Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

14 décembre 2009 1 14 /12 /décembre /2009 14:17


precarite

J'ai eu souvent l'occasion, ces derniers temps, de m'exprimer sur la précarité de l'emploi qui s'est institutionnalisée depuis les deux dernières décennies. Ce phénomène est très fortement corrélé à la libéralisation des marchés financiers qui entraîne une pression accrue sur les entreprises, qui doivent désormais satisfaire des critères de résultats surréalistes (15 % de retour sur capitaux propres...). C'est ce que Michel Aglietta a parfaitement cerné lorsqu'il a écrit que "le cycle financier s'impose dorénavant au cycle économique".

Et comme pour faire mieux accepter l'ensemble de ces mesures ineptes à la sphère productive - qui de fait, ne se résume plus qu'à un actif à gérer sur les marchés -, on qualifie cette recherche de profit à outrance de "création de valeur". Les actionnaires, qui sont par conséquent les uniques bénéficiaires de cette création de valeur, se gardent bien de rappeler qu'il existe d'autres personnes qui, en contribuant au développement de l'entreprise, mériteraient aussi une part de cette valeur additionnelle : faut-il rappeler que sans les salariés - qui ne sont plus vus que comme un coût à réduire ! -, l'entreprise ne serait absolument rien ?

La réponse à cette dernière question semble évidente, et pourtant les nouveaux modes de production et d'organisation dans les entreprises ignorent royalement patronalement cette réalité ! Dans un contexte de concurrence mondialisée, où la bataille de la compétitivité-prix ne pourra jamais être remportée par la France, pourquoi se priver d'une force de travail parmi les plus productives et créatives du monde ? Qui peut croire qu'un salarié en contrat précaire aura la même motivation à produire que celui qui peut imaginer son avenir au sein de son entreprise ? Ceci est d'autant plus vrai que la précarité de l'emploi a plusieurs faces : CDD, intérimaire, stagiaire en lieu et place d'un fonctionnel,...

Certes, le CDI reste la norme pour encore quelque temps. Mais les moyennes masquent un phénomène inégalitaire : 34 % des actifs occupés de 15 à 29 ans occupent un contrat à durée déterminée (CDD), contrats aidés ou stages, contre 9 % des 30-49 ans, selon l'Enquête emploi en continu 2007 de l'INSEE. Et ce ne sont pas les incantations ministérielles sur le niveau des études scolaires qui y changeront quelque chose :
selon une enquête du Céreq concernant le statut du premier emploi des jeunes sortis du système de formation en 2001, 40 % des diplômés du troisième cycle ont commencé par un emploi temporaire. Certes, les non qualifiés sont 63 % à être dans ce cas, mais chacun sait que si certains contrats temporaires fonctionnent comme des périodes d’essais, d’autres en revanche, ne constituent que des chausses- trappes à insécurité que l'on a rebaptisées poliment flexibilité. Et les choses ne cessent de se dégrader depuis comme le laissent entrevoir les premiers résultats de l'enquête du Céreq pour la "génération 2004" (cliquer sur l'image pour l'agrandir) :

cereq2004

                    [ Source : Céreq, enquête génération 2004 ]

Très récemment encore, un salarié intérimaire me racontait combien son quotidien professionnel lui semblait douloureux : pas de perspectives en vue, changement d'usine au gré des prêts de main-d'oeuvre, insécurité matérielle chronique, etc. Ajoutez à cela la crise qui dure depuis plus de 2 ans maintenant, et vous obtenez tous les ingrédients pour une grogne sociale qui pourrait s'avérer dévastatrice pour l'économie... mais encore faudrait-il que certains décideurs en prennent conscience !

Pour finir, je vous propose un court extrait d'une comédie réalisée par Serge Korber en 1967 : Un idiot à Paris. Une des répliques de Bernard Blier à ses salariés (écrites par Michel Audiard), résume parfaitement une partie de ce que je viens d'écrire : 

 



Partager cet article

Repost0

commentaires

MERCIER Gérard 17/12/2009 08:54


Dans mon précédent message, j'ai oublié de préciser que lors de cette fusion en 1989, la quasi totalité des dirigeants (des techniciens) de la maison mère pour l'Allemagne à Mannheim ont été
remplacés progressivement par des...financiers.

Mais peut-être que cela n'est qu'un détail...


Gérard MERCIER 15/12/2009 07:27


Cet article m'a inévitablement fait penser à ce que j'ai vécu il y a 10 ans... J'ai commencé à travailler chez BBC (moteurs électriques) à Sarrebruck en 1969. Effectifs de la société: 1200
personnes. Le groupe germano-hélvétique BBC comptait je crois à l'époque 40.000 personnes dans le Monde. Puis en 1989 est survenue la fusion avec le géant suédois ASEA. Cela a donné naissance à
ABB. Entre temps, le mur de Berlin était tombé et le communisme se cassait la figure (données non négligeable pour la suite des évènements).
Puis sont apparus les réductions d'effectifs, les changements de stratégies, l'abandon de produits, l'arrivée d'autres concepts...Le moteur "2000" par exemple. Seulement nous devenions trop chers,
pas assz productifs, les délais étaient trop longs... Bref en 1998, la fermeture du site de Sarrebruck était officielle: 240 personnes sur le carreau.(effectif total à l'époque des faits) Certains
l'ont mal vécu (j'ai souvenir du cas d'un collègue allemand qui s'était donné à fond dans la transformation de l'entreprise et qui s'est jeté sous un train...)Depuis, les moteurs sont fabriqués
ailleurs...Avec le recul, je pense que nous avons d'une certaine manière été les "pionniers" d'un mouvement qui a depuis pris de l'ampleur... C'était il y a 10 ans...Seulement ou déjà ?


Raphaël DIDIER 15/12/2009 09:50


Merci pour ce témoignage éclairant ! Comme vous le dites en conclusion, "c'était il y a 10 ans... seulement ou déjà".


Archives