Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 11:31

 

 

Le ciné-débat consacré à l'évasion fiscale, que j'ai animé à Sarreguemines jeudi 5 mars, fut un grand succès. C'est pourquoi, je remets le couvert avec un ciné-débat sur le même thème à Freyming-Merlebach, le lundi 16 mars à 20h, et à Sarrebourg, le mardi 31 mars à 20h.

 

Mais aujourd'hui, il m'a semblé utile de revenir sur le dernier numéro de l'émission Cash investigation, dont le titre était "quand les actionnaires s'en prennent à vos emplois".

Elise Lucet et son équipe ont cherché à comprendre pourquoi des entreprises qui licencient massivement, continuent à verser des dividendes élevés voire même à les augmenter. Le cas du laboratoire pharmaceutique Sanofi était de ce point de vue symptomatique.

 

Rappelons tout d'abord que les entreprises du CAC 40 ont versé, en 2014, 56 milliards d'euros en dividendes et rachats d'actions, c'est-à-dire un niveau très proche de celui avant la crise de 2007 :

 

[ Cliquer sur l'image pour l'agrandir ]

 

Or, si les dividendes constituent une contrepartie normale et légale au risque pris par les actionnaires, ils ne doivent pas devenir l'alpha et l'oméga de toute politique de gestion de l'entreprise, sous peine de pénaliser l'investissement de long terme et donc la croissance de l'entreprise. Ces dernières années, c'est même la pérennité de l'entreprise qui a dans certains cas - hélas de plus en plus nombreux ! - été menacée...

 

De même, les politiques de rachats d'actions sont le symbole même d'un capitalisme à bout de souffle mais plein de cash. Cela revient en effet à dire que l'entreprise rend des fonds aux actionnaires, laissant ainsi entendre qu'elle ne sait pas quoi faire de productif avec ces liquidités ! C'est ce qu'ont fait à grande échelle L'Oréal, Sanofi ou LVMH.

 

Et pendant ce temps les plans de licenciements, savamment rebaptisés plans de départs volontaires (sic), se multiplient dans ces grandes sociétés au nom de la recherche de gains d'efficacité. Le plus souvent, ce sont surtout les gains des grands fonds d'investissement que l'entreprise cherche à augmenter, de peur que ceux-ci ne revendent leurs titres ce qui ferait chuter lourdement la valeur de l'action en Bourse et ferait de la société une cible facile pour un rachat (OPA).

 

On constate donc que le vrai problème, que le gouvernement ne semble pas avoir compris (est-ce seulement possible après avoir fait l'ENA ?), n'est pas tant celui de la finance que de la financiarisation à outrance de l'économie ! La libre circulation des capitaux et le pouvoir que les gouvernements ont volontairement donné aux investisseurs financiers, ont conduit à la situation que nous vivons.

 

Répétons-le, cette situation est ubuesque parce qu'elle autorise les entreprises à se détruire de l'intérieur en se vidant de sa main-d'oeuvre productive ! Dès lors, on ne peut qu'être effaré d'entendre le ministre de l'économie, Emmanuel Macron, expliquer à Elise Lucet que l'État n'a pas à se mêler de la politique financière et salariale des entreprises.

 

Pire, Pierre Gattaz, interrogé dans l'émission en marge d'un colloque, témoigne de son incompréhension profonde des réalités économiques et ne se fait pas faute d'utiliser des formules choc qui laissent croire que des mensonges économiques répétés à tire-larigot obtiennent le statut de vérités établies.

 

C'est du reste tout l'objet de mon dernier livre, dans lequel j'ai consacré un chapitre notamment aux idées reçues suivantes : la finance est désormais régulée, les cotisations sociales pèsent sur les profits des entreprises, il ne faut pas augmenter le SMIC, etc. Bref, autant de mensonges et contrevérités en économie que je dénonce, car c'est le seul moyen pour que les citoyens puissent enfin construire un système économique au service de l'humain et pas l'inverse !

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Steed 09/03/2015 17:05

Je ne comprend pas trop votre raisonnement. Comment déduisez vous que l'augmentation des dividendes est forcément mauvaise ? Une augmentation de dividendes peut résulter d'une augmentation de la valeur ajoutée. Elle peut résulter d 'un rééquilibrage entre les différentes parties concernées par la valeur ajoutée.

J'aimerai bien connaitre l'évolution de la part de l'état et administration publiques sur tous les postes d'une entreprise du CAC40 ( TVA CSG CRDS IS) et la comparer à celle des actionnaires pour voir l'évolution des grandes masses.

Raphaël DIDIER 10/03/2015 11:28

J'ai bien précisé dans mon billet que les dividendes constituent une contrepartie normale et légale au risque pris par les actionnaires. Mais là où il y a problème, c'est lorsque la politique de redistribution des profits devient l'unique finalité de la politique de gestion de l'entreprise. En effet, ces versements excessifs de dividendes, dans une logique de court terme, pénalise l'investissement de long terme et donc la croissance de l'entreprise.

Ce qui me dérange encore plus, c'est lorsque l'entreprise augmente le versement de dividendes alors que le chiffre d'affaires baisse et qu'elle licencie massivement. Là on peut s'interroger sur le bien-fondé de la démarche... d'autant que les sociétés du CAC40 n'ont pas trop à se plaindre en matière fiscale, car elles optimisent à l'envi (et à l'excès) leurs localisations fiscales comme en témoigne Total !

Archives