Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout savoir sur l'économie

Les mécanismes de l'économie 2

50 idées reçues déchiffrées

 

Économie BTS

100% BTS

Les grands débats économiques

 

La grande saignée économique

 

Comprendre la dette

 

Dictionnaire révolté d'économie

Les mécanismes de l'économie

 

Le capitalisme en clair

Les marchés financiers en clair

Concours commun IEP 2020

Concours commun IEP 2019

Concours commun IEP 2017

Concours commun IEP 2016

Concours commun IEP 2015

Mondialisation-IEP.jpg

Concours commun IEP 2014

Travail et culture

Concours commun IEP 2011

63548

Concours commun IEP 2010

iep

Recherche

29 janvier 2021 5 29 /01 /janvier /2021 14:05

 

 

S'il est de bon ton dans les médias d'évoquer les conséquences du troisième confinement à venir, ce qui rappelle au demeurant mon analyse sur l'impossibilité d'un retour à la normale à court terme, peu semblent s'intéresser à la hausse prévisible des inégalités et de la pauvreté. J'évoquerai cette dernière dans un prochain billet, mais aujourd'hui, je vous propose de nous interroger brièvement sur certaines inégalités dont la hausse - réelle ou perçue - mine la société.

 

L’augmentation globale des richesses

 

Nous appelons ici richesse la somme de la monnaie M2, des bons du Trésor, des certificats de dépôt, des billets de trésorerie et certificats de dépôts, de la valeur de marché des obligations, de la capitalisation boursière, de la richesse immobilière. Le graphique ci-dessous montre que cette richesse globale rapportée au PIB augmente tendanciellement :

 

 

[ Source : Natixis ]

 

Et les politiques monétaires ultra-expansionnistes menées par les Banques centrales ne peuvent qu'alimenter cette tendance, en ce qu'elles réduisent (artificiellement) les primes de risque et les taux d'intérêt et poussent ainsi les investisseurs à envahir certaines classes d'actifs plus ou moins rémunérateurs, d'où une hausse des cours soutenant la richesse. Bref, la richesse totale augmente au moment où l'économie est au plus mal, mais globalement l'investissement n'en profite pas, la croissance est en berne et le sort de l'immense majorité des personnes ne s'améliore pas ; cherchez l'erreur !

 

Les inégalités de patrimoine

 

Les inégalités de patrimoine peuvent par exemple s'apprécier en regardant la part du patrimoine net des ménages détenue par les 10 % les plus riches, d'autant que nous disposons des chiffres du laboratoire sur les inégalités mondiales (World Inequality Lab, WID) :

Avant la crise liée à la covid-19, on notait déjà une tendance à la concentration des richesses entre peu de mains, mais je crains fort que ce constat ne s'aggrave dans les mois à venir... Heureusement, selon un rapport d'Oxfam dont je reparlerai plus loin, il n'aura fallu que 9 mois aux 1 000 personnes les plus riches pour retrouver leur patrimoine d'avant la crise. Je n'ose imaginer le temps de récupération pour tous les autres, si tant est que certains aient (encore) un patrimoine et un revenu après la crise !

 

Inégalité(s)

 

Mais les inégalités ne se résument pas au seul patrimoine, puisqu'il existe des inégalités de revenus, des inégalités salariales entre hommes et femmes, des inégalités scolaires, des inégalités d'accès aux infrastructures (le numérique en est un exemple depuis cette crise), les inégalités d’espérance de vie, les inégalités d'accès à l'enseignement (cours à distance quand tu nous tiens...), etc. Toutes ces inégalités étaient parfois déjà très fortes avant la crise, en raison même de la logique capitaliste. La pandémie aura conduit à les aggraver comme le montre le nouveau rapport d’Oxfam sur les inégalités :

 

 

[ Source : Oxfam ]

 

Par ailleurs, Oxfam a interrogé 295 économistes dans 79 pays, afin de connaître leur avis sur "l’impact de la pandémie de coronavirus sur les inégalités". Et le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont pessimistes (objectivement, comment être optimiste actuellement ?) :

 

 

[ Source : Oxfam ]

 

En définitive, la crise liée à la covid-19 est en train d'aggraver les inégalités, alors que celles-ci étaient déjà ressenties comme de moins en moins supportables par le peuple, qu'il soit dans les pays en développement ou dans les pays développés. Pis, depuis trop longtemps les inégalités sont même présentées comme naturelles par les tenants du néolibéralisme, ce qui accrédite l'idée qu'en fin de compte nous vivons dans un monde qui rétribue chacun à son talent, billevesée pourtant démentie dans les grandes largeurs lors du premier confinement !

 

Cela démontre la nécessité impérieuse d'une éducation populaire aux questions économiques, qui doit impérativement se conjuguer avec une décolonisation de l'imaginaire et une remise à plat des valeurs dominantes, afin qu'ensemble soit construit le monde d'après...

 

P.S. L'image de ce billet provient de cet article de l'association des maires du Var.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Archives