Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 10:32

 

retraitesRouge065 

 

Le coup d'envoi des discussions sur la réforme des retraites entre le ministre du travail, Eric Woerth, et les partenaires sociaux, vient d'être donné aujourd'hui. J'avais eu l'occasion de parler de la manière peu subtile dont le gouvernement avait réformé les régimes dits spéciaux, et lors d'un billet en forme de poisson d'avril, j'avais expliqué les difficultés auxquelles il faudra s'attendre durant ces mois de pseudo-négociations. Déjà, celles-ci commencent plutôt mal : prévues pour durer 6 mois, le gouvernement parle désormais d'un projet de loi examiné début juillet en conseil des ministres... Il est vrai qu'à cette date l'opposition sera nettement moins vigoureuse dans ce pays !

 

Preuve, s'il en fallait, que les idées crédibles manquent déjà avant la grande confrontation, Le Journal du dimanche rapporte que notre omniprésident accepterait le principe d'un financement des pensions par l’impôt, quitte à créer "un prélèvement spécifique sur une catégorie de la population". En clair, Nicolas Sarkozy, après avoir usé toute sa rhétorique pour nous convaincre qu'il fallait garder le bouclier fiscal au nom de l'équité, soutiendrait - au moins officieusement - la proposition du Sénat de créer une CRDS additionnelle exclue du bouclier fiscal qui, d'après les premiers chiffrages, rapporterait près de 2 milliards d’euros pour un relèvement de 0,15 point.

 

De nombreuses autres propositions ont été avancées comme en témoigne l'article du JDD cité ci-dessus. Néanmoins, la proposition qui m'aura le plus surpris est certainement celle de Danièle Karniewicz (CFE-CGC), présidente de la Caisse nationale d'assurance-vieillesse (CNAV), qui gère les pensions du secteur privé. Sur BFM, elle plaidait lundi pour un "bouclier retraite" qui garantirait un niveau minimum. Il fallait y penser : utiliser le mot bouclier dans un sens réellement social pour une fois... Rappelons tout de même que la CFE-CGC est le seul syndicat qui n'était pas a priori opposé à l'allongement de l'âge de départ à la retraite; il fallait donc compenser quelque part...

 

Et qu'en disent les sondages que les politiques affectionnent tant et qui se trompent souvent ? Celui réalisé par Harris Interactive pour RTL est plutôt intéressant si tant est que les chiffres ont un sens : une très grande majorité des sondés juge nécessaire une réforme (80 %), mais peu sont favorables à l’idée d’un recul de l’âge officiel de la retraite (39 %). Ils souhaitent à 82 % que les régimes soient identiques pour les salariés du public et du privé. On attend donc avec impatience le rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR) qui devrait arriver dans quelques jours.

 

Pour finir, notons que l'association Attac et la Fondation Copernic ont lancé une pétition intitulée "Faire entendre les exigences citoyennes sur les retraites". Le texte introductif commence fort à propos ainsi : "Le gouvernement français s’apprête à engager une nouvelle réforme qui risque de porter un coup fatal au système de retraite par répartition en jurant une fois de plus que c’est pour le sauver. Le bilan des réformes menées depuis 1993 est déjà catastrophique car toutes les dispositions prises (calcul sur les 25 meilleures années, indexation sur les prix et non plus sur les salaires des actifs, allongement de la durée de cotisation sous peine de décote…) ont déjà fait baisser le niveau des pensions d’environ 20 %". Les arguments avancés me semblant justes socialement et économiquement, j'ai décidé de signer cette pétition.

 

Pour finir, j'ai retrouvé ce télézapping réalisé par Le Monde.fr le 24 février 2010 :

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean-Michel 20/04/2010 22:39


J'ai reçu le texte suivant d'un illustre inconnu, je le verse tel quel au débat.
A titre d'illustration, une illustration qui laisse rêveur...

Cela parle des technocrates européens, mais nos députés et sénateurs s'en sortent aussi plutôt bien dans ce domaine....

"Les technocrates européens jouissent de véritables retraites de nababs...
Giovanni Buttarelli, qui occupe le poste de "contrôleur adjoint de la protection des données", aura acquis après seulement 1 an et 11 mois de service (en novembre 2010), une retraite de 1 515 € /
mois.
Son collègue, Peter Hustinx, vient de voir son contrat de cinq ans renouvelé. Après 10 années, lui aura droit à près de 9 000 € de retraite / mois.
Vous pouvez consulter la liste de ces retraites dorées: http://www.kdo-mailing.com/redirect.asp?numlien=1276&numnews=1356&numabonne=62286

En poste depuis le milieu des années 1990, ces fonctionnaires sont assurés de valider une carrière complète et, donc, d'obtenir le maximum : 70 % du dernier salaire. Il leur suffit de 15 années et
demie pour valider une carrière complète.

Face à la faillite de nos systèmes de retraite, les technocrates de Bruxelles recommandent l'allongement des carrières : 37,5 ans, 40 ans, 41 ans (en 2012), 42 ans (en 2020), etc. Mais, pour eux,
pas de problème, le taux plein c'est 15,5 ans...

A l'origine, ces retraites de nababs étaient réservées aux membres de la Commission européenne puis, au fil des années, elles ont également été accordées à d'autres fonctionnaires.

Tous profitent d'un système où ils ne paient pas de cotisations.

Le sujet a déjà été repris par les médias. http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-05-19/revelations-les-retraites-en-or-des-hauts-fonctionnaires-europeens/916/0/344867

Diffusons, diffusons"


Raphaël DIDIER 21/04/2010 10:51



Merci pour ce texte qui nous rappelle, fort à propos, que la société de classes existe encore mais sous une forme plus technocratique... même pour les retraites
!



MERCIER Gérard 14/04/2010 06:40


Un commentaire en forme de question. Quelles mesures simples faut-il alors privilégier lorsque l'on aborde le problème des retraites qui ira grandissant avec les années ?

Concrétement, que faire ?


Raphaël DIDIER 14/04/2010 11:08



J'adhère à la proposition faite par Thomas Piketty et qui vise à ne conserver qu'un système par répartition à  l'exclusion de toute forme de capitalisation. Vous trouverez les détails de sa
proposition sur le site de l'École Normale Supérieure :


http://www.jourdan.ens.fr/piketty/fichiers/public/BozioPiketty2008.pdf


Pour en résumer la teneur, on peut dire qu'il s'agit de rendre le système plus lisible en unifiant l'ensemble des régimes de retraite autour d'un régime à taux de cotisations unique, avec les
mêmes règles pour tous, quels que soient le secteur et le statut d'activité. A la différence des systèmes par points, tout est exprimé ici en euros ce qui permet de suivre clairement
l'évolution des droits acquis.


Bien entendu certains points restent à éclaircir (évolution de la masse salariale, etc.), mais l'idée me semble intéressante, exploitable et surtout juste socialement... mais encore faut-il que
le pouvoir exécutif le désire !



Archives