Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:39

 

 Chat-neige.jpg

 

Le gouvernement a activé, il y a quelques jours, le centre interministériel de crise où se sont réunis 21 représentants des différents institutions françaises et l'ensemble des préfets (par visioconférence pour ces derniers). Quel menace grave et imminente risquait-on de voir s'abattre sur la France ? Réponse : la neige !

 

 

Je trouve vraiment surréaliste que dans un pays où une large part de la population connaît un climat continental, la neige et le froid puissent encore tant désorganiser les services publics ! Si je me restreins à ma région, la Lorraine, la neige et le chaos qui s'ensuivrait fut annoncée par les médias 3 semaines à l'avance déjà... Ma région a pourtant connu par le passé des hivers très rigoureux et neigeux, auxquels elle a su s'adapter en termes d'organisation de la circulation notamment. Mais depuis quelques années, il semble que le moindre épisode neigeux soit suivi d'une pagaille sans nom, comme on peut le vérifier en lisant par exemple ces deux articles (article 1 et article 2) du Républicain Lorrain.

 

C'est pourquoi, je pense qu'il est utile de rappeler que la période s'étendant de 1550 à 1860 en France est couramment qualifiée par les historien de «petit âge glaciaire»... Pour mémoire, voici quelques hivers très rigoureux que la France a connus (voir cet article complet de l'excellent site d'histoire Herodote.net) :

 

* l'hiver 1407-1408 : il fut marqué par deux longs épisodes de gel, qui mirent à mal le ravitaillement par voie fluviale, (voie essentielle au Moyen Âge) et le fonctionnement des moulins, source d'énergie essentielle à cette époque.

 

* les années 1690 à 1695 sont restées dans l'histoire en raison d'une terrible famine causée essentiellement par l' alternance de grands froids et de canicules. Cela provoqua un surplus de décès en France évalué à plus d'un million de personnes... sur une population qui n'en comptait que 20 millions !

 

* l'hiver 1708-1709, qualifié de «Grand Hyver», est une période exceptionnelle de froid intense qui déboucha sur une grande famine (le prix du blé étant notamment multiplié par plus de dix !) et un surplus de décès évalué à 600 000 personnes !

 

* les hivers 1783-1784 et 1784-1785 furent mémorables par la grande abondance des neiges, le haut Beaujolais ayant été recouvert près de 6 mois par un manteau blanc !

 

* l'hiver 1788-1789 fut aussi très rigoureux et, ajouté à une mauvaise haute saison en été, précipita encore un peu plus les tensions sur le prix des céréales et en particulier du blé.

 

* les hivers 1953-1954 et 1956-1957 furent particulièrement froids et sont restés dans l'histoire de par l'appel de l'abbé Pierre, le 1er février 1954.

 

Et bien qu'il y eut encore de nombreux autres hivers rigoureux, je vais arrêter là mon énumération en terminant par l'hiver 1978-1979 où le froid provoqua la gigantesque panne d'électricité du lundi 19 décembre 1978...

 

 

N.B 1 : les lecteurs intéressés par l'histoire du climat pourront lire avec intérêt le livre de l'historien Emmanuel Leroy Ladurie : Histoire du climat depuis l'an mil, publié chez Flammarion en 1967.

 

N.B 2 : suite à mon billet sur l'euro, je tiens à rassurer tous ceux qui ont été très mauvais au jeu mis en ligne par la BCE. En effet, Jean-Claude Trichet se débrouille visiblement très bien tout seul pour sauver la zone euro, puisqu'il a affirmé ce matin sur Europe 1 que nous étions dans une crise de la stabilité financière et pas dans une crise de la monnaie unique (ah bon ?), concluant que "l'euro est une monnaie crédible" ! On se disait bien que les spéculateurs avaient dû se tromper de cible en choisissant l'euro...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 22/12/2010 08:10


En complément de l'explication sur les variations du climat, je dirais qu'on redécouvre que Paris est plus au nord que Montréal, Biarritz plus au nord que New-York et Madrid plus au nord que
Washington, ses -20°c et ses 5 m de neige en cumulé chaque hiver...

Si les hivers étaient plus doux de ce côté-ci de l'Atlantique, c'était grâce au Gulf Stream, or la fonte de la banquise du fait du réchauffement climatique entraîne un très net refroidissement de
ce courant qui ne joue plus son rôle de réchauffeur climatique sur les côtes européennes!

Pas de bol ça tombe en même temps qu'un cycle glaciaire (tous les 250/300 ans) et donc ah gla gla!!!!

Et ça n'est probablement pas fini...


Raphaël DIDIER 22/12/2010 11:05



ah gla gla !



Jean-Michel 21/12/2010 08:10


2 remarques quant aux perturbations dues à la neige:

1) nous sommes de plus en plus tributaires des voies de communication (routes, train, aéroports), la moindre perturbation ne permet plus d'assurer le flot d'écoulement.

2) par souci d'économies les flux sont tendus et il est très difficile de rattraper les retards (1 km de file d'attente hier à St-Pancras pour l'Eurostar et un responsable de la compagnie
expliquant que d'ici à Noël tous les trains étaient complets, donc ceux qui n'avaient pas pu partir devraient probablement attendre après Noël une place, sauf annulation ou désistement....).

De même à Bruxelles les avions ne pouvaient plus être dégivrés car les stocks sont minimes et l'approvisionnement attendu était dans les camions ..... bloqués en France....

Sans compter la disparition des cantonniers et des saleuses jugées non indispensables dans des régions qui ont bénéficié d'hivers doux pendant plusieurs années....


Raphaël DIDIER 21/12/2010 10:58



Merci pour ces remarques très pertinentes ! La gestion par flux tendues se fait en effet sentir à tous les maillons de la chaîne de valeur, parfois à des
niveaux les plus surprenants comme le dégivrage des avions à Bruxelles (que le journaliste local semblait du reste embarassé à expliquer à la télévision belge...).



Gérard 20/12/2010 18:22


Pour ce qui est de la neige, je suis entièrement d'accord avec votre propos.
Que l'on se le dise: en hiver, il risque de neiger, au printemps la nature se réveille, en été il peut faire chaud, en automne, les feuilles tombent...C'est comme ça !!! Quand je vois la déferlante
médiatique sur le sujet, si on voulait créer une psychose, on ne s'y prendrait pas autrement!!! A croire qu'on devient complètement crétin!!!
Au sujet de l'euro, j'ai également entendu J-C TRICHET. J'ai aussi appris en consultant la liste 2010 de ses membres, qu'il faisait partie de la trilatérale. Que penser de cette "compagnie"
regroupant des gens influents d'origines professionnelles diverses et surtout quel est leur impact réel sur des décisions d'ordre financier ou économique ?
Pour terminer je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année !


Raphaël DIDIER 21/12/2010 10:51



La commission trilatérale, à l'instar du groupe Bilderberg, réunit des personnes supposées puissantes et aptes à imposer le doctrine mondialiste et
libre-échangiste en économie... avec le résultat que l'on connaît ! Et la liste des membres confirme cette inquiétude puisqu'on y trouve Paul Volcker (l'ancien président néolibéral de la FED qui
précipita les États-Unis en récession dans les années 1982 et 1983 en se vantant d'avoir vaincu l'inflation), le gratin des banquiers des 3 zones, Henry Kissinger et accessoirement
Jean-François Copé spécialiste de l'économie sociale comme chacun le sait... Bref un des personnes qui cherchent à façonner l'économie et le politique selon leurs intérêts
(avec succès malheureusement !) qui, quoi qu'ils en disent, ne correspondent que très rarement aux intérêts du plus grand nombre.


Pour finir, moi aussi je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d'année et vous remercie de votre participation !



Archives