Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

24 juin 2014 2 24 /06 /juin /2014 10:04

Augmentation-salaire.jpg

 

Après avoir écrit sur le SMIC que certains souhaitent baisser, je vais m'intéresser dans ce billet au partage des revenus entre salariés et entreprises.

 

Quelques rappels pour commencer

 

La richesse créée par les agents économiques, appelée valeur ajoutée, est partagée entre ceux qui on participé directement ou indirectement à la production. Cela signifie que l'État, les salariés et les entreprises vont se partager ces revenus dits primaires : l'État perçoit des impôts sur la production (contribution économique territoriale, taxe foncière…), les salariés des salaires et les entreprises l’excédent brut d’exploitation (c'est-à-dire le profit). On appelle taux de marge le rapport excédent brut d'exploitation/Valeur ajoutée.

 

Pour simplifier, nous allons admettre que la valeur ajoutée se partage essentiellement entre l'entreprise et les salariés (entre le capital et le travail si on préfère). Pour être plus précis sur le partage entre travail et capital, il faudrait retirer de la valeur ajoutée brute ce qui n'est pas distribuable, comme les impôts sur la production et l'amortissement, postes qui ont sensiblement augmenté au cours du temps. On obtient alors un agrégat appelé valeur ajoutée nette au coût des facteurs. Mais le but n'étant pas de faire un cours de comptabilité nationale, cette approximation suffira donc pour les besoins de mon analyse...


On comprend donc que les profits sont étroitement liés à l'évolution du partage de la valeur ajoutée, de sorte qu'une diminution de la part des salaires dans la valeur ajoutée s'accompagne d'une augmentation de la part de l'excédent brut d'exploitation.

 

Le partage de la valeur ajoutée en France

 

Un graphique pour résumer l'évolution du partage de la valeur ajoutée en France :

 

Part de la rémunération des salariés et de l'excédent brut d'exploitation dans la valeur ajoutée brute
des sociétés non financières (en %)

 

partage_valeur_ajoutee.gif

 

[ Source :  Comptes nationaux annuels - Base 2000 - Secteurs institutionnels ]

 

La courbe en rouge sur le graphique montre l'évolution du taux de marge depuis 1949, donc la part des profits dans la valeur ajoutée créée par les entreprises. On constate que durant les Trente Glorieuses (1950 à 1974 pour faire simple), le taux de marge oscillait entre 25 % et 30 %, alors depuis les années 80, le partage de la valeur ajoutée s'est modifié en faveur des profits puisque le taux de marge augmente (le niveau étant toujours au-dessus de 30 %). 

 

La période comprise entre 1974 et 1982 est quant à elle très particulière, puisque les salariés avaient obtenu des hausses de rémunération 2,5 fois plus élevées que les gains de productivité réalisés, entraînant par conséquent une chute de la part des profits dans la valeur ajoutée.

 

Remarquons également que la relative stabilité de la part des salaires dans la valeur ajoutée ne donne aucune indication a priori sur l'évolution du salaire net, puisqu'il s'agit de salaires bruts, donc avec cotisations sociales. Une analyse plus fine montrerait alors que  cette stabilité relève pour l'essentiel de l’augmentation des cotisations sociales. Enfin, ce type de graphique est en quelque sorte l'arbre qui cache la forêt, puisqu'il ne "montre" pas les inégalités de salaires...

 

Le partage des revenus dans l'OCDE

 

Pour mémoire, si le salaire n'augmente pas au même rythme que sa productivité, alors il y a déformation du partage des revenus au détriment des salariés. Dès lors, on peut déduire du graphique ci-dessous que, depuis la fin des années 1990, le partage des revenus se déforme structurellement en faveur des entreprises, au détriment des salariés :

 

Partage-revenus-OCDE.jpg

[ Source : Natixis ]

 

Quelle est la conséquence d'une telle déformation du partage des revenus ?

 

Une telle déformation du partage des revenus au profit des entreprises et au détriment des salariés conduit à une baisse de la demande, et donc de la croissance. Pour le dire autrement, si le profit des entreprises augmente plus que ce qu'elles ont besoin pour investir (ce que l'on peut mesurer en première approche avec le taux d'autofinancement), alors la croissance en pâtit.

 

Quels facteurs ont empêché une chute de la demande momentanément ?

 

A défaut d'utiliser les politiques budgétaires (en raison d'un taux d'endettement public trop important, d'une volonté de ne pas le faire pour respecter des critères normatifs,...), les gouvernements de l’OCDE se sont rabattus sur des politiques monétaires expansionnistes lorsqu'ils le pouvaient. Cela s'est traduit par :

 

 * des taux d'intérêt bas qui ont soutenu le crédit avant la crise

 

Credits-emergents.jpg

[ Source : BNP Paribas ]

 

 * des injections de monnaie afin de créer des effets de richesse, c'est-à-dire une hausse de la demande tirée par une hausse du prix des actifs.

 

En définitive, tout le système économique reposait donc sur le crédit, avant la crise, et sur l'injection massive de liquidités par les Banques centrales depuis, avec tous les risques que cela comporte. Il n'y a pourtant qu'une manière de sortir par le haut de cette situation généralisée au sein des pays de l'OCDE : rééquilibrer le partage des revenus au profit des salariés, ce qui nécessite d'accroître le pouvoir de négociation des salariés dans les entreprises.

 

Je connais déjà la remarque que l'on va me faire : comment arriver à retrouver des marges de négociation dans un marché du travail si tendu et avec une concurrence internationale implacable ? C'est peut-être le moment de penser démondialisation plutôt que mondialisation, et donc d'imaginer une autre Europe...

 

N.B : l'image de ce billet provient du site http://aviva.unsa.org

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Archives