Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 15:47

 

 

Depuis le début de la pandémie et de la crise qui en a résulté, il est presque tout le temps question de l'économie, comme si l'espace social français se réduisait à sa seule dimension économique. J'ai récemment rappelé que le corps social français était malade depuis bien avant la covid-19 : la dégradation des conditions de travail, la perte de sens et la perte de liens étaient déjà des réalités, que la crise actuelle n'aura qu'amplifiées ! Hélas, ces phénomènes s'apprécient difficilement par un chiffre unique, d'où la tendance à les négliger du débat comme si ces problèmes pouvaient se résoudre uniquement avec l'amélioration des conditions économiques.

 

Après un billet sur les inégalités, dans lequel je montrais que la crise liée à la covid-19 est en train d'aggraver toutes les formes d'inégalités - pas que monétaires ! - , je vous propose dans ce billet une petite analyse de la pauvreté, trop souvent appréciée sous le seul angle monétaire.

 

L'éradication de la pauvreté, objectif du développement durable de l'ONU

 

Pour commencer, il est bon de rappeler que l'éradication de la pauvreté fait partie des 17 objectifs du développement durable de l'ONU :

 

 

[ Source : https://www.cnis.fr ]

 

En France, peu de personnes savent que nous disposons d'un Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale (ONPES), créé par la loi d’orientation n°98-657 du 29 juillet 1998, et dont les missions sont les suivantes :

 

 * rassembler les données relatives aux situations de pauvreté, de précarité et d’exclusion jusqu’alors dispersées, sous-exploitées et difficilement accessibles au public.

 

 * contribuer au développement de la connaissance de ces phénomènes, notamment dans des domaines mal couverts par les études et les statistiques existantes.

 

 * faire réaliser des travaux d’études, de recherche et d’évaluation en lien étroit avec le Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale (CNLE).

 

 *diffuser l’ensemble des informations recueillies sous la forme d’un rapport annuel sur la pauvreté et ses évolutions à destination du Premier ministre, du Parlement et de l’ensemble du public.

 

Bref, en France on ne sait pas résoudre le problème de la pauvreté, mais on cherche à mesurer l'étendue du problème ! Et dire que jadis face au manque de pétrole on semblait bien moins désarmés, au point d'avoir un trop-plein d'idées...

La pauvreté monétaire

 

C'est certainement l'indicateur le plus connu, mais qui présente le défaut majeur de ramener la pauvreté à un simple seuil chiffré. Un individu est en effet considéré comme pauvre, au sens monétaire, lorsqu'il vit dans un ménage dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté, généralement fixé à 60 % de la médiane des niveaux de vie, ce qui en 2017 correspond à 1 041 euros par mois pour une personne seule. En 2017, en France métropolitaine, 8,9 millions de personnes vivent ainsi en dessous du seuil de pauvreté monétaire, fixé à 60 % du niveau de vie médian :

 

 

[ Source : INSEE ]

 

La petite vidéo ci-dessous vous donnera un aperçu très pédagogique de la pauvreté monétaire :

La pauvreté : un phénomène multidimensionnel

 

Cette infographie du Monde, issue des travaux de Nicolas Duvoux, nous donne les principaux indicateurs de pauvreté, qui n'ont aucune raison de se recouper, ce qui revient à dire qu'une personne pauvre selon l'un de ces critères ne l'est pas forcément selon un autre :

 

 

[ Source : Le Monde ]

 

En tout état de cause, ce serait une erreur de croire que pauvreté rime avec chômage, en ce qu'il existe des travailleurs dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté ou dont les conditions de vie sont très dégradées. Autrement dit, les politiques de l'emploi qui consistent à mettre tout le monde au travail, sans réfléchir aux conditions d'exercice, butent à l'évidence sur cet écueil de la pauvreté laborieuse.

La pauvreté en France en 2021

 

Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités, présente dans la courte vidéo le Rapport sur la pauvreté en France :

Il y a fort à parier que la crise liée à la covid-19 ne manquera pas d'avoir un impact certain sur la pauvreté, quelle que soit la dimension retenue. J'avais notamment rappelé dans ce billet, que selon l'INSEE, globalement, 20 % des personnes interrogées estiment que la situation financière de leur foyer s’est dégradée durant le premier confinement, 72 % qu’elle n’a pas changé et 7 % qu’elle s’est améliorée (sic). Et les Français ne s'y trompent pas, en ce que le risque de pauvreté fait partie de ceux qui leur font le plus peur, comme le montrent les résultats du baromètre Ouest-France ou ceux du baromètre IPSOS/Secours Populaire Français :

 

 

[ Source : Secours Populaire Français ]

 

Le plus terrible est que les gouvernements successifs semblent fort bien s’accommoder de ce niveau élevé de la pauvreté, comme si elle était inévitable...

Partager cet article

Repost0
29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 14:05

 

 

S'il est de bon ton dans les médias d'évoquer les conséquences du troisième confinement à venir, ce qui rappelle au demeurant mon analyse sur l'impossibilité d'un retour à la normale à court terme, peu semblent s'intéresser à la hausse prévisible des inégalités et de la pauvreté. J'évoquerai cette dernière dans un prochain billet, mais aujourd'hui, je vous propose de nous interroger brièvement sur certaines inégalités dont la hausse - réelle ou perçue - mine la société.

 

L’augmentation globale des richesses

 

Nous appelons ici richesse la somme de la monnaie M2, des bons du Trésor, des certificats de dépôt, des billets de trésorerie et certificats de dépôts, de la valeur de marché des obligations, de la capitalisation boursière, de la richesse immobilière. Le graphique ci-dessous montre que cette richesse globale rapportée au PIB augmente tendanciellement :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Et les politiques monétaires ultra-expansionnistes menées par les Banques centrales ne peuvent qu'alimenter cette tendance, en ce qu'elles réduisent (artificiellement) les primes de risque et les taux d'intérêt et poussent ainsi les investisseurs à envahir certaines classes d'actifs plus ou moins rémunérateurs, d'où une hausse des cours soutenant la richesse. Bref, la richesse totale augmente au moment où l'économie est au plus mal, mais globalement l'investissement n'en profite pas, la croissance est en berne et le sort de l'immense majorité des personnes ne s'améliore pas ; cherchez l'erreur !

 

Les inégalités de patrimoine

 

Les inégalités de patrimoine peuvent par exemple s'apprécier en regardant la part du patrimoine net des ménages détenue par les 10 % les plus riches, d'autant que nous disposons des chiffres du laboratoire sur les inégalités mondiales (World Inequality Lab, WID) :

Avant la crise liée à la covid-19, on notait déjà une tendance à la concentration des richesses entre peu de mains, mais je crains fort que ce constat ne s'aggrave dans les mois à venir... Heureusement, selon un rapport d'Oxfam dont je reparlerai plus loin, il n'aura fallu que 9 mois aux 1 000 personnes les plus riches pour retrouver leur patrimoine d'avant la crise. Je n'ose imaginer le temps de récupération pour tous les autres, si tant est que certains aient (encore) un patrimoine et un revenu après la crise !

 

Inégalité(s)

 

Mais les inégalités ne se résument pas au seul patrimoine, puisqu'il existe des inégalités de revenus, des inégalités salariales entre hommes et femmes, des inégalités scolaires, des inégalités d'accès aux infrastructures (le numérique en est un exemple depuis cette crise), les inégalités d’espérance de vie, les inégalités d'accès à l'enseignement (cours à distance quand tu nous tiens...), etc. Toutes ces inégalités étaient parfois déjà très fortes avant la crise, en raison même de la logique capitaliste. La pandémie aura conduit à les aggraver comme le montre le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités :

 

 

[ Source : Oxfam ]

 

Par ailleurs, Oxfam a interrogé 295 économistes dans 79 pays, afin de connaître leur avis sur "l’impact de la pandémie de coronavirus sur les inégalités". Et le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont pessimistes (objectivement, comment être optimiste actuellement ?) :

 

 

[ Source : Oxfam ]

 

En définitive, la crise liée à la covid-19 est en train d'aggraver les inégalités, alors que celles-ci étaient déjà ressenties comme de moins en moins supportables par le peuple, qu'il soit dans les pays en développement ou dans les pays développés. Pis, depuis trop longtemps les inégalités sont même présentées comme naturelles par les tenants du néolibéralisme, ce qui accrédite l'idée qu'en fin de compte nous vivons dans un monde qui rétribue chacun à son talent, billevesée pourtant démentie dans les grandes largeurs lors du premier confinement !

 

Cela démontre la nécessité impérieuse d'une éducation populaire aux questions économiques, qui doit impérativement se conjuguer avec une décolonisation de l'imaginaire et une remise à plat des valeurs dominantes, afin qu'ensemble soit construit le monde d'après...

 

P.S. L'image de ce billet provient de cet article de l'association des maires du Var.

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2021 4 21 /01 /janvier /2021 14:04

 

 

Après plusieurs articles sur la monnaie de la Banque centrale, les monnaies locales et l'étalon-or, il m'a semblé utile de préciser brièvement en quoi le dollar favorise les États-Unis dans le concert économique des nations, d'autant que la Commission européenne souhaite ardemment imposer l'euro comme monnaie internationale et de réserve.

 

Les déficits jumeaux

 

Tout d'abord, les États-Unis ont un déficit commercial global chronique, qui avait conduit Donald Trump à déclarer la guerre commerciale à la Chine :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Trump s'était persuadé que le problème était entièrement de la faute des Chinois oubliant au passage que la compétitivité des entreprises américaines était peut-être une part importante du problème. Certes le gouvernement chinois n'est pas exempt de critiques sur la manipulation de sa monnaie, l'espionnage industriel et les cyberattaques, mais déclarer ouvertement la guerre commerciale à un partenaire commercial majeur comme la Chine n'était certainement pas une bonne idée, surtout lorsque la production locale américaine n’est plus en mesure de se substituer aux importations...

 

Et même en intégrant les services, revenus et les transferts pour obtenir la balance courante, qui montre la capacité d’un pays à financer ses activités économiques, le déficit extérieur demeure chronique :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

De plus, les États-Unis font face à un déficit public lui aussi structurel :

 

 

[ Source : https://www.cbo.gov ]


C'est la conjonction de ce déficit public et du déficit extérieur que l'on appelle les déficits jumeaux. Et au vu des montants en jeu, aucun pays n'aurait pu continuer ainsi à s'endetter pour financer ces déficits s'il ne disposait d'un outil transcendant : le dollar !

 

Le dollar comme monnaie internationale

 

Malgré l'estocade portée par Richard Nixon au système monétaire international issu de Bretton Woods en 1971, le dollar a conservé sa place dominante dans les opérations commerciales et financières mondiales :

 

 

[ Source : IFRI ]

 

Et même si la part des réserves de change en devises libellées en dollar est en baisse depuis les années 1970, où elle atteignait 80 %, le dollar demeure qu'on le veuille ou non la principale monnaie de réserve :

Infographie: Le dollar reste la reine des monnaies | Statista Vous trouverez plus d'infographie sur Statista

Le privilège exorbitant du dollar

 

Alors ministre de l'Économie et des Finances, Valéry Giscard d'Estaing déplorait en 1964 le "pouvoir exorbitant du dollar", qui permettait - et permet toujours ! - aux États-Unis de s'endetter à des niveaux stratosphériques sans risquer (jusque-là) de crise. Le général de Gaulle ne disait pas autre chose en 1965, même si l'idée de revenir à une forme d'étalon-or n'était pas une bonne idée comme je l'ai expliqué dans ce billet :

Barry Eichengreen, professeur d'économie et de science politique à l'université Berkeley, a repris cette question dans un livre passionnant intitulé Un privilège exorbitant. Il y explique outre ce que je viens de rappeler plus haut, que le dollar permet in fine aux ménages américains de vivre structurellement au-dessus de leurs moyens, parce que les investisseurs du monde entier sont friands de titres de dettes libellés en dollars !

 

En particulier, les États-Unis fournissent au reste du Monde une dette sans risque, sous forme de Treasury Bond (bons du Trésor) :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

En définitive, d’aucuns affirment qu'au vu des conditions actuelles, le dollar devrait perdre son statut de monnaie de réserve internationale conformément au célèbre dilemme de Triffin : les États-Unis abusent de ce rôle du dollar pour s'endetter excessivement avec très peu d'épargne, ce qui dégrade à terme la qualité de la monnaie et conduit à la perte de son hégémonie.

 

Pour ma part, je n'y crois pas, d'autant que je ne vois pas très bien quelle monnaie pourrait tenir ce rôle. Il n'est certes pas interdit de rêver que l'euro puisse un jour subvertir la domination du dollar. Mais encore faudrait-il pour cela qu'il existe une dette publique unique pour l'ensemble de la zone euro, ce qui est loin d'être pour demain si l'on en juge par les innombrables retards à l'allumage du seul plan d'aide européen de 750 milliards d'euros. En attendant, les États-Unis demeureront la première puissance économique mondiale !

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2021 4 14 /01 /janvier /2021 12:54

 

 

Après de nombreux billets consacrés à la France, à la zone euro, à l'accord post-Brexit et aux États-Unis, commençons cette nouvelle année en nous rendant (virtuellement, donc sans test PCR) en Asie où 15 pays viennent de créer l’accord commercial le plus important du monde en termes de PIB. Je l'avais, en effet, évoqué dans mon article Que nous réserve 2021 ? et m'étais engagé à vous en reparler prochainement. C'est chose faite avec ce billet !

 

Qu'est-ce qu'une zone de libre-échange ?

 

On appelle zone de libre-échange un espace économique au sein duquel des pays décident de laisser circuler librement les biens et services, en supprimant les barrières douanières. L'idée est qu’un tel accord de libre-échange apportera des gains de croissance liés à une amplification des échanges entre pays signataires. Mais cela dépend évidemment de la nature des biens et services concernés, des flux d'échanges préexistants, des effets redistributifs, etc. Parmi les accords de libre-échange célèbres, on peut citer le Mercosur, l'Alena, feu le TTIP, le CETA... Certains ont beaucoup fait parler d'eux, dans la mesure où il s'agissait moins de réduire les barrières tarifaires - souvent déjà très faibles - que d'harmoniser des réglementations (barrières non tarifaires) et pas toujours sur le standard le plus élevé.

 

La zone de libre-échange est le premier stade de l'intégration économique, selon la typologie de l'économiste Béla Balassa. Les stades suivants sont l'union douanière où les États membres fixent également un tarif extérieur commun, le marché commun qui repose sur la libre circulation des hommes et des capitaux, le marché unique où tous les marchés (y compris publics) sont unifiés, et enfin l'union économique et monétaire qui ajoute au marché commun une harmonisation des politiques économiques et la mise en place d'une monnaie commune.

 

L'accord de libre-échange Asie-Pacifique

 

Le 15 novembre 2020, quinze pays de la région Asie-Pacifique ont signé un accord de libre-échange appelé Partenariat régional économique global (RCEP) :

Infographie: L'Asie crée le plus grand accord commercial au monde | Statista Vous trouverez plus d'infographie sur Statista

Le poids économique de ces 15 pays

 

Si l'on considère le PIB en parité de pouvoir d'achat, l'on voit sur le graphique ci-dessous que ces 15 pays représentent un ensemble économique plus important que les États-Unis ou l’Union européenne :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Et lorsqu'on s'attarde quelques instants sur la dynamique démographique et économique de ces pays, on en conclut qu'ils pourraient bien devenir à eux 15 réunis une locomotive de l'économie mondiale en matière de croissance. Et l'on peut parier qu'ils penseront rapidement à s'entendre également sur une stratégie commune d'investissement dans la recherche et le développement...

 

Bien que les bénéfices attendus d'un tel accord soient difficiles à estimer précisément, comme on a pu le constater pour l'ALENA, le Peterson Institute for International Economics s'est risqué au jeu des prédictions et conclut que le RCEP permettra une augmentation du revenu réel des pays participants à l'accord :

 

 

[ Source : The Economist ]

 

Mais il ne faudrait pas en déduire pour autant que le RCEP est une bonne nouvelle pour l'économie européenne dans son ensemble. En effet, la constitution même d'une telle zone de libre-échange prouve avant tout que les pays d'Asie ne souhaitent plus être cantonnés au rôle d'exportateur de produits pas chers. Autrement dit, ils souhaitent rééquilibrer leur modèle de croissance, afin qu'elle soit désormais également tirée par la demande intérieure et non par les seules exportations. Il n'est donc pas du tout certain que l'UE et les États-Unis en tirent profit...

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 13:52

 

 

Cette fois, ça y est : le Royaume-Uni a quitté l'Union européenne en bonne et due forme avec un accord de quelque 1 200 pages sur les relations futures ! C'est la fin d'un long et laborieux roman écrit à 28 mains (droites ou gauches) depuis juin 2016. Considéré comme un événement impossible, malgré l'existence d'un vague article 50 dans le traité TUE, le référendum au Royaume-Uni venait rappeler avec vigueur que les dirigeants politiques ne peuvent gouverner longtemps contre la volonté de leur peuple. Toute la question était alors de savoir dans quelles conditions le Royaume-Uni allait quitter l'UE...

 

L'article 50 TUE

 

La procédure de sortie de l'Union européenne est régie par l'article 50 du Traité sur l'Union européenne (TUE), dont je rappelle la teneur :

 

1) Tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union.

 

2) L’État membre qui décide de se retirer notifie son intention au Conseil européen. À la lumière des orientations du Conseil européen, l’Union négocie et conclut avec cet État un accord fixant les modalités de son retrait, en tenant compte du cadre de ses relations futures avec l’Union. Cet accord est négocié conformément à l’article 218, paragraphe 3, du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. Il est conclu au nom de l’Union par le Conseil, statuant à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen.

 

3) Les traités cessent d’être applicables à l’État concerné à partir de la date d’entrée en vigueur de l’accord de retrait ou, à défaut, deux ans après la notification visée au paragraphe 2, sauf si le Conseil européen, en accord avec l’État membre concerné, décide à l’unanimité de proroger ce délai.

 

4) Aux fins des paragraphes 2 et 3, le membre du Conseil européen et du Conseil représentant l’État membre qui se retire ne participe ni aux délibérations ni aux décisions du Conseil européen et du Conseil qui le concernent. La majorité qualifiée se définit conformément à l’article 238, paragraphe 3, point b), du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

 

5) Si l’État qui s’est retiré de l’Union demande à adhérer à nouveau, sa demande est soumise à la procédure visée à l’article 49.

 

En pratique, l'intention de quitter l'UE doit donc être notifiée au Conseil européen, qui ensuite négocie avec l'État en question les modalités de retrait dans le cadre d'un accord validé au niveau européen à la majorité qualifiée, après approbation du Parlement européen. Rien d’étonnant donc à ce que le chemin de sortie du Royaume-Uni fut sinueux ! Voici ci-dessous quelques dates clés, pas toujours respectées du reste, mais il vous est possible d'y trouver l'historique complet des actes et scènes du vaudeville sur le site https://www.touteleurope.eu.

 

 

[ Source : La Croix ]

 

La période de transition

 

Après l'officialisation du Brexit le 31 janvier 2020, sur la base d'un accord de retrait obtenu de haute lutte en novembre 2019, les deux divorcés ont convenu d'une période transitoire entre le 1er février 2020 et le 31 décembre 2020, durant laquelle se sont jouées les négociations sur leurs relations futures sans que rien ne change pour les entreprises et les particuliers (sauf la participation aux élections municipales à l'étranger). Devenu État tiers, le Royaume-Uni put ainsi néanmoins avoir accès au marché intérieur et à l’Union douanière pendant cette période de transition, à la condition expresse de respecter l'ensemble des directives, normes et standards de l’UE. Bien entendu, il n'était pas question pour le Royaume-Uni de participer aux institutions et encore moins d'être associé aux décisions concernant l'UE.

 

De Theresa May à Boris Johnson, les dirigeants politiques du Royaume-Uni n'auront cessé de répéter qu'ils mèneraient le Brexit à son terme dans les meilleures conditions possibles, quand bien même nombre de commentateurs pensaient savoir que ce retrait n'aurait pas lieu. Il est vrai que les options sur la table étaient parfois difficiles à concilier avec les promesses d'un Brexit dur, qui consistait à reprendre entièrement en main le destin politique et économique du pays :

 

 

[ Source : Institute for Government Analysis ]

 

L'accord post-brexit entre l'UE et le Royaume-Uni

 

Souvent l'accord fut remis sur le métier, souvent il sembla même compromis avec une bonne dose de bluff diplomatique, mais in fine chaque partie avait intérêt à l'aboutissement des négociations. Il est vrai que les enjeux étaient de taille, en ce qu'il s'agissait ni plus ni moins que de fixer les règles applicables aux relations entre le Royaume-Uni et l'UE après le divorce dans un certain nombre de domaines (pêche, commerce, finance...).  Les principaux points de l'accord peuvent être retrouvés dans une infographie publiée par France Bleu.

 

La City semble avoir été provisoirement la grande oubliée de cet accord, en ce que les services financiers ne bénéficieront plus du passeport européen, qui permettait d'opérer dans l'ensemble des pays membres de l'UE. L'UE craignait de voir le Royaume-Uni se transformer en Singapour financier européen, mais les liens entre la City et les paradis fiscaux sont pourtant établis depuis longtemps sans que cela ait trop ému les dirigeants européens jusque-là. De toute façon, au vu du poids financier de la City, je ne doute pas un instant qu'elle arrivera à tirer son épingle du jeu dans de futures négociations avec l'UE...

 

Pour le tourisme et les travailleurs expatriés, les changements sont importants :

En ce qui concerne la pêche, question épineuse entre les deux parties, le Royaume-Uni a été contraint de céder sur ses ambitions d’origine, afin de garder l'accès au marché européen :

Quoi qu'il en soit, celui-ci doit encore à présent être formellement entériné par les 27 et le Parlement européen, mais les ambassadeurs de l'Union européenne ont décidé de l'appliquer déjà provisoirement dès le 1er janvier 2021. C'est dire combien chacun en avait assez de ces palabres de marchands de tapis !

 

P.S. L'image de ce billet provient de cet article de France Info.

Partager cet article

Repost0
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 11:05

 

 

Un curieux hasard a voulu que je commence l'année 2020 par un article sur la dette publique (et privée) et que je la termine quasiment avec le même sujet, tant celui-ci a depuis redoublé d'importance avec la crise. Et quelle(s) crise(s) ! L'année 2020 restera dans l'histoire comme celle de la pandémie de covid-19 et des confinements/déconfinements, qui ont conduit à doubler la crise sanitaire d'une crise que l'on qualifie d'économique faute de mieux, dans la mesure où pour la première fois, des gouvernements ont été contraints de mettre volontairement leur économie (partiellement) à l'arrêt. Mais il est désormais évident que le corps social français souffre. Et à ce stade, il serait prématuré d'entrevoir à court terme une amélioration...

 

Mais revenons un instant encore sur l'année 2020, riche en événements économiques et sociaux, d'où mes nombreuses analyses dont vous trouverez les liens dans le tableau ci-dessous. Pour finir ce billet, je vous proposerai comme chaque année quelques éléments de prospective, exercice hautement périlleux en économie...

 

Retour sur l'année 2020

 

Commençons donc par un petit retour en arrière sur mes billets de l'année 2020. Tous les liens sont actifs, il vous suffira donc de cliquer sur le billet de votre choix pour le lire ou le relire, c'est selon !

 

Janvier Février

 

La croissance potentielle faiblit en Chine

L'avenir de la zone euro

La dette publique

Apprendre l'économie à Sarreguemines

 

Trop d'épargne au sein de la zone euro ?

IEP 2020 : révolutions / le secret

La Chine : une économie malade

La politique monétaire

Mars Avril

Le capitalisme peut-il être réformé ?

L'économie française malade du coronavirus

Les marchés financiers atteints par le coronavirus

Et si l'on reparlait des crises ?

 

La dette publique pour lutter contre le coronavirus ?

Le monde d'après...

Quand les mots avaient encore un sens...

 

Mai Juin

 

La Fête du travail confiné(e)

Déconfinement : ce nouveau monde qui tarde à apparaître

Les inégalités de patrimoine sont-elles justifiées ?

Les monnaies locales

 

La création monétaire

Les cotisations sociales

L'endettement des ménages

Démocratie, citoyenneté et vote

Juillet Août

 

La justice sociale

 

 

Quand l'économie s'oppose à la démocratie...

Cafet'éco à Sarreguemines

Septembre Octobre

 

Le plan de relance

Aide aux devoirs à Forbach

La dynami(te)que sociale

La fin du modèle néolibéral ?

 

 

Conférence à l'UPT de Forbach

Le chômage en France

L'or : relique barbare ?

Monnaie Banque centrale et financement de l'économie

Monnaies locales : perspectives économiques et managériales

 

Novembre Décembre

 

L'étalon-or

De sombres prévisions économiques...

La dette publique dans la zone euro

Bref retour sur les inégalités de travail durant le premier confinement

 

Un retour à la normale semble peu probable...

La politique économique de Joe Biden

Joyeux Noël !

 

Et en 2021 ?

 

Sans surprise, les prévisions mondiales de croissance sont bien sombres, d'autant qu'il faudra certainement compter avec de nouvelles périodes de confinement (c'est déjà le cas dans de nombreux pays et la France s'apprête à prendre des mesures qui y ressemblent) :

 

 

[ Source : FMI ]

 

Par ailleurs, l'on ne sait rien de la réelle marge de manœuvre dont disposera Joe Biden pour mettre en œuvre son programme économique et social aux États-Unis. Au reste, qu'en sera-t-il de la guerre commerciale déclenchée par Trump avec la Chine, ce d'autant plus que celle-ci vient de conclure 14 autres pays de la région Asie-Pacifique un accord de libre-échange appelé Partenariat régional économique global (RCEP) dont je reparlerai prochainement ?

 

Au sein de la zone euro, les prévisions sont également très sombres. Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission, a ainsi résumé le grand désarroi des dirigeants politiques en affirmant que "la deuxième vague de la pandémie anéantit nos espoirs d'un rebond rapide" :

 

 

[ Source : Le Figaro ]

 

Face au risque d'effondrement de l'économie, les gouvernements ont réussi à trouver en quelques semaines des sommes faramineuses alors même qu'ils prétendaient tous encore être à sec en janvier ! Or, ces fonds, censés sauver leur économie (et pas les plus fragiles comme je l'entends parfois, cf. la conclusion de ce billet), vont se répercuter sur l'endettement public.

 

Mais de là à croire que les dirigeants politiques ont abandonné leur vision néolibérale... Qu'il suffise de penser à la commission sur l’avenir des finances publiques installée par le Premier ministre français. Celle-ci, composée de dix personnes (anciens élus, économistes, spécialistes des finances publiques), a pour mission de réfléchir à la manière de redresser les comptes publics, mais sans augmenter les prélèvements obligatoires. Il n'est alors pas difficile de comprendre que l'on se dirige en France vers une nouvelle politique d’austérité... mais après 2022 bien entendu ! Et dans une démocratie dévoyée, il sera en outre possible au vainqueur de proclamer à tort que tout un peuple a souhaité son élection... Quoi qu'il en soit, la Commission s'est déjà rappelé au bon souvenir des États membres, pour qu'ils surveillent mieux leurs dépenses et ne compromettent pas « la viabilité des finances publiques ». Tout est dit.

 

En tout état de cause, face à cette hausse formidable de la dette publique, je persiste à penser qu'il sera peu probable d'échapper à une annulation (même partielle) des titres de dette publique détenus par les Banques centrales, d'autant qu'avant même la pandémie, la BCE détenait 20 % des dettes publiques de la zone euro, proportion vouée à augmenter après l’annonce par Christine Lagarde d’un programme d’achat urgence pandémique (PEPP).

 

Sur le front social, la hausse du chômage - qui n'apparaîtra pas forcément dans les chiffres en raison du découragement et de la précarisation - est déjà une certitude, tout comme celle de la précarité, en particulier pour les jeunes. Avec pour résultat une augmentation phénoménal de la pauvreté... Dans le cadre de la journée Confinés mais solidaires sur France Inter, la radio avait présenté "huit indicateurs, chiffres clés ou graphiques pour se rendre compte de l'état (inquiétant) de la pauvreté en France". Édifiant sur la situation sociale déjà fortement dégradée, en France, avant la crise de la covid-19 !

 

Chaque année, je rappelle aussi que nous ne sommes jamais à l'abri d'un cygne noir, tant les fragilités économiques et sociales sont nombreuses... La crise sanitaire en fut un exemple probant en 2020 !

 

Sur ce, je tiens à vous remercier chers lecteurs pour votre fidélité et vous prie de recevoir mes meilleurs vœux (l’indispensable santé en premier) pour cette année 2021 ! Merci pour vos commentaires, partages, liens et encouragements, qui me touchent et m'incitent à continuer mes analyses sur ce blog malgré le temps qui me fait cruellement défaut...

Partager cet article

Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 12:56

 

 

Il devient difficilement contestable que les fêtes de fin d'année pont perdu leur magie humaine au profit d'un consumérisme aux méthodes de plus en plus magiques. Qu'il suffise de jeter un œil sur le visuel de la campagne de presse de la Fédération française des industries jouet - puériculture (FJP), qui avait été créé pour appeler à une réouverture des magasins de jouets :

 

 

Certes, les petits commerçants auront subi les confinements, mais outre qu'ils ne sont pas les seuls (pensez aux particuliers qui ont perdu leur emploi et se retrouvent dans la précarité voire la pauvreté), est-ce une raison pour transformer le consumérisme en une question existentielle pour les enfants et surtout leurs parents ? J'y vois le parachèvement de la société du spectacle si bien décrite par Guy Debord, c'est-à-dire le règne de la marchandise qui réussit un peu plus chaque jour à envahir l'espace social, au point de nous laisser comme seule perspective de vie la consommation. L'illusion de vivre par l'acte de consommation n'est rien d'autre que la négation même de la vie disait Debord...

 

Ayant compris que cette hégémonie de l’anti-valeur argent commençait tout de même à être contestée, Coca-Cola a réussi le tour de force de récupérer les valeurs d'amour et d'amitié pour les fondre dans un spot publicitaire vantant que "le plus beau des cadeaux, c’est vous"... alors même que l'objectif ultime est de vous vendre un soda !

 

D'aucuns pointent qu'après le mouvement des gilets jaunes, la crise sanitaire et maintenant les manifestations contre la loi Sécurité globale (sic), il est devenu bien difficile de faire du commerce tranquillement durant les fêtes de fin d'année.

 

Est-il pourtant si difficile de voir que les contestations radicales sont en grande partie le fruit des orientations radicalement néolibérales des gouvernements successifs, dont le dernier détient assurément le pompon ? Lorsque les dirigeants politiques s'accrochent  à la chimère d'un monde gouverné par des règles économiques universelles immuables, qui rendent inutiles la confrontation de projets de sociétés différents, et subséquemment les débats contradictoires - bien qu'ils soient depuis plus de deux millénaires l'essence même de la démocratie -, rien d'étonnant à ce que la contestation finisse par prendre des formes de plus en plus inquiétantes (et violentes).

 

Depuis le système de santé et ses soignants, vus il y a quelques mois encore comme les derniers de cordée par le gouvernement, jusqu'aux entreprises où le travail a été ravagé par la perte de sens, en passant par les libertés qui sont rognées au nom d'une illusoire sécurité (Cf. François Sureau), les gouvernements accompagnent avec une grande allégresse le démantèlement de la nation constituée de citoyens actifs en un ensemble informe d'individus simples consommateurs.

 

Le corps social français est en passe de se disloquer en raison des inégalités croissantes, de la hausse de la pauvreté et de l'individualisme érigé comme vertu, d'autant que tout a été fait depuis des années pour dissoudre les notions de peuple et de souveraineté dans un grand fatras appelé société civile. C'est l’archipel français de Jérôme Fourquet... Pourtant, la politique économique économique est d'abord de la politique, comme je le répète inlassablement à mes étudiants !

 

Une crise devrait être l’occasion de se poser des questions et de changer tout à la fois nos modes de production, nos modes de vie et avant tout nos façons de penser. Mais pour ce faire, il faut en priorité décoloniser l'imaginaire pour créer le monde d'après ! En République, ce sont les citoyens, considérés comme un ensemble coopératif, qui en ont le pouvoir, mais encore faut-il qu'ils s'en saisissent ! À défaut, la minorité qui profite de ce système continuera à le présenter comme naturel, même s'il cause des dégâts au plus grand nombre...

 

Joyeux Noël tout de même !

 

Sur ce constat et cette invitation à l'action coordonnée, je vous souhaite un joyeux Noël et vous retrouverai la semaine prochaine pour mon dernier billet de l'année 2020 !

 

 

Partager cet article

Repost0
14 décembre 2020 1 14 /12 /décembre /2020 11:12

 

 

À force de se concentrer sur les problèmes économiques de la zone euro, dont la dette publique, l'on finirait par oublier qu'un nouveau président a été élu aux États-Unis. Mais il est vrai qu'avec la contestation des résultats par Donald Trump, c'est plus la fin de la démocratie qui a occupé les commentateurs que le programme économique de son successeur. Je vous propose donc d'y jeter un œil dans ce billet !

 

Les années Trump

 

J'ai beaucoup écrit sur la politique économique de Trump, tant celle-ci jurait avec tout ce que nous avions l'habitude de voir aux États-Unis :

 

 

 

 

 

Pour résumer, pendant son mandat de 4 ans, Donald Trump a mené une politique budgétaire expansionniste, alors même que le taux de chômage était faible, ce qui contrairement aux attentes a conduit à une augmentation des gains de productivité et du taux de participation, donc de la croissance (potentielle) ! À cela se sont ajoutées une politique commerciale résolument protectionniste, voire guerrière avec les Chinois, et une politique fiscale en faveur des plus riches (baisse de la taxation des profits des entreprises, baisse de la taxation des plus hautes tranches de revenu…), source d’encore plus d’inégalités.

 

Le programme économique de Biden

 

Durant la campagne électorale, Joe Biden a cherché à se positionner au centre de l'échiquier politique pour ne pas effrayer les Américains, du moins plus au centre par rapport aux positions socialistes (vues comme communistes) de Bernie Sanders et celles parfois encore plus radicales d’Elizabeth Warren (conseillée par deux économistes français) :

 

 

[ Source : La Croix ]

 

Au final, son programme de synthèse, baptisé Build Back Better (Reconstruire mieux), fut celui-ci :

 

 

[ Source : Challenges ]

 


Bref, Joe Biden ambitionne de mener une politique keynésienne :

 

  • hausses  des dépenses publiques d’éducation (gratuité des universités publiques, effacement des student loans) ;

 

  • hausse des dépenses publiques de santé (approfondissement de l’Obamacare en raison du nombre d'Américains sans assurance santé et baisse du prix des médicaments, sans pour autant aller vers une assurance universelle et publique) ;
Infographic: Number of Uninsured Americans on the Rebound | Statista You will find more infographics at Statista
  • soutien à l'investissement privé dans les technologies du futur (intelligence artificielle, 5G…) ;

 

  • investissements publics dans les infrastructures (1300 milliards de dollars en 10 ans) et la transition énergétique (1700 milliards de dollars en 10 ans) ;

 

  • doublement du salaire minimum fédéral à 15 dollars par heure.

 

Il prévoit également de réguler la gig economy (l’économie des petits boulots) et de relever le taux maximal d’imposition de 37 à 39,6 % ainsi que le taux d’imposition moyen des entreprises de 21 % à 28 %.

 

Hélas, les déficits publics sont déjà abyssaux et l’endettement public atteint un niveau record :

 

 

[ Source : Peterson foundation ]

 

Dès lors, il est fort probable que tous les investissements prévus par Biden seront revus à la baisse, s'ils ne sont pas tout simplement condamnés en cas de victoire des républicains au Sénat...

Partager cet article

Repost0
4 décembre 2020 5 04 /12 /décembre /2020 15:49

 

 

Il y a quelque temps, j'écrivais sur ce blog un billet détaillé sur la dynamique de la dette publique dans la zone euro, après avoir présenté les sombres prévisions économiques de la Commission européenne. Sur ces entrefaites, une journaliste d'une radio locale proche de chez moi, Radio Mélodie, a voulu en savoir plus sur mon analyse de la situation sociale et économique.

 

Il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessous pour lire l'entrevue sur le site de Radio Mélodie, et si d'aventure, vous aviez la flemme, il vous est même possible d'y écouter mes réponses.

 

 

[ Cliquer sur l'image pour lire ou écouter l'entrevue ]

Partager cet article

Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 12:28

 

 

Après vous avoir présenté les très sombres prévisions de la Commission européenne, qui rappellent que la crise économique et sociale est devant nous, il m'a semblé utile d'évoquer l'impact de la covid-19 sur les conditions de vie des ménages. Bref, il sera question d'inégalités dans ce billet sur la base d'une étude menée par l'INSEE publiée juste avant le deuxième confinement...

 

Télétravail

 

Présenté comme la panacée alors même qu'il charrie avec lui des problèmes graves, le télétravail a pris une ampleur inconnue jusque là. Mais rappelons que tous les travailleurs n'ont pas été en mesure de faire du télétravail. Selon l'INSEE, 35 % des personnes en emploi ont continué à se rendre sur leur lieu de travail contre 34 % qui ont télétravaillé. Dans le détail, 58 % des cadres et professions intermédiaires ont télétravaillé, contre 20 % des employés et seulement 2 % des ouvriers. D'où des inégalités selon le niveau de vie :

 

 

[ Source : INSEE ]

 

Restrictions d'activité

 

Selon l'étude de l'INSEE, lors du premier confinement, parmi les personnes en emploi, 27 % déclarent avoir subi une période de chômage technique ou partiel, 20 % ont dû poser des congés obligatoires, 8 % ont déclaré un arrêt de travail ou une autorisation spéciale d’absence pour garde d’enfant et 1 % ont vu leur contrat de travail non renouvelé. Les ouvriers ont été bien plus concernés par ces restrictions que les cadres et professions intermédiaires. D'où à nouveau des inégalités selon le niveau de vie :

 

 

[ Source : INSEE ]

 

Dégradation de la situation financière

 

Selon l'INSEE, globalement, 20 % des personnes interrogées estiment que la situation financière de leur foyer s’est dégradée durant le premier confinement, 72 % qu’elle n’a pas changé et 7 % qu’elle s’est améliorée (sic). D'où à nouveau des inégalités selon le niveau de vie :

 

 

[ Source : INSEE ]

 

En définitive, "les personnes en emploi aux revenus modestes" selon les mots de l'INSEE ont été les plus touchées tant par les restrictions d'activité que par l'impact financier de celles-ci. Une étude du Conseil d’analyse économique (CAE), instance placée auprès du Premier ministre, montre par ailleurs la grande divergence dans les comportements d’épargne et de consommation des ménages depuis ce premier confinement : 20 % des ménages sont à l’origine de près de 70 % du surcroît d'épargne. Quant aux deux premiers déciles, les 20 % les plus modestes, leur épargne a fondu…

 

P.S. L'image de ce billet provient de cet article du site Actu.fr

Partager cet article

Repost0

Archives