nombreuses questions : différence d'inflation selon la monnaie, rupture de la chaîne économique possible (si un fournisseur n'accepte pas la monnaie locale tandis que l'entrepreneur local l'accepte), application d'une fiscalité différente que certains peuvent percevoir comme une concurrence déloyale, etc. Or, en économie il n'est déjà pas simple de piloter une monnaie unique comme le montre le naufrage de la zone euro, alors avec plusieurs monnaies locales qui cohabitent...

 

Cette semaine, j'ai profité de mon passage sur Mirabelle TV pour évoquer la monnaie, toujours avec ce ton décalé qui sied à mon avis le mieux à ces interventions courtes. C'est à voir  dans le Grand rendez-vous du lundi :

 

Mirabelle-11-mars-2013.jpg

 

[ Cliquer sur la photo pour lancer la vidéo ]



Partager cet article

Repost 0

commentaires

OUALID Zohra 03/06/2013 21:36

Bonsoir,

Serait-il possible d'avoir votre avis sur mon dernier billet concernant la taxe Tobin ?

Bien à vous.

Raphaël DIDIER 04/06/2013 11:32



Bonjour Zohra,


C'est avec plaisir que je vais lire votre billet.


Raphaël



pratclif 31/05/2013 10:27

J'ai aussi écrit sur la monnaie
http://pratclif.com/economy/money.htm
Cordialement

Raphaël DIDIER 31/05/2013 11:32



Merci pour le lien, je vais le lire !



Archives