Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 11:15

 

billet-euro.png

 

Nous allons nous concentrer dans ce billet sur les taux d'intérêt à long terme. Commençons alors par regarder le graphique ci-dessous, qui présente l'évolution de l'inflation et des taux d'intérêt à 10 ans aux États-Unis :

 

taux-reels-eu.jpg

 

[ Source : Natixis ]

 

On constate que sur la période récente, l'inflation est devenue supérieure aux taux d'intérêt à long terme. Les économistes disent alors que les taux d’intérêt réels à long terme sont devenus négatifs (pour simplifier, taux d'intérêt réels = taux d'intérêt nominal - inflation). Qu'en est-il en Europe ?

 

taux-reels-allemagne.jpg

 

[ Source : Natixis ]

 

L'Allemagne est donc dans le même cas que les États-Unis, tout comme la Finlande ou les Pays-Bas. Et la France ?

 

taux-reels-france.jpg

 

[ Source : Natixis ]

 

Dans notre pays, les taux d'intérêt réels à long terme sont donc sur le point, eux aussi, de devenir négatifs.

 

Quel est l'impact des taux d'intérêt réels à long terme négatifs ?

 

Pour l'emprunteur à taux fixe, cela favorise le désendettement, surtout lorsque l'on se souvient que le taux d’endettement des ménages + entreprises atteint 140 % du PIB aux États-Unis et plus de 200 % au Royaume-Uni. Cet avantage est également important pour les pays dont la dette publique est très élevée.

 

Néanmoins, une telle situation peut a contrario décourager les prêteurs, c'est-à-dire ceux qui souhaitent acheter des obligations publiques ou privées. En effet, quel "intérêt" financier auraient-ils à prêter si leur pouvoir d'achat baisse ? 

 

Pourquoi les taux d'intérêt réels à long terme sont-ils devenus négatifs ?

 

Avec la crise et plus précisément la peur d'un défaut de certains pays de la zone euro, les investisseurs ont pratiqué le fly to quality, c'est-à-dire la recherche de valeurs refuge où investir leur argent. Cette demande massive, conjuguée aux achats de dettes publiques par les Banques Centrales aux États-Unis et au Royaume-Unis (l'encours de dette publique détenue par la FED est ainsi passé de 500 milliards de dollars en 2009 à près de 1 700 milliards aujourd'hui !), a conduit à une baisse des taux d'intérêt à long terme à des niveaux inférieurs à l'inflation.

 

Complément

 

Ce que nous venons de dire s'applique au marché secondaire, là où sont échangés des titres financiers déjà émis. Mais depuis quelques temps, on voit apparaître des taux d'intérêt négatifs sur le marché primaire des obligations (notamment le Bubill allemand 6 mois), c'est-à-dire le marché des titres financiers nouvellement émis. Comment est-ce possible ? Qu'est-ce que cela signifie ?

 

En pratique, cela correspond à la situation où les investisseurs acceptent de prêter des fonds à un État en perdant de l'argent au passage ! Dit autrement, ils acceptent de payer pour prêter (sic !). L'explication est à cherchée du côté de la crise de la zone euro une nouvelle fois : si les investisseurs craignent une explosion de la monnaie euro, ils placeront leurs fonds dans un pays réputé sans risque, le but en période de crise n'étant plus d'obtenir un retour sur investissement, mais un simple retour de leur investissement déjà !

 

Pour aller au bout du raisonnement, si les investisseurs sont prêts à perdre de l'argent pour détenir de la dette allemande (par exemple), c'est parce que d'une part ils peuvent utiliser ces obligations allemandes comme une excellente garantie (on dit également collatéral) pour se refinancer auprès de la BCE... et si d'aventure la zone euro devait se déliter, un retour au Deutschmark verrait très certainement cette monnaie s'apprécier par rapport à l'euro et aux autres devises, ce qui entraînerait un gain pour les investisseurs.

 

 

En définitive, les situations évoquées ci-dessus, loin d'être rassurantes comme semblent le penser certains médias, sont plutôt le signe d'une dégradation profonde de la confiance au sein de la zone euro. Et peut-être, mais j'espère avoir tort, le signe avant-coureur de l'explosion de l'euro...


Partager cet article

Repost 0

commentaires

OUALID Zohra 07/08/2012 17:52

Merci

Archives