Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

22 juillet 2011 5 22 /07 /juillet /2011 10:33

 

humour_grece.jpg

 

Source de l'image : http://www.ifinance.fr

 

Hier s'est tenu à Bruxelles un sommet extraordinaire des chefs d'État et de gouvernement de la zone euro sur la Grèce. Il faut dire qu'il y avait le feu au lac puisque la Grèce ne peut toujours pas se financer sur les marchés financiers, sauf à payer des intérêts exorbitants (17,439 % sur 10 ans le 15 juin, contre 2,952 % pour l'Allemagne et 3,333 % pour la France !).

 

Finalement, après près d'une dizaine d'heures de discussions que l'on peut supposer âpres, les 17 États membres de la zone euro sont parvenus à un accord sur un nouveau plan d’aide à la Grèce d'un montant de 158 milliards d'euros, qui devrait lui permettre de tenir jusqu'à mi-2014. Mais autant le dire tout de suite, ce n'était pas après la conférence de presse de Nicolas Sarkozy que l'on pouvait avoir une chance de comprendre les tenants et aboutissants de ce plan. Visiblement éreinté par les négociations, le Président français a improvisé une allocution où il s'est emmêlé les pinceaux comme en témoigne la vidéo ci-dessous :

 

 

 

 

Mais le communiqué de presse a suivi et peut être consulté en en PDF cliquant sur l'image ci-dessous :

 

21-juillet.jpg

 

Il commence par ces quelques mots qui laissent perplexes : "Nous réaffirmons notre attachement à l'euro et sommes résolus à faire tout ce qui est nécessaire pour assurer la stabilité financière de la zone euro dans son ensemble et celle de ses États membres. Nous réaffirmons également notre détermination à renforcer la convergence, la compétitivité et la gouvernance dans la zone euro". Tout faire pour assurer la stabilité financière ? Quelqu'un pourrait-il me rappeler depuis combien de temps les chefs d'État tergiversent sur la question grecque ? Renforcer la compétitivité ? Décidément certains ont du mal à saisir que la croissance qui pourrait sauver la Grèce viendra essentiellement de la hausse de la productivité et non d'une hausse des exportations. Renforcer la gouvernance ? Est-ce un propos incantatoire ou un voeu pieux ?

 

Globalement, on oscille donc entre doutes et soulagement, d'autant qu'à ne parler que des divergences au sein du couple franco-allemand, on en oubliait que les Finlandais réclamaient du gouvernement grec qu'il hypothèque des biens publics et que les Néerlandais exigeaient un engagement plus important de la part du secteur financier car les banques néerlandaises ne sont quasiment pas exposées à la dette grecque. Même les banquiers étaient présents au nom de l'impérieuse nécessité de trouver un accord... Qu'en est-il ressorti ? Réponse en quelques mots avec la vidéo ci-dessous :

 

 

 

Donc, pour résumer :

 

* des prêts plus attractifs : doublement de la maturité des prêts (de 7,5 ans à 15 ans au minimum) accordés aux États membres en difficulté et abaissement du taux d'intérêt de 4,5 % à 3,5 %. Et contrairement à ce que déclarait Nicolas Sarkozy, l'Irlande et le Portugal bénéficieront du même traitement et l'Irlande n'est plus enjointe à baisser son taux (très attractif) d'impôt sur les sociétés.

 

* une contribution des créanciers privés : c'est là où règne la plus grande confusion puisque, bien qu'ils détiennent qui environ 150 milliards de la dette grecque (banques, fonds de pension, etc.), on en est toujours encore à se demander sous quelle manières ils contribueront "volontairement" à l'allégement de la dette et qui seront les contributeurs. Malgré l'annonce d'un apport de 135 milliards accordés sur trente ans par les banques à l'État grec, il semble que le représentant des banques (l'Institut de la finance internationale, IIF) privilégie toutes les options depuis le refinancement avec allongement de maturité des titres, jusqu'à la décote en passant par le rollover dont j'avais déjà parlé dans un billet. D'aucuns disent déjà que les dirigeants politiques se sont abstenus d'imposer un modèle de participation unique pour s'assurer su soutien "volontaire" des banques...C'est beau le pouvoir réel de la politique !

 

* le FESF va voir son champ d'action évoluer : le Fonds européen de stabilité financière avait été créé en 2010 pour venir en aide à l'Irlande et au Portugal, en leur prêtant les fonds qu'ils ne pouvaient trouver sur les marchés financiers. D'une part il est prévu que, dans des circonstances exceptionnelles qui restent à déterminer, le FESF pourra acheter des titres de dette publique de pays en difficulté directement sur le marché, premier pas vers une mutualisation des dettes publiques en Europe. D'autre part, le FESF pourra aussi, sous conditions, jouer au FMI et accorder des prêts... par exemple pour recapitaliser leurs banques puisque personne n'est dupe que cet imbroglio ne va pas s'arrêter avec ces mesures ! Nicolas Sarkozy est même allé très vite en besogne puisque, ne réussissant plus à trouver le sigle, il décida de l'appeler fonds monétaire européen, ce qu'il n'est pas pour l'instant ! Du reste, on ne sait pas si le Mécanisme permanent de stabilité (MES), qui doit succéder au FESF à partir de 2013, est concerné par toutes ces belles idées...

 

* de vagues propositions pour amender la gouvernance de la zone euro : les dirigeants, ou plus exactement leurs conseillers sherpas, ont compris que le vrai problème de la zone euro est un manque de fédéralisme que je n'ai de cesse de dénoncer.

 

En définitive, ce énième plan de sauvetage ne change en rien le système qui a conduit à la crise, puisque tout est fait pour réduire drastiquement la dette de la Grèce afin de faire remonter la note souveraine que lui donneront les agences de notation, avec pour but ultime de permettre à l'État d'emprunter à nouveau sur les marchés et donc de se soumettre à nouveau aux diktats de la finance ! Au surplus, il ne prévient absolument pas d'un risque de contagion à d'autres États membres comme l'Espagne ou l'Italie (on parle déjà de Chypre...). En effet, sauver la Grèce qui pèse moins de 3 % du PIB de la zone euro n'est rien à côté de l'Espagne ou de l'Italie. Pourtant, si je ne m'abuse, cela fait près de 2 ans qu'on tergiverse au sujet de la Grèce ?

 

Enfin, ce plan ne règle en rien non plus la question du défaut de paiement de la Grèce et je me demande bien ce que les agences de notation vont réserver comme sort à ce plan. l'ISDA (Association Internationale des Swaps et Dérivés), qui fait figure de référence pour déterminer s'il s'agit ou non d'un événement de crédit, vient d'annoncer qu'elle allait justement étudier ce plan pour la Grèce. Rappelons que si un événement de crédit devait survenir suite à l'adoption des mesures de ce plan, alors le malade ferait une grosse hémorragie (écoulement de CDS), ce qui amènerait à une crise systémique comme j'en ai brièvement expliqué le mécanisme à la fin de ce billet.

 

L'Union européenne a par conséquent soigné la souffrance à court terme du malade par de la morphine, en passant à nouveau à côté du bon diagnostic : la Grèce ne fait pas face à un problème d'illiquidité, mais d'insolvabilité ! Comment pourrait-elle rembourser si elle n'a plus de croissance et partant plus de recettes ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Jean-Michel 28/07/2011 08:00


En marge de ce commentaire mais en rapport avec la rigueur et l'austérité instaurée en Grèce, j'ai entendu une dépêche AFP reprenant une déclaration de Mme Lagarde, patronne du FMI, expliquant que
le France devait prévoir des mesures de rigueur plus importantes que prévues faute de connaître de gros soucis à très court terme en raison de l'état préoccupant de son économie.

Il y a un peu plus d'un mois, elle était pourtant, me semble t-il, justement Ministre de notre Economie et nous affirmait que la crise était derrière nous, non?

Comme quoi......


Raphaël DIDIER 28/07/2011 10:46



Je suis ravi que vous l'ayez vous aussi relevé ! J'ai beaucoup ri lorsque j'ai comparé le discours qu'elle tenait il y a un mois et celui qu'elle tient
aujourd'hui avec sa nouvelle casquette FMI. Janus roi ?



Archives