Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

10 août 2011 3 10 /08 /août /2011 14:36

 

exit11.jpg

 

Dans le gloubi-boulga des solutions envisageables pour sortir de la crise, on trouve environ 20 % d'idées intelligentes pour 80 % d'idéologie(s), conformément à une répartition de Pareto pour ceux qui se souviennent de leurs cours de statistiques/probabilités. Le problème est que les idéologues sont souvent les mieux armés sur le plan de la communication pour faire passer leurs idées, qui finissent ensuite par être admises comme des vérités par des téléspectateurs pas toujours capables de distinguer la frontière entre débat et manipulation. Ajoutez à cela une pincée de phrases chocs ("La France peut faire faillite", "les caisses de l'État sont vides", "la zone euro est redevenue une zone de solidarité",...) et vous avez tous les ingrédients pour en faire des experts qui détiennent LA vérité économique.

 

Seulement voilà, il y a comme un noyau dans le clafoutis lorsqu'on voit les récentes évolutions au sein de la zone euro et même aux États-Unis. Dans un cas, on multiplie en vain les sommets pour sauver la Grèce sans rien changer au système qui a conduit le pays dans le gouffre, tandis que dans l'autre on joue avec le feu et on coupe les dépenses publiques au moment où tout va mal ! Résultat, même les marchés financiers, pourtant réputés pour aimer les plans de rigueur et autres amuses-bouches de ce genre, ont paniqué depuis 15 jours. C'est peut-être que derrières les beaux discours et les effets de manche se cachent de vrais problèmes qui sont à peine effleurés sur les plateaux de télévision.

 

Mes lecteurs savent bien que c'est la raison d'être de ce blog que de déchiffrer l'actualité économique et expliquer les tenants et aboutissants des projets économiques avancés par les dirigeants politiques. J'ai ainsi traité récemment la question du rôle joué par l'Allemagne dans la crise de la zone euro, la véritable teneur du programme d'assistance concocté pour la Grèce, la supercherie des stress tests bancaires, le pouvoir exorbitant des agences de notation, le but réel des plans de sauvetage des États en difficulté, etc. On peut d'ailleurs retrouver une partie de mes analyses dans mon dictionnaire révolté d'économie.

 

Nous sommes du reste nombreux à dénoncer les inepties économiques actuelles et à proposer des alternatives sérieuses dont il peut être débattu. L'un d'entre-elle est la démondialisation et son digne représentant en est Jacques Sapir, directeur d'études à l'EHESS. Je vous propose de regarder tout d'abord son excellente analyse de la crise de la zone euro (durée 7min53) qui rejoint la mienne et celle de nombreux autres économistes :

 

 

 

En ce qui concerne la Grèce, son analyse (vidéo ci-dessous) est tout à fait pertinente et s'appuie sur deux constats principaux et un élément théorique primordial. D'une part, certaines clauses des Traités européens successifs ont été imposés par quelques pays, mais toute évolution nécessite désormais l'unanimité dans beaucoup de cas (fiscalité quand tu nous tiens...). D'autre part, à vouloir imposer un Traité de substitution à feu le Traité constitutionnel européen de 2005, les dirigeants politiques payent le non respect du choix des électeurs qui ne croient absolument plus à l'Union européenne. Enfin, croire qu'une monnaie unique allait permettre l'intégration (ou au moins la convergence) de tant de pays différents sur le plan économique, relève au mieux d'une illusion au pire d'un non sens économique puisque la zone euro n'est même pas une zone monétaire optimale...

 

 

 

Pour les plus courageux, entendre par là ceux qui ont encore 30 minutes à perdre, je ne peux que les inviter à écouter Jacques Sapir s'exprimer sur la question de la démondialisation, qui est du reste le titre de son dernier livre paru aux éditions du Seuil. Il cherche à montrer que la mondialisation n'a jamais été "heureuse" comme l'affirmait un peu vite un visiteur du soir du Président de la République. Le libre-échange a surtout conduit, en fait d'un marché mondial profitant à tous, à la constitution de puissances commerciales dominantes et à la lutte économique. Il préconise donc une démondialisation "pensée et ordonnée par une nouvelle organisation du commerce et des relations financières internationales".

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Zohra 28/02/2012 14:50

Vous parlez de son livre paru en 2011
"La Démondialisation" ?

Si l'on se focalise à l'échelle européenne il est clair que c'est tout sauf un repli sur soi, mais est-ce possible?
Regardez la place que prennent les pays émergents (La Chine notamment) nous les sollicitions de plus en plus ! Le Portugal crée des emplois grâce à ces pays ...
Sinon moi je parlais du nationalisme à la "Le Pen" (comme par exemple le retour au Franc)

Zohra 27/02/2012 22:29

Démondialisation, idée absurde qui a pourtant fait succès avec le programme d'Arnaud Montebourg il me semble non?
Pourquoi un succès? On ressent tout simplement une montée du nationalisme. Comme le dis si bien Jean Pisani Ferry " Quand ça ne va pas on préfère se réfugier chez soi " c'est exactement le cas
aujourd'hui. Mais je pense que la mondialisation n'est pas à remettre en cause, il y a eu du bon ( création d'emploi, échanges etc) il y a eu du mauvais aussi je veux bien l'admettre. Ce que je
proposerait ce serait de réformer structurellement le système de " l'union européenne " c'est tellement mal géré, qu'en pensez vous?

Raphaël DIDIER 28/02/2012 12:59



Pour ma part, je considère que la démondialisation est loin d'être un repli sur soi-même ou une forme de nationalisme (c'est au reste tout le contraire,
puisqu'il s'agit de prendre l'Europe comme échelle). C'est juste le constat réaliste qu'un libre-échange généralisé conduit à la catastrophe. N'hésitez pas à prendre un peu de temps, si ce n'est
déjà fait, pour lire l'excellent livre de Jacques Sapir sur cette question de la démondialisation.



Jean-Michel 12/08/2011 09:41


La démondialisation, pourquoi pas, c'est une piste et il y en a d'autres.
Le souci, c'est que c'est une solution à moyen ou long terme, mais que la crise c'est à court terme qu'il faut la gérer.
Quand j'entends nos "experts" en ce moment (Valérie Pécresse il y a quelques jours sur le plus que suffisant coup de rabot des niches fiscales, Baroin ce matin sur la croissance à 0% "largement
anticipée par le gouvernement", Copé sur l'européanisation des dettes publiques mais sans contrôle des budgets nationaux par personne, etc...) je suis inquiet!...
S'ils ont enfin compris qu'il y avait le feu, il sont en revanche en train de nous expliquer que le camion de pompiers est en cours de construction et qu'un jour, peut-être et si tout va bien, il
pourra intervenir pour verser de l'eau ..............sur des décombres fumantes.

Nos politiques sont toujours dans le "trop peu, trop tard".


Raphaël DIDIER 12/08/2011 10:49



J'avais en fait juste cherché dans ce billet à montrer qu'il existe des solutions intelligentes autres que les plans de rigueur pour tous, mais qu'elles
passeront nécessairement par du courage politique... Or, comme vous le dites fort bien, "nos politiques sont toujours dans le trop peu, trop tard" !



Gérard 11/08/2011 07:06


Je pense qu'avoir fait d'abord une Europe économique en privilégiant l'instauration d'une vaste zone de libre échange, au détriment d'une Europe politique digne de ce nom, peut expliquer en partie
les difficultés de mise en oeuvre de décisions allant dans le bon sens et ce depuis des années...


Raphaël DIDIER 11/08/2011 11:35



Tout à fait, c'est d'ailleurs un cas d'école quasi-unique dans l'histoire économique...



Archives