Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 10:14




Je viens de terminer le 1re semestre du cafet'eco qui se tient à l'Université Populaire de Sarreguemines depuis le mois d'octobre dernier. J'ai souhaité en faire un lieu incontournable et ouvert du débat économique afin que chacun puisse s'exprimer, apprendre et exercer son sens critique dans une ambiance conviviale. 

Le public fut au rendez-vous, même lorsque la météo oublia d'être clémente... Je tiens donc tout particulièrement à les en remercier ! Nous avons ainsi pu débattre de nombreux sujets comme le pouvoir d'achat, la mondialisation et les multinationales, les plans de relance, les délocalisations, les théories économiques,...

Fort de ce succès, nous avons décidé avec Patrick Giessberger (avec qui je suis en photo ci-dessous), directeur de l'Université Populaire de Sarreguemines Conflurences, de poursuivre avec un 2e semestre, composé de 7 rencontres allant du mois de février au mois de juin. Ce semestre sera indépendant du précédent, de sorte que toute personne intéressée par nos échanges pourra très facilement s'intégrer au groupe.

Première rencontre du cafet'eco du 2e semestre : jeudi 26 février 2009 à 18h30, Place Jeanne d'Arc à Sarreguemines (Pôle école). Renseignements et inscription en
cliquant sur le site de l'UPSC.


Partager cet article

Repost0
29 janvier 2009 4 29 /01 /janvier /2009 10:19




Après avoir beaucoup écrit sur le plan de relance français, voici qu'arrive la version américaine qui a déjà été adoptée à la Chambre des représentants. Bien entendu, elle est sans commune mesure avec la nôtre puisqu'elle pèse au bas mot 800 milliards de dollars (l'équivalent de 604 milliards d'euros !). Ce plan répartit les fonds de la manière suivante : 275 milliards de dollars de réductions d'impôts, une augmentation des indemnités chômage, et plus de 540 milliards d'investissements dans des infrastructures (routes, les écoles ou le développement de l'Internet à haut débit). 

L'impression que j'ai lorsque je vois les premiers détails de ce pla, c'est qu'il s'agit surtout de juguler l'hémorragie à défaut d'avoir une politique économique définie pour l'avenir. En effet, même si je ne conteste pas la légitimité de ces orientations - réductions d'impôts des particuliers et des PME, allongement de la durée de la couverture chômage, aides aux emprunteurs immobiliers insolvables, avantages fiscaux pour les employeurs qui embauchent - je crains que cela n'apporte pas tous les effets escomptés. Par exemple, l'idée de l'avantage fiscal pour les employeurs qui doit les inciter à engager des salariés est une bonne idée lorsque l'économie n'est pas déjà en récession. En l'état actuel des choses, c'est le carnet de commande vide et un horizon à court terme sombre qui vont influer fortement sur la décision d'embauche et non pas les éventuels avantages fiscaux...

La 2e partie du plan, qui est aussi la plus massive, concerne les investissements dans les infrastructures. J'avais déjà expliqué que dans le modèle de relance keynésien, ce type d'investissements apporte le meilleur coefficient multiplicateur pour peu que ceux-ci soient bien ciblés. Ainsi, l'idée d'Obama de doubler en trois ans la production d'énergies renouvelables, d'amener l'Internet à haut débit dans les zones reculées et d'élargir le réseau électrique est un pas en avant. Mais pour autant, le président américain n'a pas su résister aux lobbies financiers : tout d'abord, il envisage d'augmenter la somme allouée au sauvetage des banques votée sous George Bush (le plan TARP) pour la faire passer de 700 à 1 000 milliards. Ensuite, certains secteurs sortiront plus gagnants que d'autres, ne serait-ce que par l'intense travail de lobbying qu'ils font depuis quelques jours à Washington... A tel point, que le Prix Nobel d'économie Paul Krugman dans une chronique intitulée "Planté en plein chaos", reproche au plan sa logique "conventionnelle" et son manque d'audace, et à M. Obama son refus de "faire des choix difficiles et de résister aux intérêts particuliers". Notamment sa répugnance à envisager "une nationalisation temporaire de plusieurs grandes banques"...

Il faut maintenant attendre le vote du Sénat, où les Républicains ne semblent pas goûter du tout ce plan de relance. Ensuite, si ce plan est voté, il faudra l'appliquer au plus vite et espérer que la confiance revienne afin de changer les anticipations des agents qui risquent fort de se caler sur une logique de déflation...

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 10:27




Vous connaissez comme moi le dicton "les meilleures blagues sont les plus courtes !". Or, le petit article économique que j'ai lu hier dans le Figaro, s'il a le mérite d'être court, me laisse tout de même l'impression que s'il s'agit d'une blague, elle est de mauvais goût... En effet, sous le titre "La recette originale de Fabius contre la crise", on pouvait y lire :


"Face à l'ampleur de la crise financière, Laurent Fabius explore des solutions peu académiques. Pour l'ancien premier ministre de Mitterrand, le recours au déficit pour financer les plans de relance ne peut que déséquilibrer le système. Afin de le rééquilibrer, il évoque d'abord une relance massive et coordonnée de l'inflation au niveau mondial, l'hyperinflation. Dans ce scénario, la hausse régulière et forte des prix fait que le remboursement des dettes, dont le montant est déjà connu, pèse de moins en moins sur les finances. Les États emprunteurs seraient favorisés, au détriment des États prêteurs. Il en irait de même pour les ménages. Pour Laurent Fabius, ce serait aussi une forme de redistribution des richesses des anciennes générations vers les jeunes. Seul problème, l'hyperinflation est toujours accompagnée d'une forte récession."

Là je reste pantois ! Que quelqu'un qui a été, entre autres, ministre de l'économie et 1re ministre puisse écrire de pareilles inepties m'inquiète... Son plan consisterait donc à laisser s'envoler l'inflation jusqu'à l'hyperinflation afin d'alléger la charge de remboursement des dettes. Excellente idée qui a fait ses preuves notamment en Argentine dans les années 90 et actuellement au Zimbabwe : dans ce dernier pays, l'inflation a été telle - 2,2 millions pour cent ! - qu'aujourd'hui 80 % de la population vit sous le seuil de pauvreté. Dans la vie courante cela se traduit par le fait que les prix des denrées de base augmentent environ de 30 à 40 % chaque jour, un pain qui était vendu le dimanche 60 milliards de dollars zimbabwéens coûtant ainsi 100 milliards le lendemain. Je vous laisse imaginer la situation de pénurie qui en découle...

Le plus drôle (on rit jaune, je le concède), est que Laurent Fabius aurait déclaré, d'après cet article, que le recours au déficit ne peut que déséquilibrer le système. L'hyperinflation serait donc la solution miracle que personne n'a comprise en Europe ? Dans ce cas, il faut absolument nommé Robert Mugabe (le président du Zimbabwe) tête de liste aux européennes ! Quant à l'histoire de la redistribution des richesses des anciennes générations vers les jeunes dont il est question dans l'article, voilà comment mettre un vernis rose sur la vraie idée idiote qu'est l'hyperinflation.

Avec autant de mauvaises idées à gauche comme à droite, les politiques nous montrent leur parfaite incompréhension des problèmes économiques : et dire qu'un plan de relance repose essentiellement sur la confiance...

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2009 2 20 /01 /janvier /2009 20:07

Je vous avais dit dans mon précédent billet que TV8 allait consacrer un reportage à ma dernière conférence sur les délocalisations qui s'était tenue jeudi 15 janvier. C'est chose faite, et vous pouvez - pendant une semaine - consulter la vidéo sur le site de TV8 en cliquant sur la photo ci-dessous. J'en profite pour remercier encore une fois le public et toutes les personnes qui s'impliquent pour que mes conférences soient une réussite...




Partager cet article

Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 11:39




Lors de ma dernière conférence à Forbach qui portait sur les délocalisations, j'en ai profité pour faire quelques photos. La première que vous voyez ci-dessus est en fait une photo ratée prise sans lumière. Mais comme le rendu me semble quelque peu artistique - on se contente de peu dans la vie - j'ai décidé de la mettre sur ce blog.

Me voici ci-dessous avec la très sympathique équipe administrative de l'Université Populaire de Forbach (de gauche à droite : Claude Hamman, Annette Marquis Weber, et moi-même...). Vous pouvez cliquer sur la photo pour l'agrandir :


 

Une dernière photo pour illustrer la conférence en elle-même :


Il y a également eu la visite de la chaîne de télévision locale TV8 qui va réaliser un petit reportage dont je ne manquerai pas de vous donner le lien dès sa programmation.

Eu égard aux vacances d'hiver du mois de février, la prochaine conférence est prévue pour le jeudi 12 mars 2009 à 20h00. Le thème retenu est : "la mondialisation, les multinationales ont-elles pris le pouvoir ?". C'est avec plaisir que je retrouverai ce public que je remercie pour sa fidélité et ses interventions de qualité.

Partager cet article

Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 12:41




Programme chargé cette semaine : mercredi, je consacrerai la séance du cafet'éco au plan de relance de l'économie française. Dans le contexte de crise que nous connaissons, nous nous interrogerons sur la pertinence de ce plan et sur les effets attendus. Pour ce faire, nous nous appuierons sur les annonces faites par le gouvernement et sur les statistiques disponibles à ce jour.

Jeudi, j'animerai une conférence-débat à l'Université Populaire de Forbach sur le thème des délocalisations. Il m'a semblé important de présenter cette notion car, depuis le rapport Arthuis de 1993, jamais une question d'économie politique n'a fait l'objet d'autant d'informations contradictoires : les chiffres et analyses se multiplient, donnant tantôt à ce phénomène une importance marginale et tantôt une importance prépondérante.

Il s'agira donc de définir précisément ce que l'on entend par délocalisation afin de pouvoir, ensuite, présenter un état des lieux chiffré de la question. Cela permettra d'identifier les causes possibles des délocalisations et d'en déduire des moyens appropriés pour les contrer.

Le Républicain Lorrain a consacré un article à cette conférence qui se déroulera jeudi soir à 20h au Burghof, salle Berlin :



                    [ Cliquer sur l'article pour l'agrandir]

Partager cet article

Repost0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 12:48




De plus en plus de secteurs économiques commencent à être touchés par la crise. Après l'automobile qui réclamait à cor et à cri des subsides, voici qu'un autre secteur implore la grâce de l'Etat : l'industrie pornographique ! Et pour avoir la certitude d'être entendu, ce secteur a multiplié les déclarations saugrenues : les américains Larry Flynt et Joe Francis ont ainsi demandé au Congrès des Etats-Unis de débloquer une aide de cinq milliards de dollars en faveur du secteur... rien que ça !

Résumons en quelques mots l'argumentaire saugrenu développé. Tout d'abord, selon eux, la pornographie représente un chiffre d'affaires annuel de 13 milliards de dollars aux Etats-Unis. Or, en raison de la récession économique actuelle, "les gens sont trop déprimés pour être actifs sexuellement", déclare Larry Flynt. Ils en déduisent que "c'est très mauvais pour la santé du pays. Les Américains peuvent se débrouiller sans voitures mais pas sans sexe", et appellent donc le Congrès "à relancer l'appétit sexuel des Américains" ! La patriotisme économique passe donc parfois par des voies impénétrables (tout jeu de mots étant vaguement fortuit).

Il faut dire que la pornographie n'a pas l'air d'avoir la cote à Wall Street. En effet, aucune des grandes banques américaines ou européennes n'a accepté de gérer l'introduction en Bourse de la maison mère de Penthouse, le magazine de charme. Pourtant, la société Friendfinder Networks a réalisé un chiffre d'affaires de 244 millions de dollars au cours des neuf premiers mois de l'année 2008, en misant notamment sur le réseau social - qui est une activité très en vogue actuellement - et en rachetant l'opérateur de sites Internet  Adultfriendfinder.com.

Les temps sont durs à Wall Street...

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2009 3 07 /01 /janvier /2009 10:59




Aujourd'hui, je tenais à vous faire part d'une excellente infographie publiée par Le Monde. Elle concerne les suppressions d'emplois en France en 2008. C'est typiquement le genre de documents qui résume si bien la situation, que je n'ai même plus besoin d'ajouter de commentaires...


Ces suppressions d'emplois se traduisent évidemment dans les chiffres du chômage dont voici l'évolution sur 1 an glissant (source DNA) :





Pour finir, voici ci-dessous l'évolution du chômage au sens du ministère du travail (les célèbres DEFM 1 dont j'ai souvent parlé sur ce blog) sur 3 ans :


Partager cet article

Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 12:51




Le coup d'envoi des soldes en Moselle et en Alsace vient d'être donné hier. Celles-ci ont donc commencé avant les soldes nationales qui sont prévues pour durer du 07 janvier 2009 à 8h00 au 10 février 2009 inclus.

Bien que l'Union européenne cherche constamment à unifier les pratiques de ses membres, la réglementation des soldes est assez disparate d'un pays à l'autre. Faisons un rapide tour d'horizon :

*  en Belgique, les deux périodes annuelles de soldes - quatre semaines en janvier, quatre semaines en juillet - sont fixées par la loi. Pour compléter le dispositif, ces périodes sont précédées de phases dites "d'attente", pendant lesquelles les commerçants des secteurs du vêtement, de la chaussure, de la maroquinerie et du cuir ont l'interdiction d'annoncer des rabais.

* au Luxembourg, ce sont les pouvoirs publics qui déterminent chaque année la durée et le moment des soldes.

* aux Pays-Bas, le commerce est totalement libéralisé et la loi autorise même les ventes à perte. Par conséquent, les soldes ne font l'objet d'aucune limite.

* en Espagne, les 17 régions autonomes espagnoles établissent chacune une période de soldes. Pendant ce laps de temps, chaque commerçant doit choisir une période allant d'une semaine minimum à deux mois maximum pour solder ses articles.

* en Allemagne, les soldes à date fixe ont été abolis. Néanmoins, même si les Allemands ont la possibilité d'acheter au rabais toute l'année, les réductions de prix les plus fortes s'appliquent pendant les périodes traditionnelles de soldes au mois de janvier et au mois de juillet. D'ailleurs, chaque année, la plupart des commerçants se mettent d'accord sur une date commune pour lancer les soldes.

* en Italie, les soldes sont réglementés par la loi et les périodes sont fixées région par région.

* en Angleterre, le commerce est lui aussi libéralisé et les soldes peuvent donc avoir lieu n'importe quand. Il n'y a pas de période légalement fixée, mais les grands magasins et la plupart des boutiques de mode organisent des soldes en fin de saison, au mois de décembre et en juin.

* au Portugal, les soldes, d'une durée de 2 mois, sont régis par la loi et ont lieu deux fois par an.


Gageons que cela permette aux commerçants de rattraper un mois décembre en demi-teinte et aux consommateurs de faire de bonnes affaires en cette période de crise !

Partager cet article

Repost0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 11:08




L'année 2008 fut pour moi riche en rebondissements et en bonnes nouvelles. J'ai pris plaisir à animer toutes ces conférences, cours et formations diverses. Ce blog aura joué en quelque sorte le rôle de trait d'union... Je fais le voeux que l'année 2009 soit tout aussi passionnante pour nous tous chers lecteurs et vous donne rendez-vous pour de nouvelles aventures économiques !

Je vous présente par conséquent mes meilleurs voeux de bonheur et de Santé (le plus important...) pour cette nouvelle année !

Partager cet article

Repost0

Archives