Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

23 mars 2009 1 23 /03 /mars /2009 10:12




L'INSEE vient de publier le 20 mars sa dernière note de conjoncture. Et c'est un euphémisme de dire que celle-ci fait état d'une économie plus mal en point que prévu : au quatrième trimestre 2008, le recul de l’activité mondiale a été bien plus prononcé que les prévisions de décembre 2008 :


  • -1,8 % dans les économies avancées au lieu de -0,9 %
  • -1,2 % en France au lieu de -0,8 %


L'explication se situe tant au niveau de l'offre que de la demande. D'un côté, les ménages, confrontés à la baisse de la valeur de leur patrimoine et à la dégradation du marché du travail, dépensent moins (les ménages français font pour l'instant exception, puisque la consommation progresse même un peu). De l'autre, le faible taux d’utilisation de leurs capacités de production et le durcissement des conditions de financement ont conduit les entreprises à réduire fortement leurs dépenses d’investissement et l’emploi.

Les économies étant interdépendantes, cette baisse d'activité entraîne également une chute sensible du commerce mondial, qui s’est replié de 6 % au quatrième trimestre 2008. L'INSEE note que ce repli est tout à fait exceptionnel et constitue la plus forte baisse enregistrée au cours des 40 dernières années.

Nous n'avons malheureusement pas encore atteint le creux de la vague et les conjoncturistes de l'INSEE tablent désormais sur un recul de - 1,5 %  au 1er trimestre et -0,6 % au deuxième en France, en raison notamment de la poursuite du déstockage des entreprises et d'une accélération de la chute de l'investissement. Dit autrement, à la fin du premier semestre 2009, l'acquis de croissance serait de -2,9 % dans notre pays. Et pour que la récession puisse se limiter à - 1,5 % sur l'année, comme le prévoit le gouvernement, il faudrait que la croissance se redresse à + 1,9 % au troisième et au quatrième trimestre ! Les précédents records de contraction du PIB de 1993 (- 0,9 %) et de 1975 (-1 %) risquent donc d'être pulvérisés.

Qu'en est-il du chômage ? Le taux de chômage, au sens du bureau international du travail (BIT) , s'accroîtrait d'un point en six mois, à 8,8 % (9,2 % avec les DOM). Il y aurait 281 000 chômeurs supplémentaires au premier semestre. Du fait de la nette contraction de l’activité qui s'est engagée depuis la fin 2008, le marché du travail français perdrait de nombreux emplois - plus de 330 000 postes au premier semestre 2009 - après une baisse de plus de 110 000 postes au second semestre 2008 !

Et le logement ? En France, les stocks de logements neufs s'étoffent alors que les ventes sont en net repli : les délais d’écoulement atteignent désormais leur niveau le plus élevé des 30 dernières années. Il suffit de se rendre dans une agence immobilière pour voir combien de logements ne trouvent pas preneur. En effet, même si quelques baisses de prix sont à noter, il n'en demeure pas moins vrai que les prix restent largement surévalués pour certains types de biens. Au sujet du logement, l'INSEE conclut que "l’investissement des ménages continuerait donc de se replier et l’activité du secteur de la construction continuerait de peser fortement sur la croissance".

Seul point non négatif dans cette note de conjoncture : le pouvoir d'achat bénéficierait du repli de l’inflation et de "la revalorisation des allocations familiales et des retraites, et le versement de la prime de solidarité active". N'oublions cependant pas que cette minuscule embellie sera très probablement annulée par la hausse du chômage et la baisse des salaires dont j'ai déjà parlé ici.

Pour finir, j'ai beaucoup apprécié la mise en garde des conjoncturistes de l'INSEE : "Il n'est pas certain, enfin, que la pertinence des outils d’analyse confectionnés à partir d’évolutions « moyennes » de la conjoncture soit préservée dans des circonstances exceptionnelles comme celles que nous vivons. L’incertitude inhérente aux exercices de prévision s’en trouve probablement accrue". Cela signifie simplement que les modèles habituels de prévisions ne savent pas prendre en compte les discontinuités, c'est-à-dire les conditions de crise : on peut donc très bien s'attendre à des chiffres encore plus catastrophiques en réalité...

Partager cet article

Repost0

commentaires

jean-michel 25/03/2009 09:10

Brrrrr! J'avoue que ça fait froid dans le dos de tels commentaires, je me demande ce que nous réserve l'avenir?
D'autant qu'en France ne serions-nous pas, comme dans d'autres domaines, à la traîne et le pire de la crise ne serait-il pas devant nous? Je veux dire que nos mécanismes économiques nationaux et nos habitudes ou réflexes culturels ont atténués les 1ers effets de la crise mondiale mais la durée et l'ampleur inhabituelles de celle-ci grignotent nos digues de défense et quand elles vont vraiment lâcher, le risque d'être submergés et emportés me paraît très grand.
Car enfin, combien de temps un Etat au bord de la faillite peut-il soutenir son économie à bout de bras?

Sans compter que la crise actuelle est aussi celle d'un système économique à bout d'idées et au bout de sa logique. Certes soutenir l'industrie automobile permet de parer au plus pressé, d'éviter une catastrophe sociale nationale. Mais si le problème est que l'industrie automobile actuelle est la sidérurgie ou le charbon d'hier, alors les milliards injectés vont juste permettre de retarder l'échéance en gaspillant de précieuses cartouches.
L'industrie automobile est en surproduction,ça ne peut guère s'arranger car les modèles occidentaux d'autos sont inadaptés au développement des pays émergents. Du coup pour faire tourner la machine on change plus souvent de modèle en espèrant inciter les consommateurs à consommer. D'un autre côté ces mêmes consommateurs ont des problèmes de pouvoir d'achat, sont (tout doucement) sensibilisés aux aspects écologiques et constatent que les voitures sont de plus en plus fiables: mon épouse, commerçante, à du acheter une nouvelle fourgonnette, un Bipper Peugeot. Le livret d'entretien m'a stupéfié: révision tous les 30000 kms, courroie de distribution à 240000kms, etc......
Et dire qu'il y a une prime pour envoyer les voitures de + de 10 ans à la casse! Est-ce bien sérieux ou juste un moyen de générer une attitude consumériste ponctuelle?
Comme dans bien des domaines nos politiques mais aussi nos dirigeants économiques ont le nez dans le guidon et gère les problèmes à la petite semaine sans véritable vision d'avenir, sans imagination. En ayant une vue d'ensemble on doit pouvoir déterminer quels sont les secteurs d'avenir (énergies renouvelables, etc...) et c'est vers eux que devraient se diriger les investissements pour les aider à décoller , que leur mouvement soit amorcé lorsque la reprise s'annoncera.

Raphaël DIDIER 26/03/2009 12:57



Si l'on compare la crise des deux côtés de l'Atlantique, il est indéniable que la France est moins touchée que les Etats-Unis. Malheureusement, les mesures
prises par les pays européens sont beaucoup trop timorées (et donc modestes en termes monétaires) et très peu coordonnées, ce qui empêche une lutte efficace contre la crise.

De plus, et vous avez raison de la dire, le système est à bout de souffle, et les idées ne semblent guère innovantes puisque l'on saupoudre de l'argent public sur des secteurs polluants dans
l'espoir d'un reprise... Cela traduit donc aussi un problème politique d'ensemble !




Archives