Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

19 janvier 2022 3 19 /01 /janvier /2022 11:46

 

 

Après mon billet sur la grogne sociale qui résulte de la hausse des prix, nous allons nous intéresser à la question de chômage, mais sous l'angle du taux d'activité. Ce dernier n'est que rarement convoqué dans les débats, alors même que son évolution nous donne des informations utiles sur la participation de la population à l'activité économique d'un pays, en particulier aux États-Unis où il est fort à propos désigné par l'expression "taux de participation".

 

Définition et constat

 

Le taux d'activité est le rapport entre le nombre d'actifs (personnes en emploi et chômeurs) et l'ensemble de la population correspondante. Souvent, les comparaisons internationales se limitent à une tranche d'âge, par exemple 20-64 ans ou 25-65 ans comme sur le graphique ci-dessous :

 

 

[ Source : OCDE ]

 

L'on voit un taux d'activité très élevé au Japon, l'économie étant en quasi-plein emploi avec pénurie de main-d’œuvre. Mais le graphique ne dit pas que ce résultat fut obtenu au prix d'une précarisation de l'emploi, souvent occupé par les jeunes et les femmes, que les réformes récentes tentent péniblement de corriger. Les États-Unis semblent être le mauvais élève, du moins du groupe de pays présentés sur ce graphique. Regardons alors de plus près l'évolution récente, en comparaison avec la zone euro, sur la tranche d'âge 20-64 ans :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Recul du taux d'activité aux États-Unis

 

En poussant la comparaison par catégorie, Patrick Artus a montré que le recul du taux de participation aux États-Unis résulte surtout des hommes de 20 à 59 ans et des personnes ayant un niveau intermédiaire d’éducation. Plusieurs explications peuvent être mises en avant pour expliquer ce phénomène inquiétant. Parmi celles-ci, il y a celle des compétences, car de plus en plus d'emplois font appel à une qualification élevée.

 

La santé des personnes est un autre facteur expliquant le recul du taux d'activité. Qu'il suffise de penser à la crise des opiacés ou, plus récemment, aux personnes touchées par la pandémie de covid-19. L'idée avancée par Joe Biden d'améliorer la couverture santé des Américains est de ce point de vue une excellente nouvelle pour eux, en tant qu'être humain, et pour l'économie, en tant que participants à l'activité. En effet, des personnes en meilleure santé sont plus susceptibles d'accepter un emploi que celles malades...

 

Cela semble être une évidence, mais pas aux États-Unis où de nombreux politiques se persuadent depuis un demi-siècle du contraire, alors même que les chiffres montrent qu'une protection sociale faible n'a jamais été associée à une hausse du taux d'activité. L'on retrouve à peu près le même genre d'ânerie en France avec le discours sur les allocations chômage et leur prétendu effet désincitatif sur la reprise d'emploi : la causalité n'est pas démontrée, mais souvent évoquée pour justifier des réformes et (accessoirement) pour satisfaire un certain électorat...

 

De plus, dans la période récente, l'on a assisté aux États-Unis à une vague de démissions, qualifiée de Great Resignation (Grande démission), qui est le résultat d'un changement de rapport au travail avec les confinements de la pandémie. Certains prennent une retraite anticipée, en vivant de leur patrimoine qui a pu gonfler grâce aux performances boursières et immobilières. Mais le plus souvent, il s'agit de travailleurs qui en ont assez d'exercer un emploi dans des conditions dégradées (salaire faible, temps de travail fractionné ou élastique, charge de travail trop forte, faible intérêt pour l'emploi...) et souhaitent profiter plus de leur famille et de leur temps libre. Pour ce faire, ils changent de secteur d'activité, ce qui crée des tensions sur l'emploi, notamment dans la restauration (l'on note le même phénomène en France). D'autres, enfin, ont repris le chemin des études pour apprendre un nouveau métier, se former à de nouvelles disciplines ou tout simplement pour prendre du champ intellectuel.

 

En définitive, notre brève analyse du taux d'activité montre que le taux de chômage ne dit pas tout de la situation de l'emploi dans une économie donnée. En effet, aux États-Unis, il eût été facile de conclure à une situation de plein emploi avec le seul taux de chômage, alors que le taux d'activité suggère une situation au contraire très dégradée.

 

 

[ Source : BLS ]

 

Cela démontre au passage qu'à force de n'évoquer le chômage que sous l'angle de son taux, on finit par occulter toutes les questions de qualité de l'emploi et de déclassement professionnel, qui expliquent le malaise grandissant ressenti par les salariés ravalés au rang de simples exécutants numérotés d'un programme d'ensemble voué tout entier à l'efficacité compétitive, c'est-à-dire prosaïquement à l'accumulation de capital par une minorité d'actionnaires usant et abusant de son droit de propriété sur l'entreprise !

 

P.S. L'image de ce billet provient de cet article de The Economist.

Partager cet article

Repost0

commentaires

J
Une petite contribution quant aux fausses représentations des chômeurs (vécue dans les années 2010 mais probablement toujours vraie).<br /> A Pôle-Emploi quand des organismes comme AFT-IFTIM par exemple ouvraient des stages type magasinier- cariste, ils demandaient des pré-requis de base: lire, écrire, compter, comprendre des instructions simples.<br /> Pour celà un petit examen écrit sous forme de tests (souvent QCMs) était proposé aux postulants.<br /> Pour remplir un stage de 12 personnes, il fallait en moyenne faire passer les tests à 50/60 personnes minimum pour trouver les 12 capables de passer les tests avec succès.<br /> Les autres échouaient et certains étaient incapables de répondre à la moindre question.<br /> La même chose était observée, à une échelle à peine moindre, pour des tests "Nettoyage de locaux" ou "Aide à domicile" de niveau pourtant encore plus simple.<br /> Mais une personne incapable de comprendre la fiche de consignes du jour ou de rédiger son rapport du travail fait (cocher des cases) ce qui est pourtant la base de ces métiers, est de fait inemployable dans ces métiers qui manquent pourtant de main d'oeuvre.<br /> <br /> Affirmer qu'il suffit de vouloir pour trouver un travail est simpliste et réducteur. <br /> C'est vrai pour la partie éduquée de la population et souvent à condition d'accepter un travail déqualifié en regard de sa formation, de ses compétences, de son expérience professionnelle.<br /> Donc sachons relativiser !
Répondre
R
Je vous remercie pour cette contribution très pertinente sur la réalité qui se cache derrière le taux de chômage.

Archives