Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 13:34

 

santabarbara

 

Décidément, rien n'est jamais simple au sein de l'Union européenne et de la zone euro en particulier. Après des semaines de tergiversations au sujet des finances publiques de la Grèce, voici que Guido Westerwelle (ministre des affaires étrangères allemand) vient de doucher les espoirs d'un versement rapide des aides bilatérales promises en déclarant : "Faire trop tôt des promesses d'aide concrète ne va que conduire à retirer la pression sur la Grèce [...] Il faut avant tout que la consolidation du budget ait lieu en Grèce".

 

Sur ces entrefaites, les marchés financiers ont immédiatement surréagi à cette annonce et les taux à dix ans de la dette grecque ont dépassé le seuil des 9 %. Pour mémoire, l'Allemagne s'endette sur la même maturité pour "seulement" 3 % environ... Et ce ne sont pas les déclarations lénifiantes du FMI  (encore que s'entendre dire que les citoyens grecs ne devaient pas craindre le FMI qui est là pour les aider n'est pas vraiment rassurant...) ni du président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, qui ont pu faire illusion sur les dissensions au sein de la zone euro sur cette question.

 

Christine Lagarde n'a eu dès lors d'autre choix que de pratiquer le grand écart économico-diplomatique pour ne pas froisser ni la Grèce ni l'Allemagne. Elle a ainsi déclaré au Journal du Dimanche que "lorsqu'une partie de ce territoire est attaquée, et que notre devise commune est sous pression, on est tous tenus d'être solidaires". Principe intéressant, mais rapidement tempéré par ces propos : "on veut stabiliser la zone euro. Mais cela n'empêche pas la fermeté et il faudra être extrêmement attentif aux résultats. [...] Nous ne décaisserons pas l'intégralité des sommes tout de suite. Nous le ferons au fur et à mesure des besoins et en cas de défaut de paiement, nous mettrons aussitôt le pied sur la pédale de frein". Donc on est prêt à t'aider, mais sous conditions et pas tout de suite. Retour à la case départ...

 

Pour finir, rappelons tout de même les montants en jeu : les États de la zone euro s'étaient engagés à fournir quelque 30 milliards d'euros sous forme de prêts bilatéraux, le FMI fournissant un complément estimé à 15 milliards d'euros. Dans le détail, l'Allemagne devait débourser 8,4 milliards d'euros pour sauver le soldat économique grec, et la France 6,3 milliards. C'est du reste le 3 mai prochain que le parlement français débattra du plan d'aide du gouvernement français à la Grèce (6,3 milliards d'euros dont 3,9 milliards débloqués immédiatement). La conclusion de ce billet sera, malheureusement, à l'image du feuilleton américain Santa Barbara (2137 épisodes de 52 minutes) : à suivre !

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gérard MERCIER 30/04/2010 19:50


Merci pour votre réponse. J'ai relu votre texte sur les agences de notation et ce qui m'a séduit le plus dans cette relecture est cette idée de création d'une agence de notation Européenne
"chapeautée" par la Banque Européenne. Idée de Jean-Claude JUNKER ancien Premier Ministre Luxembourgeois.

Peut-être qu'un jour...


Raphaël DIDIER 30/04/2010 21:40



Cette idée semble faire son chemin puisque Michel Barnier vient de l'évoquer aujourd'hui dans un article des Échos : http://www.lesechos.fr/info/marches/020509341500---je-reflechis-a-l-idee-d-une-agence-de-notation-supplementaire--qui-serait-europeenne--.htm


On y lit entre autres : "je réfléchis, sans improvisation, à l'idée, la faisabilité et à la valeur ajoutée d'une agence supplémentaire, qui serait européenne".
Privée ou publique, telle est la question... Néanmoins, Guido Westerwelle suggère, lui aussi, la création d'une agence de notation européenne indépendante. La convergence franco-allemande est à
signaler pour une fois.



Jean-Michel 28/04/2010 08:59


Vous avez déjà souligné le caractère virtuel des inquiétudes quant à la dette d'un Etat occidental, en fait on continue dans le droit fil, avec une spéculation sur l'effondrement de la Grèce ou
d'autres.

En lien avec le post sur le capitalisme, je dirais qu'il serait temps que le politique reprenne le dessus dans la direction de la planète et qu'on cesse de laisser la finance et l'économie aux
mains de joueurs de casino ou de poker qui n'utilisent qu'à des fins de pari un argent qui serait bien plus utile dans l'économie concrète....


Raphaël DIDIER 28/04/2010 10:55



Je suis tout à fait d'accord avec vous !



Archives