Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 3

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Prépa ECG

Concours commun IEP 2023

Concours commun IEP 2022

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

9 février 2023 4 09 /02 /février /2023 13:26

 

 

Après deux articles consacrés à la réforme des retraites, l'un présentant les tenants et aboutissants du projet de loi et l'autre le rôle tenu par le taux d'emploi des seniors, restons dans la thématique en évoquant les deux principaux types de système de protection sociale : le modèle bismarckien et le modèle beveridgien. Cela permettra de comprendre en quoi la volonté du gouvernement français de passer du premier au second, notamment en matière de chômage et de retraite, est porteur de graves désillusions. Et une fois n'est pas coutume, nous terminerons ce billet par un petit florilège des arguments abracadabrantesques avancés par certains politiques pour justifier cette réforme des retraites.

 

Le modèle bismarckien

 

Comprenant le danger des désordres sociaux engendrés par la pauvreté et la misère, dans un contexte de développement du socialisme, le chancelier de fer (Bismarck) choisit de mettre en place un système de protection sociale novateur en cette fin de XIXe siècle, avec une protection contre les risques maladie (1883), les accidents de travail (1884), la vieillesse et l'invalidité (1889).

 

Selon les époques, les systèmes bismarckiens ont pu varier quelque peu, mais pour l'essentiel ils sont fondés sur l'accumulation de droits à la protection sociale liés au travail. La participation financière des ouvriers et des employeurs prend alors la forme de cotisations sociales, et non de "charges sociales", vocable patronal qui trahit une vision purement comptable des prélèvements obligatoires. Dans une vision socialisée du risque, celles-ci sont par conséquent fonction croissante des salaires et non du risque lui-même. Les membres de la famille sont du reste souvent couverts au titre des ayants droit. Enfin, par construction, le fonctionnement d'un tel système de protection sociale est dévolu aux salariés et aux employeurs.

 

Le modèle beveridgien

 

Ce deuxième modèle de protection sociale repose sur un célèbre rapport de 1942 (Rapport au Parlement sur la Sécurité sociale et les prestations connexes), rédigé par l’économiste William Beveridge sur demande du gouvernement britannique. Il s'agissait de repenser le modèle d'assurance maladie, dont le développement semblait peu satisfaisant au gouvernement. Lord Beveridge proposait de "libérer l’homme du besoin et du risque", afin d'assurer un développement économique et social pérenne.

 

Depuis, l'on qualifie de beveridgien tout système de protection sociale fondé l'universalité de la protection sociale (tous les risques et toutes les personnes sont couverts), l'uniformité des prestations (même montant versé à tous) et sur l'unicité du financement. Ce dernier point signifie qu'un système beveridgien n'est donc pas contributif (pas de cotisations sociales), mais repose sur des impôts, d'où une gestion par l'État de la protection sociale généralement au moyen d’une assurance nationale. C'est pourquoi les systèmes beverigiens sont aussi souvent qualifiés d'assurantiels.

 

Le passage à un modèle beveridgien

 

Chacun en son temps, Bismarck et Beveridge ont participé à l'édification de l’État social, notion que ses détracteurs ont fini par qualifier péjorativement d'État-providence. Mais faut-il en déduire que par son universalité, le modèle beveridgien est préférable au modèle bismarckien ? Ce serait oublié un peu vite ce que recouvrent ces formes de protection sociale ! Comme le rappelle avec brio Pierre-Cyrille Hautcoeur dans une chronique au Monde, basculer d'un système de retraite bismarckien à un système de retraite beveridgien est l'objectif suivi depuis deux décennies en France comme en témoignent notamment les exonérations de cotisations sociales compensées par de savants fléchages de rentrées fiscales.

 

Bref, des impôts à la place des cotisations sociales, et encore pas toujours pour le même montant malgré l'obligation issue de la loi du 25 juillet 1994 (loi Veil), ce qui asphyxie toujours un peu plus la Sécurité sociale, comme je l'ai expliqué dans ce billet, et permet ensuite d'invoquer les caisses vides comme argument massue pour réformer, voire privatiser.  Or, dans un système beveridgien, l'universalité de la prestation va (trop) souvent de pair avec un montant faible (qu'il suffise de jeter un œil aux États-Unis pour s'en convaincre...), ce qui conduit les personnes à recourir - si elles le peuvent - à la capitalisation individuelle ou collective, dans l'espoir de gagner de quoi vivre une retraite à peu près correcte. Pourtant, derrière les beaux discours de la retraite par capitalisation se cachent toujours des réalités moins agréables à entendre : les marchés financiers sont loin de garantir une prestation définie lorsque l'heure de la retraite aura sonné, une crise pouvant emporter tous ces espoirs (et les fonds déposés) vers les tréfonds...

 

C'est bien pour cela que le système de retraite est par répartition en France depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, ce qui témoigne d'une solidarité intergénérationnelle et d'une solidarité d'intérêts entre employeurs et employés (ils gèrent en effet ensemble le système de protection sociale), quelle que soit leur classe sociale. Dans un système beveridgien, au contraire, Pierre-Cyrille Hautcoeur rappelle que les intérêts financiers des classes moyennes et des plus riches convergent en matière de gestion de l'épargne. Bref, les plus pauvres sont persuadés que l'impôt est forcément mauvais et que l'universalité du système les protège, alors qu'en vérité ce système les abandonne souvent à leur sort avec une maigre prestation uniforme.

 

Des arguments abracadabrantesques

 

Pour finir ce billet dans un mouvement rabelaisien, rions-nous des arguments abracadabrantesques avancés par certains politiques pour justifier cette réforme des retraites (je laisse le lecteur compléter à sa guise cet  embryon d'inventaire) :

 

 * la faillite du système des retraites (un grand classique, pourtant démenti par le rapport du COR);

 

 * sans réforme, les pensions des retraités baisseraient de 20 % (Olivier Dussopt en grande verve) ;

 

 * "les mesures ne sont pas comprises, appréciées à leur juste valeur" (Laurent Marcangeli) ;

 

 * la réforme permettra aux aides à domicile de travailler jusqu'à 64 ans (grand prix "le mal de dos n'est pas une fatalité") ;

 

 * "Si nous devions augmenter les cotisations, de fait on baisserait les salaires" (Olivier Véran)

 

 * "Aucun Français ne verra sa retraite baisser" (Paul Midy)

 

 * "La retraite, c'est le capital de ceux qui n'en n'ont pas" (Stanislas Guerini inventant la notion de capital fondant)

 

 * les cotisations sociales n'ont pas vocation à financer notre système de retraite (Nadia Hai, grandiose !)

 

 * "1 200 euros de pension minimale" (Bruno Le Maire récitant des éléments de langage repris sous d'autres formes par d'autres politiques, argument démonté par Michaël Zemmour)

 

P.S. L'image de ce billet est une capture d'écran d'une petite vidéo de Dessine-moi l'éco.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Y
Bonsoir,<br /> <br /> Merci pour votre billet (toujours) très intéressant sur les différents modèles de protection sociale. <br /> <br /> Concernant les arguments souvent professés par les membres du gouvernement et de la majorité, c'est malheureusement l'ancrage de l'idéologie néolibérale qui consiste à penser que leurs thèses sont une vérité universelle et que les opposants ont souvent tort parce que ce sont des simples d'esprit ou des ignorants ou "des gens qui ne sont rien" pour reprendre une expression macroniste.<br /> <br /> Pour anecdote, durant la campagne présidentielle, j'avais contredit poliment sur les réseaux sociaux un jeune conseiller ministériel, historien passé par Sciences Po et Normale Supérieur , auteur d'un livre sur l'histoire du gaullisme social qui affirmait sur Twitter que Macron était un héritier politique du général de Gaulle et du gaullisme car il incarnait "le dépassement des clivages "sorte de petit dénominateur commun pour le rattacher avec un grand personnage historique auquel il se situe complètement aux antipodes, en lui invitant à visionner un débat sur France culture sur" la philosophie politique de Macron " avec des journalistes et intellectuels de qualité (Brice Couturier par exemple) et j'avais reçu comme réponse un mépris de sa part au motif que si je "n'appréciais pas son travail", je devais "me garder de mes commentaires" et que je devais "faire une thèse sur de Gaulle puis écrire un livre" pour être digne de débattre avec lui. Une attitude typique de la macronie. Vous n'avez pas écrit de livre ? Vous êtes pas légitime pour débattre ou contredire "sa majesté". Le mépris de classe.Par exemple dans une conférence que j'avais assisté il y a quelques années de Christian Eckert ancien secrétaire d'Etat du budget ; il avait raconté que Michel Sapin son ministre de tutelle lui avait dit qu'il n'aurait pas le droit à la parole pour son discours de départ le jour de la passation de pouvoirs avec Gérarld Darmanin successeur à Bercy au ministère du Budget au motif que sa fonction de secrétaire d'Etat n'est pas digne de celui de ministre selon Gérard Darmanin. On peut dire que l'humilité et le respect de la dignité humaine ne fait pas partie du logiciel macroniste !!!! Et après il ne faut pas s'étonner que les citoyens deviennent de plus en plus violents notamment dans les manifestations. Le macronisme est un prolongement de la mentalité monarchiste de droit divin avec Louis XIV entouré de ses courtisans. Notre régime politique , la Vème République pêche par ces excès que conduit la personnalisation du pouvoir.<br /> <br /> Tout cela pour illustrer que cette majorité est enfermé dans une caste enfermé sur elle même pire une secte , vous pensez comme eux vous êtes intégré , vous ne pensez pas de la même manière on vous exclu avec le mépris. Et après ils viennent donner des leçons de démocratie et d'éthique en jouant les moralisateurs ou les chevaliers blancs contre les maléfiques extrémistes.<br /> <br /> Après la crise du Covid 19 , il n'y a pas eu une profonde remise en question des politiques économiques, je crains que le pire soit devant nous, Macron a une capacité à la Jacques Chirac de surprendre par la démagogie, la manipulation avec une idée bien derrière la tête: aller vers un modèle économique et social à l'anglo saxon avec une privatisation à très long terme des services publics, la santé, le social... bref le modèle de la start up nation. <br /> <br /> Bien Cordialement.<br /> <br /> Yannick.
Répondre
R
Bonjour Yannick,<br /> <br /> Je vous remercie pour votre témoignage, qui en dit hélas long sur l'état actuel du débat public... Nous sommes bien loin de l’éthique de la discussion théorisée par Jürgen Habermas !<br /> <br /> RD

Archives