Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

19 octobre 2017 4 19 /10 /octobre /2017 11:03

 

 

Le titre de ce billet est un brin provocateur, puisque tout le monde (enfin je l'espère) connaît la réponse. Et pourtant, un sentiment diffus de confiance s'est emparé des marchés actions, qui voguent de sommets en sommets alors même que l'économie réelle n'est encore que convalescente et que le travail est ravagé par la perte de sens...

 

Évolution des indices boursiers

 

Tout d'abord, rappelons que l’indice CAC 40 – calculé toutes les 15 secondes – regroupe les actions des 40 sociétés les plus capitalisées de la Bourse de Paris (Airbus, Carrefour, Orange, Total…) et permet ainsi de suivre l’évolution tendancielle du marché des actions sur la place de Paris. Le graphique ci-dessous nous montre que depuis la crise de 2008, le marché des actions en France a régulièrement progressé et tutoie à nouveau les sommets :

 

 

[ Source : Boursorama.com ]

 

Aux États-Unis, pays d'où est partie la crise, l'évolution est encore plus impressionnante pour l'indice S&P 500 :

 

 

[ Source : Boursorama.com ]

 

On croirait même qu'il n'y a jamais eu de crise en 2007...

 

Évolution des bénéfices des entreprises du CAC 40

 

Rien qu'au premier semestre de cette année, les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont bondi de plus de 25 % pour atteindre 52 milliards d'euros contre 41 milliards l'année dernière au même moment !

 

 

[ Source : Les Échos ]

 

En matière de dividendes, on obtient cela :

 

 

[ Source : Les Échos ]

 

Une bulle en formation (aux États-Unis) ?

 

Bref, au royaume des boursicoteurs tout semble allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Sauf qu'à ces niveaux de valorisation des actions, il devient difficile d'imaginer encore une forte progression, d'autant que l'économie réelle américaine n'est pas au diapason. En effet, la croissance des États-Unis ralentit et il est probable que l'économie américaine ait déjà atteint le haut de son cycle, comme le montre le tassement des commandes de biens durables, le recul de la construction immobilière, etc.

 

De plus, les profits des entreprises américaines après taxes, intérêts et dividendes reculent, ce qui est à l'évidence très défavorable aux cours des actions :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Il semblerait que les cours des actions aux États-Unis soient tirés par les rachats et acquisitions, ce qui laisse alors à penser qu'on est face à une bulle sur les actions. C'est ce que montre d'ailleurs le ratio de Shiller, qui divise la valorisation boursière par les bénéfices des entreprises, corrigé du cycle économique. Une étude menée par Michael Hartnett et Jared Woodard chez Bank of America Merrill Lynch, montre par ailleurs que la capitalisation boursière totale rapportée au PIB atteint également des sommets inquiétants :

 

 

[ Source : BofA Merrill Lynch ]

 

Cette exhubérance boursière, qui s'explique certainement en grande partie par la politique monétaire ultra-accommodante (taux d’intérêt très bas, quantitative easing) menée par la Fed, démontre que l'économie financière se déconnecte de plus en plus de l'économie réelle ! On ne peut donc que rappeler la justesse des propos du Général de Gaulle : "la politique de la France ne se fait pas à la corbeille". Pourtant, les dirigeants politiques de toute obédience s'acharnent à vouloir rassurer les marchés financiers, tant ils en sont devenus volontairement dépendants en leur donnant les rênes du pouvoir économique !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Robin 26/10/2017 09:26

De plus il faut ajouter le facteur psychologique qui produira ses effets en cas de nominations controversées au sein du conseil d'administration de la Fed et de l'impossibilité pour Trump de mener la réforme fiscale qu'il envisage (cela en prend le chemin)
Perso, j'ai vendu 85% de mes actions ce matin et acheté un warrant put sur le CAC

Raphaël DIDIER 26/10/2017 11:12

Vous avez raison de soulever le facteur psychologique, qui explique d'ailleurs autant les comportements mimétiques à la hausse que les retournements à la baisse. Quant à la réforme fiscale de Trump...

til 23/10/2017 09:45

Que pensez vous du texte en lien ci dessous assez abscons ?
https://www.telos-eu.com/fr/economie/la-situation-financiere-des-entreprises-justifie-l.html

Raphaël DIDIER 23/10/2017 10:45

Dans une logique très libérale défendue par les auteurs, le gouvernement actuel aurait choisi d’alléger la taxation des entreprises à l’IS tout simplement parce qu'il s'agit d'un mouvement global en Europe. Les auteurs sont d'ailleurs connus pour défendre l'idée d'une start-up Nation... On peut cependant retourner l'argument et faire remarquer que cela s'apparente davantage à une course à l'échalote, dans le cadre d'une concurrence fiscale mortifère entre les États européens.

Archives