Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 10:57

 

  charge_lula_moeda_fmi.jpg

 

De nombreux médias ne cessent de claironner depuis quelques heures que le FMI vient d'effectuer une véritable révolution en interne, le conseil d'administration du Fonds monétaire international ayant adopté vendredi une réforme en deux points. Premièrement, le FMI a doublé son capital à 750 milliards de dollars (capital que l'on appelle quotes-parts dans le jargon du FMI et qui représentent les contributions des 187 États membres)... tant il paraît évident que les crises vont se multiplier dans les mois à venir ! Ensuite, la répartition de ces quotes-parts - qui donnent des droits de vote au sein du FMI à raison d'une règle capitalo-capitaliste (1 dollar = 1 voix) - a été revue afin de donner aux pays émergents une place conforme à leur poids économique et dès lors tenter de faire oublier que le FMI appartient aux pays riches... l'ambition ultime étant de faire du FMI le reflet économique du G20.

 

Si des avancées sont à noter (rectification de la surreprésentation européenne au FMI, fin du droit statutaire à être représenté au conseil d'administration pour les 5 pays les plus riches,...), il n'en demeure pas moins que le FMI reste la chose des pays riches. Il suffit pour s'en convaincre de regarder le graphique ci-dessous que j'ai construit à partir des données du FMI, et qui présente la répartition des droits de vote avant et après la réforme adoptée à Singapour ce vendredi :

 

 

vote-FMI.JPG

 

[Source des données : communiqué de presse n° 10/418 du FMI]

 

 

Au final, les États riches représenteront toujours encore 55,3 % des droits de vote, contre 60,6 % auparavant. Mais surtout, les États-Unis ont sauvé leur droit de veto qu'ils ont de facto sur les décisions prises par le FMI. En effet, les décisions les plus importantes nécessitent 85 % des voix... or, les États-Unis concentrent à elles-seules près de 17 % des droits de vote !

 

Par conséquent, bien que Dominique Strauss-Kahn se vante d'avoir réussi "la réforme la plus fondamentale de la gouvernance du FMI depuis sa création il y a 65 ans", celle-ci reste de faible envergure si les États-Unis gardent une telle possibilité de regard sur les décisions qui y sont prises. De plus, avant de s'appliquer, cette réforme devra être approuvée par l'ensemble des 187 pays membres. Autant dire que ce n'est pas pour tout de suite... d'autant que le FMI a très mauvaise presse tant ses interventions passées furent de véritables saignées pour les économies à qui on administrait des plans d'ajustement structurel d'inspiration néolibérale (voir par exemple cet article ou bien celui-là, et surtout l'excellent livre de Joseph Stiglitz qui dénonce ces pratiques des pays riches pour les pays riches).

 

 

N.B : Olivier Blanchard, chef économiste du FMI, a estimé que la réforme injuste des retraites que la France vient de mener est substantielle, tout en admettant qu'elle ne suffirait probablement pas. Venant du FMI, c'est toujours un plaisir d'entendre de tels propos...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

pratclif 17/12/2010 11:53


Voir cet excellent aricle de Nourriel Roubini.
http://pierreratcliffe.blogspot.com/2010/12/survival-strategy-for-eurozone-by.html
qui tome à point nommé dans l'actualité de le zone euro.


Raphaël DIDIER 17/12/2010 18:38



L'article est très intéressant, merci !



Thomas Chapouthier 11/12/2010 15:36


Bonjour.

Vendredi dernier (le 3/12) j'assistais à l'une des conférences données à l'ISEG Paris dans le cadre de la "semaine internationale de la finance". Le sujet était l'intelligence économique dans le
domaine de la finance. Les conférenciers étaient entre autres des consultants surtout la pour vendre leur peau et quelques vrais spécialistes dont Thibault RENARD (qui après des études que je
suppose brillantes à sc-po paris puis en macro économie est aujourd'hui responsable du pole IE de l'assemblée des CCIs) et laurence Iffrah (criminologue experte en cyberconflits). La conférence
était animée par un homme rompu à ce genre d'exercice, rien de moins que Monsieur Bernard Besson vice président du MEDEF de l'Ouest Parisien...) J'y suis allé pour tenter d'en savoir plus (et là,
votre analyse de professeur comprendra l'ironie) mais surtout pour poser des questions, et lancer des missiles.
je n'ai pas été déçu!!!
car lorsque l'on pose des questions, après avoir bien voulu poliment écouter un joli feu d'artifice de banalités et de stéréotypes ("les banquiers sont méchants et les chinois vont nous envahir")
on obtient de jolis slips mouillés....
Je m'explique:
La question était:
"Quelle vont être les différentes réactions, de part le monde, en conséquence à la guerre des monnaies"?
Réponse de T.RENARD:
"Il faut regarder vers les Etats Unis car ils ont tout simplement les mains liées.
--La manipulation de leur taux de change est inconsidérée s'ils veulent continuer à financer leur économie.
--Pratiquer des dévaluations compétitive n'aura aucun effet (en tout cas sur les chinois puisque leur monnaie est adossée au $, même si l'Europe en prendra plein la tête)
--Il ne leur reste que l'arme du PROTECTIONNISME.
Je trouve cela particulièrement amusant presque autant que cette bonne vielle maxime Stalinienne:

Ce qui est à toi est à nous, et si tu pense seulement que tu as un droit minime sur ce qui est à nous => AU Goulag!!!

Autrement dit:

Ouvrez grands vos marchés, ne touchez pas au mien sinon...
=> Quotas! Attaque spéculative! Veto aux différentes instances internationales! Et vous verrez bien nous sommes imaginatifs.

Venant des plus grands avocats du libéralisme, rigolo non?


Raphaël DIDIER 12/12/2010 11:12



La vulgate des avocats du libéralisme a en effet toujours été pleine de duplicité au niveau de l'application... surtout en période de crise !



pratclif 11/11/2010 19:30


"Valeur sure" en effet; même à faible taux d'intérêt car le risque de faillite de l'état US est considéré comme nul. Donc quand on a beaucoup de réserves $, les place en bons du trésor US est (ou
était) à risque zéro. Ce qui change c'est qu'avec le QE2 600G$ injectés à raison de 75G$ par an en 4 ans le $ va se déprécier ce qui réduit la valeur de la dette... c'est fait pour! alors les
chinois sont inquiets et cherchent des alternatives... d'autres actifs et acheter le port du Pirée par exemple.


Raphaël DIDIER 12/11/2010 10:34



Si le dollar se déprécie, cela deviendra très favorable aux exportateurs américains. C'est pourquoi, une des questions de ce G20 sera de savoir si les Américains
souhaitent délibérément faire chuter leur monnaie... même si l'on a un début de réponse !


Quant au choix du placement de leurs énormes réserves de change, les Chinois cherchent à diversifier un peu plus ces derniers temps, ne serait-ce qu'en raison
des possibilités élévées de rendement offertes par d'autres produits (actions,...). L'achat du port du Pirée participe du reste plus d'une stratégie politique d'intrusion du marché intérieur
européen, que d'une stratégie économique pure. Il en va de même avec "l'aide" que les Chinois comptent fournir au Portugal...



pratclif 11/11/2010 12:26


Je vois dans ce billet (Simon Johnson et Nourriel Roubini) qu'aux Etats-Unis, le taux d'émission de la dette souveraine est négatif en termes réels, alors que le Brésil par ex offre des taux de 11%
en termes courants aux investisseurs. D'où des restrictions d'entrées de capitaux chez eux.... La globalisation produit vraiment des effets absurdes...


Raphaël DIDIER 11/11/2010 19:17



Merci pour l'article fort intéressant. Tout cela procède du dollar comme monnaie de réserve... et donc comme valeur "sûre" (le mot est tout à fait relatif !). Et
c'est encore une preuve que le FMI ne peut in fine pas grand chose contre les économies qui sont en situation d'excédent commercial. Triste réalité...



pratclif 10/11/2010 14:15


Je recommande l'article ci-dessous en suite à ce billet sur le FMI

http://fwd4.me/ZVs


Raphaël DIDIER 11/11/2010 10:25



Merci, je vais le lire.



Archives