Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 10:06

 

  retraites.jpg

 

Comme chaque année, l'observatoire de la fédération Familles rurales vient de publier son nouveau rapport concernant l'évolution des prix des fruits et légumes. Pour mémoire, vous trouverez ici le billet que j'avais rédigé lors de la publication du rapport 2009, et là le billet pour l'édition 2008.

 

Petits rappels méthodologiques

Depuis 2006, Familles Rurales a mis en place un observatoire des prix sur les produits de grande consommation (produits alimentaires, lessives, produits d’hygiène corporelle…). Plus spécifiquement, durant l’été, cet observatoire relève également les prix de 8 fruits et 8 légumes - la salade et la nectarine ont été ajoutées par rapport à l’année 2009 -, en distinguant leur origine (France ou étranger) mais aussi les surfaces de vente : hyper/supermarchés, hard-discounts, marchés. Deux relevés de prix ont ainsi été effectués (semaine du 14 juin 2010 et semaine du 12 juillet 2010) par 81 veilleurs consommation dans 38 départements français. Le prix moyen de chaque produit est ensuite calculé en tenant compte la part de marché de chaque surface de vente (56 % pour les hyper/supermarchés, 15 % pour les hard discounts, 14 % pour les marchés, 9 % pour les primeurs, 2 % pour les producteurs).

 

A noter que dans la présente édition du rapport figure également le prix des fruits et légumes bio, en distinguant également leur lieu de vente.

 


Evolution des prix entre les relevés de juin et de juillet 2009

Tout d'abord, comme le montre le tableau ci-dessous, entre juin et juillet 2010, le prix moyen des légumes du panel a diminué de 5,6 %, passant de 1,96 €/kg en juin à 1,85 €/kg en juillet. Le prix moyen des fruits a, quant à lui, baissé de 7,6 % entre les deux mois, passant de 3,42 à 3,16 €/kg. Au passage, ce tableau vous permet de voir les fruits et légumes retenus au sein du panel.

 

 

fruits2010.JPG

 

[ Source : Observatoire des prix fruits et légumes été 2010 / Cliquer pour agrandir ]

 

 

De plus, entre les deux relevés, le prix du panel a diminué sur tous les lieux de vente : - 17,3% sur les marchés, - 3,4 % dans les hyper/supermarchés, -9,1 % dans les hard-discounts, -3,9 % chez le producteur.

Evolution des prix entre l'été 2009 et l'été 2010

 

Sur le graphique ci-dessous, on peut constater que le prix moyen, en 2010, des fruits a augmenté de 11,1 % par rapport à l’été précédent et celui des légumes de 5,5 %. Néanmoins, il faut se souvenir que l’été 2009 avait été marqué par une baisse significative du prix des fruits et égumes par rapport à 2008...

 

 

 

fruits22010.JPG

 

[ Source : Observatoire des prix fruits et légumes été 2010 / Cliquer pour agrandir ]

 

Dans le détail, cela donne :

 

fruits32010.JPG

 

[ Source : Observatoire des prix fruits et légumes été 2010 / Cliquer pour agrandir ]

 

 

Notons que cette année c'est sur les marchés que l'achat du panel de fruits et légumes et les plus onéreux, alors que les hyper/supermarchés étaient les plus chers lors de la précédente enquête en 2009 : en 2010, acheter un kilogramme de fruits et légumes du panel revient, en moyenne, à 40,14 € dans le hard-discount, 47,27 € dans les hyper/supermarchés, et 49,92 € sur les marchés.

 

Qu'en est-il des fruits et légumes bio ?

 

Rappelons tout d'abord que les fruits et légumes biologiques représentaient, en 2008, seulement 4,6 % de la surface totale consacrée en France aux fruits et légumes, et 3 % des fruits et légumes achetés. Pour calculer le prix moyen de chaque produit bio, l'enquête applique une pondération tenant compte de la part de marché de chaque surface de vente (26 % pour les hyper/supermarchés, 24 % pour les magasins bio, 23 % pour les marchés, 11 % pour les producteurs, 9 % pour les primeurs, 5 % pour les hard-discounts).

 

La conclusion est sans appel :

 

*   le prix moyen des fruits bio s’établit à 5,54 euros (contre 3,29 euros pour les fruits conventionnels), soit 68 % plus cher !

 

* pour les légumes bio, le prix moyen est de 3,23 euros (contre 1,91 euros pour les légumes conventionnels), soit 69 % plus cher !

 

Une main d’oeuvre plus importante, des rendements souvent plus faibles et plus irréguliers, des intrants plus coûteux sont des explications souvent avancées pour rendre compte de ces différences de prix.

 

Le rapport détaille même les différences moyennes de prix sur les produits du panel, et conclut que les produits bio importés sont, en général et contrairement aux fruits et légumes conventionnels, moins chers que ceux provenant de France (et que les meilleurs prix se trouvent dans les supermarchés bio) :

 

fruits42010.JPG

 

 [ Source : Observatoire des prix fruits et légumes été 2010 / Cliquer pour agrandir ]

 

 


Pour finir, rappelons que l'OMS recommande 400 grammes de fruits et légumes par jour. Ainsi, selon le type de foyer, le budget mensuel consacré aux fruits et légumes qu'implique cette recommandation est (avec des produits non biologiques) :

63,3 euros/mois (contre 54,32 euros/mois en 2009) pour un couple sans enfant

* 79,10 euros/mois (contre 67,90 euros/mois en 2009) pour un couple avec 1 enfant de moins de 10 ans

94,95 euros/mois (contre 81,48 euros/mois en 2009) pour un couple avec 2 enfants de moins de 10 ans

*126,60 euros/mois (contre 108,64 euros/mois en 2009) pour un couple avec 2 enfants de plus de 10 ans

Un tel budget reste toujours loin d'être accessible à tous les foyers...

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Michel 26/08/2010 08:38


Et le bio quant à lui semble réservé à des gens aisés.... La santé et le bien-être du plus grand nombre passe comme à l'habitude au second plan...
Pas de vrai coup de pouce pour l'agriculture bio, il n'y a pas de budgets. Par contre pour transférer un joueur de foot de Bordeaux à Lyon on trouve plus de 20 millions d'euros sans
problèmes....
Certes l'origine des fonds est sans rapport dans les 2 cas, mais la remarque est que globalement de l'argent il y en a de disponible, mais que son emploi et les objectifs de son emploi par l'espèce
humaine est parfois franchement déroutant...
Et je ne parle pas des sdfs, des restos du coeur, des populations d'afrique, d'asie ou d'ailleurs en manque de tout dans des pays où l'exubérance financière des dirigeants ou de castes au pouvoir
contraste singulièrement avec le dénuement total de la population "de base".
Ni des sommes consacrées à la préservation de notre planète.....
Pauvre monde......


Raphaël DIDIER 26/08/2010 10:45



"Pauvre monde"... en effet !



Archives