Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

3 mars 2010 3 03 /03 /mars /2010 10:33


soS.gif

Chaque matin semble apporter son lot de catastrophes dans le secteur automobile. Tout a commencé avec Toyota qui publiait, vendredi 5 février, dans une vingtaine de quotidiens américains les très rassurants propos suivants : "vous ne ressentez aucun problème avec votre accélérateur, nous avons la conviction que votre véhicule est sûr. Si votre accélérateur devient plus dur à presser que d'ordinaire ou plus lent à remonter, contactez votre concessionnaire sans tarder". Permettez-moi une comparaison osée : si vous ne ressentez aucun problème avec votre jambe, c'est que vous êtes en bonne santé. Mais si vos jambes sont lourdes, alors contactez votre concessionnaire médical médecin. Est-on certain de rassurer les utilisateurs de la sorte ?  Toyota a depuis rappelé plus de 8 millions de véhicules pour des problèmes de tapis de sol, de pédale d'accélérateur et devrait rappeler 270 000 Prius pour des problèmes de freinage.

Quelques jours plus tard, ce fut au tour de Volkswagen d'annoncer un rappel de véhicules. Le constructeur automobile allemand annonçait alors le rappel de près de 200 000 véhicules au Brésil pour un problème dans le roulement des roues arrière des modèles Novo Gol et Voyage... qui pouvait déboucher sur un blocage des roues voire pire !

Puis ce fut le tour de Honda : le constructeur japonais a rappelé 437 763 voitures en février à cause d'un airbag défectueux, et 646 000 autres en janvier à cause d'un lève-vitre électrique susceptible de prendre feu (sic !).

Et ce matin, je
lisais dans le quotidien Les Échos que le constructeur automobile japonais Nissan a annoncé "le rappel de 539.864 véhicules dans le monde, principalement aux Etats-Unis, en raison de problèmes de freins et de jauge de carburant".

Mais que se passe-t-il donc dans le secteur automobile ? Dans le cas de Toyota, on a pu avancer de nombreuses explications :

* forte croissance aux États-Unis qui sont devenus le premier marché de Toyota. Entre 2000 et 2007, les ventes totales sont passées de 5,8 millions à 9,4 millions de véhicules, ce qui s'est traduit notamment par de nombreuses ouvertures d'usines (58 usines en 2000, 75 en 2009). Peut-on encore gérer la rapport quantité/qualité avec une telle croissance ?

* volonté de gagner des parts de marché à tout prix en ne réagissant que très peu aux signaux avant-coureurs (problèmes de freinage sur la Prius dès 1999, problèmes d'accélération inopinée du véhicule dès 2002,...)

* sous-traitance à des entreprises non japonaises et donc pas forcément au fait du modèle toyotiste.

* communication déplorable voire inexistante ! Il existe pourtant des sociétés de conseil en communication qui se feraient un plaisir de leur venir en aide... moyennant quelques fifrelins !

* le modèle toyotiste n'a-t-il pas déjà montré ses limites tant pour les salariés soumis à des cadences infernales qu'en termes de développement industriel ?

Pour l'ensemble des constructeurs, je pense que le problème est lié à cette volonté de gagner des parts de marché à tout prix, donc au détriment de la santé des travailleurs et parfois de la qualité du véhicule. Lorsqu'on sait le peu de temps qui s'écoule désormais entre la conception d'un nouveau modèle et la mise sur le marché, on imagine aisément le stress qui pèse sur les équipes. Cette volonté d'être le premier à sortir un modèle de voiture avec des courbes différentes oblige ainsi à penser plus souvent en termes mercatiques (moment du lancement, campagne publicitaire,...) et financiers (coût et délocalisations) qu'en termes productifs...

Du reste, comment peut-on encore suivre de bout en bout l'ensemble du circuit de production attendu que les sous-traitants sont si nombreux ? A la fin des années 1980, on décida d'abandonner la traditionnelle relation verticale donneur d'ordres/sous-traitants où le premier concevait tout et dictait les conditions marchandes aux autres. On a remplaçait ce modèle par la modularité qui était censée permettre une meilleure répartition de la valeur ajoutée entre les acteurs. Or, les constructeurs ont vite compris leur intérêt et ont donc préservé leurs sources d'approvisionnement, en encourageant la concurrence entre équipementiers. Ces derniers ont par conséquent dû se soumettre à des règles organisationnelles imposées par les constructeurs (normes de qualité, livraison juste-à-temps,...) et qu'ils doivent ensuite, à leur tour, imposer à des sous-traitants... On comprend immédiatement le problème que cela comporte !

L'industrie automobile traverse actuellement une double crise. Tout d'abord, son modèle économique butte sur les contraintes écologiques et sur la capacité financière limitée des ménages (la prime à la casse ne sera pas éternelle !). Ensuite, d'un côté les constructeurs sont en train de privilégier la quantité le profit à court terme à la qualité, tandis que de l'autre les équipementiers n'arrivent plus à pérenniser leur activité (la rentabilité moyenne des équipementiers baisse tendanciellement depuis des années).

A trop vouloir lutter contre les maux de la crise économique, on en vient à oublier la crise structurelle de tout un secteur... Et qu'en est-il des salariés qui deviennent dès lors la variable d'ajustement ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gérard MERCIER 03/03/2010 17:20


Bonjour à toutes et à tous,

Paradoxalement, les voitures sont tout de même devenues plus fiables. Mais nous sommes pris dans une sorte de frénésie de changement qui ne s'accorde pas avec les capacités financières du moment...
Alors les constructeurs sortent des modèles et des modèles, pensant gagner éternellement des parts de marchés et pour gagner un maximum, tirent les prix vers le bas en ce qui concerne les
équipements... D'où les joyeusetés que l'on découvre régulièrement...Et ça n'est pas fini !!! Dans tout ça, il faut imaginer la vie des milliers de personnes de ce secteur où elles ne sont pas à la
fête... Allez dans un garage et observez. C'est souvent du n'importe quoi toutes marques confondues !!!

Bonne route tout de même


Raphaël DIDIER 03/03/2010 21:09


Vous avez bien raison de signaler ce paradoxe ! Je vais essayer d'éviter la sortie de route de mon côté ;-)


Archives