Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

Mieux comprendre l'économie

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

Les grands débats économiques actuels

La grande saignée économique

grande-saignee-economique couv

Comprendre la dette

dette2

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

Gds Mecas eco

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 10:31

 

montagne-dollar.jpg

 

LTRO : voici quatre lettres qui ont fait couler beaucoup d'encre dans la communauté économique ! Cette mesure, de par l'ampleur de son volume, mérite que l'on s'y attarde un peu.

 

De quoi s'agit-il ?

 

Il s'agit d'une opération de refinancement à long terme (Long-Term Refinancing Operation) proposée par la Banque centrale européenne (BCE). Plus précisément, la BCE offre aux banques de la zone euro des prêts illimités à trois ans à un taux préférentiel de 1 %, en vue de répondre à un grave problème de liquidité sur le marché interbancaire et éviter un credit crunch (pénurie de crédits). On se souvient qu'en 2011, les banques européennes n'avaient réussi à emprunter "que" 744 milliards de dollars pour couvrir près de 900 milliards de dollars de dettes. En effet, comment savoir ce qu'une banque a réellement dans son bilan comme produits toxiques ?

 

Quel est le montant des LTRO ?

 

Lors de la première opération de LTRO, le 21 décembre 2011, 523 banques étaient venus au guichet de la BCE pour emprunter quelque 489 milliards d'euros ! Le 29 février, la BCE a remis le couvert en offrant cette fois 529 milliards d'euros à environ 800 banques. Au total, c'est environ 1 000 milliards d'euros de liquidités qui ont été fournies au marché.

 

A quoi devait servir cet argent ?

 

Tout d'abord, cet argent doit permettre aux banques de faire face aux remboursements de leurs dettes passées, que certains ont qualifiées de mur de la dette : 813 milliards d'euros entre 2012 et 2013, selon Oddo Asset Management. Ces prêts de la BCE leur permettront donc d'échapper à des émissions obligataires très coûteuses actuellement.

 

Dans un second temps, les dirigeants politiques espéraient que ces liquidités serviraient à financer les PME... et les États, ce que d'aucuns n'ont pas manqué de qualifier avec un brin d'ironie "Sarko Trade". Concrètement, le LTRO permet aux banques de se financer à 1 % et d'acheter ensuite soit des obligations d'entreprises soit des titres d'État qui rapportent bien plus (par exemple 7 % il n'y a guère longtemps sur les titres italiens à 10 ans). Au final, ces achats de titres devaient déboucher sur une détente des taux d'intérêt.

 

Les opérations de LTRO furent-elles un succès ?

 

Pour les banques certainement, puisque cela leur a permis de faire face à leurs échéances et même de réaliser de juteux placements parfois. Mais en ce qui concerne l'économie réelle, le succès est loin d'être confirmé : L'Observatoire du Crédit logement/CSA constatait en mars 2012 une baisse de près de 50 % de la production de crédits immobiliers par rapport à mars 2011, l'activité du médiateur du crédit pour les entreprises continue de plus belle, les banques commerciales semblent réticentes à financer la trésorerie des entreprises, etc.

 

Pour les États, ce fut un succès à court terme en ce sens que les dettes souveraines trouvaient alors un nouveau débouché, les banques se mettant à acheter les titres d'État. Dans le détail, c'est surtout une alternative à l'achat direct de titres par la BCE, opération interdite par ses statuts mais inévitable sauf à laisser le système bancaire de la zone euro s'effondrer. Ainsi, plutôt que de négocier une véritable refondation des institutions européennes - dont la BCE - pour venir en aide directement et légalement aux États, les dirigeants politiques ont espéré à haute voix que la Banque centrale offre des liquidités aux banques pour qu’elles fassent le travail à sa place. Leur voeu fut exaucé... même si la détente sur les taux fut de courte durée (voir le cas de l'Espagne ici) et ne change rien au fond du problème de la zone euro

 

A long terme certains économistes redoutent des tensions inflationnistes. C'est en particulier le point de vue du président de la Bundesbank, Jens Weidmann, membre du conseil des gouverneurs de la BCE et faucon de la théorie monétariste. Or, il ne peut y avoir de risque inflationniste tant que la récession plane au-dessus des économies ! Le vrai risque est surtout de créer des banques "zombies" qui accèdent au refinancement auprès de la BCE bien qu'elles soient déjà insolvables... Curieusement, ce fait est très peu évoqué, alors même que le Japon est l'exemple concret de matérialisation d'un tel risque après la crise de 1997.

 

Mais si l'argent n'a servi ni à financer massivement les États, ni les entreprises et les ménages, où s'est-il endormi ? Réponse ci-dessous :

 

liquidity.jpg

 

[ Cliquer sur l'image pour agrandir ]

 

C'est la ligne use of the marginal lending facility qui nous intéresse. On y découvre que les banques ont déposé le 4 avril 773 milliards d'euros sur les comptes de la BCE, comme elles le font chaque soir à un niveau quasiment égal. Cela signifie simplement que les banques, au lieu de prêter aux autres agents économiques les liquidités obtenues à taux préférentiel, préfèrent les laisser dormir sur un compte.

 

Résumons : la BCE prête à 1 % aux banques, celles-ci utilisent partiellement cet argent pour faire face à leurs dettes et investir un peu dans les titres d'État afin de se faire de grosses marges, mais elles déposent la majeure partie sur un compte... à la BCE ! La boucle est bouclée et l'économie réelle est coulée !


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Guillaume 26/04/2012 20:12

Vraiment intéressant. Seulement elles empruntent plus de 500 milliards, et on nous dit que l'économie réelle coule parce que à peine 0,2 % de la somme de départ dort à la BCE sur des comptes?
Je trouve ça étrange, ou alors je suis vraiment trop fatigué, ce qui est fort possible :)

Raphaël DIDIER 28/04/2012 10:57



A la base, l'opération de LTRO devait tout à la fois permettre de stabiliser le secteur bancaire, ramener ensuite la confiance sur les marchés financiers et
enfin permettre une reprise du crédit aux ménages (et aux entreprises). Mais le problème est que l'aversion au risque a conduit les banques a augmenter le montant des dépôts auprès de la BCE (520
milliards d'euros en janvier, 800 milliards début mars). Mais il y avait une erreur de frappe dans mon billet où j'ai écrit millions au lieu de milliards, ce qui a dû vous perturber (correction
apportée, merci) !


Mais pour être tout à fait rigoureux, il faudrait connaître l'utilisation qu'ont faite les banques de cet argent... mais là on se sait rien puisque la
transparence ne va pas jusqu'à nous donner la ventilation exacte !



Archives