Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 11:08

RU.png

 

Après le modèle allemand dont on nous a longtemps rebattu les oreilles, voici que se font entendre des voix qui vantent le dynamisme du modèle économique britannique, entre croissance et pression fiscale faible. Mais qu'en est-il réellement ?

 

Les performances actuelles du Royaume-Uni

 

Dans la période récente, la croissance au Royaume-Uni est devenue plus forte que dans la zone euro :

 

Croissance-RU.jpg

[ Source : Coe-Rexecode ]

 

A cela s'ajoute une baisse du taux de chômage :

 

Chomage-RU.jpg

[ Source : Capital.fr ]

 

Et une baisse du taux d’impôt sur les profits des sociétés :

 

IS-Europe.png

[ Source : Le Monde ]

 

Les caractéristiques du modèle économique britannique

 

Le modèle économique du Royaume-Uni se caractérise principalement par :

 

 * un commerce extérieur dominé par les services. En effet, le Royaume-Uni connaît un très important excédent commercial des services (finance, assurance, informatique, mais hors tourisme) :

 

Excedents-services-RU.png

[ Source : Natixis ]

 

C'est du reste la seule chose positive - et encore cet excédent est surtout lié à la City -, car l'industrie connaît une situation épouvantable caractérisée par la faiblesse de l’investissement productif et le recul de la capacité de production de l’industrie... ce qui se traduit notamment par un déficit extérieur important (voir ci-dessous).

 

 * un important déficit extérieur facilement finançable

 

Flux-courts-terme-RU.jpg

[ Source : Natixis ]

 

Toute la question est donc de savoir par quel moyen le Royaume-Uni finance ce déficit extérieur. En regardant un peu plus en détails les flux de capitaux entrants, on constate que ce sont de gros volumes de capitaux à court terme qui servent à financer le Royaume-Uni, d'où clairement une fragilité du modèle économique britannique.

 

En ce qui concerne le déficit public (-6 % du PIB !), celui-ci est financé par les banques (décidément, City quand tu es là...) et même par la Banque d’Angleterre dans le cadre de sa politique monétaire non conventionnelle !

 

 * des effets de richesse puissants liés à la hausse des prix dans l'immobilier. Rappelons que les effets de richesse consistent en une hausse de la consommation et des achats immobiliers liées à la très forte augmentation des cours boursiers et des prix de l'immobilier. J'en avais déjà parlé dans ce billet consacré à la politique économique au Japon (appelée abenomics)

 

hausse des prix de l'immobilier au Royaume-Uni

 

Prix-immo-RU.jpg 

[ Source : www.thisismoney.co.uk ]

 

Hausse de la demande

 

Effets-de-richesse.jpg

[ Source : Natixis ]

 

Ainsi, lorsque la richesse (immobilière et/ou financière) des ménages au Royaume-Uni augmente grâce à cette hausse des prix, ces derniers se remettent à consommer et à investir. Or, même si ces effets de richesse sont beaucoup plus marqués aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Japon qu'en Europe, ils ne peuvent tenir lieu d'unique moteur de la croissance !

 

Un anti-modèle

 

En résumé, le modèle économique du Royaume-Uni se caractérise principalement par un commerce extérieur dominé par les services - en raison du surdimensionnement de la City - au détriment de l'industrie.

 

En ce qui concerne la croissance, dont on ne cesse de nous vanter le retour, il serait bon de se souvenir qu'elle est essentiellement basée sur les effets de richesse qui ne peuvent être un moteur à long terme de l'économie. Pour le dire autrement, la croissance n'a été soutenue, depuis 2008, que par une partie du secteur public épargnée par la rigueur et par l'immobilier (au risque de voir une nouvelle bulle immobilière).

 

Affirmer dans ces conditions que les politiques d'austérité - appelées dévaluations internes dans le jargon - ont réussi revient à négliger l'échec dans la réindustrialisation du Royaume-Uni, qui était pourtant l'un des principaux objectifs du gouvernement... Quant à la situation des ménages, si l'on exclu le surendettement, la hausse des inégalités, la perte d'influence des syndicats depuis Thatcher, la précarisation de l'emploi, le retour des soupes populaires, tout va bien... 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Franoux Denis 15/04/2014 16:49

And God save the city :)

Raphaël DIDIER 16/04/2014 10:59



Of course only the City ! ;-)



Archives